TRENTE PRINTEMPS POUR LA COURSE DE CÔTE DU LAURAGAIS

mercredi 15 septembre 2010 par IMEC

Quand le hasard fait bien les choses

Bien souvent une histoire débute par le hasard d’une rencontre ou par une passion commune. L’Ecurie Automobile du Lauragais ne déroge pas à cette règle. C’est la rencontre entre deux hommes passionnés de sport automobile au milieu des année soixante dix qui conduira à la création voici une trentaine d’années de l’Ecurie du Lauragais.
Arnaud Desporte le Normand et François Rodriguez le Haut Garonnais se rencontrent lors de meetings divers et variés, portant tous les deux la casquette d’officiel. Une solide amitié va se créer entre les deux hommes et Odette l’épouse de François. Licenciés à l’ASA des Capitouls c’est d’abord la course de côte de Revel qu’ils vont mettre sur pied en en 1977. Quelques années plus tard Arnaud s’installe à Villefranche de Lauragais. Une idée un peu folle vient alors à l’esprit du trio, pourquoi ne pas créer en marge de Revel une nouvelle écurie organisatrice à Villefranche ? Aussitôt dit aussitôt fait ! Le lancement de cette nouvelle association n’a pas posé à vrai dire de gros problèmes. C’est par la presse qu’elle se fait connaître en annonçant sa première réunion qui va déboucher sur le mise en place du bureau. Arnaud propose sa candidature pour le poste de président acceptée à l’unanimité. Pourquoi avoir choisi Arnaud ? Tout simplement parce qu’ il habite Villefranche, ce qui facilite les contacts en particulier avec la presse locale.


François, Arnaud et Odette (en médaillon), les trois piliers de l’Ecurie Automobile du Lauragais

Un premier salon de la voiture de compétition

L’assos. a désormais une existence légale, mais les caisses sont loin d’être au niveau de celles de la Banque de France. Rapidement vint l’idée de créer un salon de voitures de compétition qui durera quatre jours au mois de Novembre. Ce salon ne peut avoir lieu à Villefranche, c’est le maire de Renneville qui accueille cette première manifestation regroupant une trentaine de voitures. Cette manifestation est une réussite sur tous les plans en particulier financier. Finances qui permettent d’inscrire au calendrier la 1er course de côte du Majesté, et réaliser quelques investissements.

Un président dynamique

Ensuite tout va très vite avec la rencontre de Jean-François Pagés, représentant local de La Dépêche mais aussi président du tout nouveau Syndicat d’Initiative d’Avignonet Lauragais. Très dynamique ce dernier soutient le projet. En compagnie d’Arnaud ils vont arpenter la campagne environnante afin de trouver un tracé pour l’organisation de la première course de côte du Lauragais. Après mures réflexions c’est la route du Majesté proche d’Avignonet qui sera retenue. La suite n’est que formalités toutes l’équipe se retrousse les manches, les différentes municipalités ne se font pas tirer l’oreille et adhérent au projet. En 1981 est née la 1er course de côte du Lauragais. Seule question en suspens de quel côté faire l’arrivée de l’épreuve au sommet de la côte, à droite ou à gauche, finalement la première solution sera retenue


Le podium de 1990 avec Alain Farey, Daniel Campi, et Guy Renard à l’arrière plan Arnaud Desporte et François Rodriguez.

Ils ont marqué cette épreuve.

En trente ans de compétition, nombreux sont ceux qui inscrits leurs noms sur le livre d’or de cette épreuve. Le premier vainqueur en est Jean-Marie Barbier sur une Chevron BRS en 0’48’’9m.. Il rééditera cette performance en 83 avec la même voiture en 0’45’’84m. Vouloir citer tous les vainqueurs serait fastidieux, mais certains laisseront des traces indélébiles dans le palmarès de cette côte comme Norbert Santos le big boss de Norma Auto Concept vainqueur en 86 avec une M4 de sa fabrication en 0’44’375m. C’est aussi Claude Seignobos, Christian Revranche,, Denis Carrenou ou encore le multiple champion de France de la montagne Christophe Malateste. Deux familles se sont également distinguées sur les pentes du Majectic. Tout d’abord le Toulousain Daniel Campi au volant de protos Lola ou Osella qui détient le record des premières places 6 au total. Son fil lui a succédé en 2005 toujours avec un proto Lola T297. Le Bordelais Julien Gallo l’emporte en 87 au volant d’une March F2. Son fils Fabrice en fera de même en 2007 et 2008 sur Dallara F392. Il faudra attendre 1992 pour qu’une femme inscrive son nom sur le palmarès, il s’agit de Chantal Seignobos sur Chevron B48, il en sera de même l’année suivante. Lui succéderont Nelly Zucconi, Lydia Siorat, Florence Michel et bien d’autres encore. Pour terminer le vainqueur sortant en est le Gersois Bernard Airieau sur Norma M20. Qui remportera la trentième édition ? Réponse dimanche prochain aux environs de 18 heures ? Pour la petite histoire, l’an passé la Lola de Pascal Campi a pris sur cette épreuve sa retraite dans les courses modernes. Désormais elle devra se tourner vers le V.H.C. pour continuer à courir.


L’an passé la Lola de Pascal Campi (3e en partant de la gauche) termine sa carrière en course moderne.

Passion, accueil, professionnalisme et humour au top

C’est toujours un immense plaisir de se rendre dans le Lauragais pour assister à cette épreuve, au bout d’une dizaine d’années on ne s’en lasse toujours pas. Il faut dire que l’équipe composée d’une cinquantaine de membres est passionnée, offre un accueil toujours au top, montre un professionnalisme hors pair, tout ceci épicé d’une grosse pointe d’humour, voila ce qui fait la réussite de la course de côte du Lauragais. Il faut dire que nos trois créateurs sont des accros des courses de côtes. Arnaud, commissaire technique vérifie si les roues sont rondes et non carrées, dans ce dernier cas le concurrent est exclu. François au micro connaît tout sur le bout des doigts. Même si parfois pour meubler les temps morts il explique aux spectateurs que bientôt il aura une plage et des palmiers à Cauterets ou une station d’hiver à Calmont…… ! Quand à Odette la matheuse, chargée des finances de l’association elle est la petite main de nombreuses épreuves, organisation, paperasse, rien ne la rebute.

B.L.S. avec le concours de François Rodriguez.
Crédit photos Ecurie du Lauragais et B.L.S.


Depuis des lustres l’équipe organisatrice fait un podium des essais qui à notre connaissance n’existe nulle part. Un podium qui fait toujours plaisir aux nominés.