DU DESASTRE À L’APOTHEOSE POUR L’ESPACE BIENVENUE

mardi 30 octobre 2018 par IMEC

L’Espace Bienvenue a vécu une première partie de saison riche en promesses en championnat de France FFSA GT. Mais elle a reçu un coup de massue à la rentrée, sous la forme d’un crash lors des qualifications de l’épreuve de Magny-Cours. En ne reculant devant aucun effort, en ne lâchant rien malgré les nouveaux obstacles qui se sont dressés devant elle, l’équipe créée par André Grammatico et renforcée par la structure compétition Racetivity de François Gagneux a su se relever. Elle a même fini la saison nationale en trombe, sur un double Top 5 au Paul Ricard, avec un meilleur tour en course en guise de bonus !

Commençons par régler la machine à remonter le temps sur la matinée du samedi 8 septembre. Nous sommes à Magny-Cours et Éric Debard taquine le chrono pour décrocher la meilleure place possible sur la grille de la course 1. Il semble parti pour se qualifier dans le Top 10. Ricardo Van der Ende, qui a signé la veille le meilleur temps de la deuxième séance d’essais libres, se prépare à lui succéder au volant de la BMW M4 GT4 n°17. Le champion de la GT4 European Series 2017 nous raconte la suite : « J’ai entendu un bruit sourd. Il se trouve que notre stand était situé à proximité du point d’impact. J’étais concentré sur ma qualification, mais j’ai vu les mécanos courir et j’ai compris qu’il s’était passé quelque chose. Dans ce genre de situation, on ne pense plus à la course. Je voulais juste qu’Éric aille bien. Il a été évacué vers le centre médical du circuit puis l’hôpital de Nevers pour subir des examens. Heureusement, nous avons vite été rassurés. »

L’équipe se tourne alors vers la BMW qui semble avoir bien souffert. D’après les datas, le choc s’est produit à 128 km/h. Elle a tapé le mur de béton qui sépare la piste des stands, et non les piles de pneus qui se trouvaient tout près de là. Il est clair qu’il est impossible de réparer sur place et qu’une course contre la montre vient de commencer pour être présent à Barcelone trois semaines plus tard. « Dans une concession, il faut parfois trois mois de travail pour mener à bien une telle réparation. La voiture est partie dès que possible à Toulouse chez Racetivity pour commencer le démontage. Dimanche soir, il était terminé. La liste les pièces à commander remplissait trente pages ! C’est surprenant à dire, mais un choc frontal était un moindre mal car les éléments de déformation ont joué leur rôle et le châssis a été épargné. Les voitures sont bien étudiées pour ce type de choc. Le pilote n’a pas été blessé, mais il y avait de gros dégâts. Je veux vraiment remercier les mécaniciens car ils ont réussi un exploit en remettant si vite la voiture en état. » précise André Grammatico

En effet, le mardi précédant le déplacement en Catalogne, la M4 est prête. Mais la série noire ne s’est pas arrêtée là pour L’Espace Bienvenue. « Après le choc de Magny-Cours, le moteur a été démonté et contrôlé, aucun indice n’indiquait qu’il avait pu souffrir. Une fois remonté, il a démarré, tout allait bien, mais au bout de dix minutes, il s’est arrêté. Les gars ont cherché la panne, en vain. À 1h23 dans la nuit de mardi à mercredi, un de nos mécaniciens m’a annoncé qu’il était détruit. Le choc contre le mur avait été fatal au vilebrequin ! J’en ai parlé aux ingénieurs de BMW qui m’ont répondu « Oui, mais votre pilote n’a rien ». Le moteur fait fusible lui aussi, et plus les éléments mécaniques absorbent l’énergie du choc, moins elle est transmise aux personnes qui sont dans la voiture. Donc on a changé le moteur, mais ces voitures sont très complexes avec le turbo, l’intercooler, la boite automatique… D’où les petits soucis et le retard de mise au point qui nous ont pénalisés à Barcelone. »

Lors de la course 1, la n°17 renonce suite à un accrochage lors du premier relais nécessitant de changer des éléments de carrosserie. Elle termine la course 2 distancée suite à un autre incident au début du deuxième relais.

La petite escouade de L’Espace Bienvenue repart courageusement au combat au Paul Ricard quinze jours plus tard. « Quand j’ai signé le 2e temps de la deuxième séance d’essais libres, je me suis senti fier de l’équipe, en pensant à tout ce qu’ils avaient enduré pour retrouver le haut du tableau » commentait Ricardo Van der Ende. « Idem quand nous sommes remontés de la 30e à la 5e place au général dans la course 1. » L’équipage Van der Ende / Debard fait encore mieux dans la course 2. Auteur d’une « remontada » de 21 places la veille, le Néerlandais en reprend 12 tout en signant le meilleur tour en course avant de passer le volant à Eric Debard en 3e position. L’Albigeois se bat bec et ongles et ramène la voiture à bon port à la 4e place au général. « Je n’étais pas dans une situation confortable vis-à-vis de l’équipe après les événements de Magny-Cours et de Barcelone » reconnaissait après l’arrivée le champion de France FFSA GT 2009. « Je n’avais jamais connu autant d’incidents la même année, donc j’avais vraiment envie de réussir un bon week-end au Paul Ricard. J’ai été impressionné par la qualité du travail de Ricardo, un des meilleurs pilotes que j’ai côtoyés. Il est humble et ses conseils m’ont aidé à m’améliorer et à compenser mon manque de roulage avec la voiture. Humainement je me suis régalé avec cette équipe et ce pilote. La découverte de la catégorie GT4 m’a séduit. Je commençais à penser à arrêter d’autant que le carton de Magny-Cours m’a secoué, j’ai même encore quelques douleurs. Mais la passion est toujours là ! »

Et voilà comment on passe du désastre à l’apothéose. Les sourires étaient sur tous les visages au soir de l’épreuve. « Je suis très heureux pour le team qui a montré se valeur et celle de la voiture. Nous avons connu pas mal d’émotions, mais nous avons surmonté les difficultés et nous finissons à notre plus haut de l’année, très près du podium alors qu’il y avait 47 voitures au départ ! » soulignait Ricardo Van der Ende. Et André Grammatico de conclure : « Nous voulions absolument finir sur une note joyeuse. Le résultat du Paul Ricard est semblable à une victoire pour nous. On a toujours su travailler dur pour progresser et garder le moral, l’esprit, l’entente et le sourire. »

B.L.S. – communiqué © Romane Didier & Pro Photos Sport