EPREUVES SUR ROUTES : LES N° DE COURSE A LA PLACE DES IMMATRICULATIONS

mercredi 6 juin 2012 par IMEC


A partir de ce vendredi 8 juin, s’opérera un changement pour les épreuves organisées sur routes, ceci concerne avant tout les rallyes. En effet, les voitures de compétitions ne sont pas conformes à la fiche d’homologation du constructeur. Pourquoi ? Pour pouvoir disputer une compétition automobile, une voiture disons tout simplement de série, se voit greffer des éléments de sécurité obligatoires, tels que l’ arceau cage, des sièges baquets, coupe circuit, harnais, extincteur. Avec seulement ces éléments la voiture ne correspond plus à la fiche constructeur, ne parlons pas des préparations moteurs, des dimensions des roues et autres modifications. Donc le voiture ne peut plus circuler sur une route ouverte à la circulation sous peine d’amende (Contravention de 4e classe – Article R.322-1 du code le route), d’ immobilisation, voire de saisie. Si elle peut participer à un rallye dont le parcours est temporairement interdit à la circulation automobile, lorsqu’elle quitte les spéciales pour rejoindre par exemple le parc d’assistance, elle circule sur une voie que tout le monde utilise, c’est là que le bat blesse ! Imaginez des agents de la force de l’ordre très zélés, qui arrêtent des voitures qu’ils savent pertinemment non conformes. PV, immobilisation des véhicules et terminée l’épreuve. Le problème ne date pas d’aujourd’hui, par le passé certains participants en ont déjà fait les frais.

Ce qui est nouveau

Devant un état de fait qui dure depuis trop longtemps, une solution devait être trouvée. De nombreuses réunions de travail entre la FFSA, les ministères des transports, de la jeunesse et des sports, et de l’intérieur, a permis d’apporter une dérogation temporaire au code de la route, dans le cadre d’une manifestation sportive dûment autorisé par le préfet, ou le Ministre de l’Intérieur (Décret du 5 mars 2012). Allons à l’essentiel de cette nouvelle réglementation :

  • L’immatriculation du véhicule ‘’disparaît’’ pendant la durée de la compétition. Les plaques sont soit démontées soit occultées par un autocollant noir.
  • Cette immatriculation sera remplacée pendant l’épreuve, par le N° de course attribué par l’organisateur. A l’avant, la plaque sera mise 10 cm au dessous de l’angle supérieur droit du pare-brise. A l’arrière, elle sera positionnée à l’emplacement de la plaque d’immatriculation, sa couleur sera composée de caractères noir sur fond blanc.
  • Si un concurrent ne respecte pas cette nouvelle réglementation il encourt des sanctions pénales.
    Une voiture de compétition, comme celle de monsieur tout le monde, devra impérativement avoir des dispositifs prévus par le code de la route, en bon état de marche : feux de croisement, feux de position avant et arrière, feux stop, indicateur de direction, avertisseurs sonores et rétroviseurs. Des éléments qui seront contrôlés par les commissaires techniques, avant l’épreuve. En cas de disfonctionnement, ou d’absence d’un ou plusieurs éléments, le concurrent peut se voir interdire de prendre part à l’épreuve. Un autocollant signé et daté par le commissaire, attestant du bon fonctionnement sera apposé sur la vitre arrière gauche, ou sur la portière.

Une nouvelle obligation pour les organisateurs

Les organisateurs devront établir une liste des participants, ainsi que des voitures ouvreuses. Celle ci comprendra le nom, prénom, date et lieu de naissance, N° du permis de conduire, nationalité, adresse, pour le pilote et le copilote, ainsi que le N° de course attribué au véhicule. Il en est de même pour les éventuels suppléants. Cette liste doit être transmise au moins six jours francs avant le déroulement de l’épreuve à l’ autorité préfectorale.

Voici résumé la nouvelle réglementation, qui permettra à tous les concurrents, de ne plus prendre le risque de se voir verbaliser à cause d’une voiture non conforme au code de la route.

B.L.S.