71e GRAND PRIX D’ALBI : IL FAUT VIVRE AVEC SON TEMPS

samedi 20 avril 2013 par IMEC

Cette semaine, a été dévoilé par les responsables du circuit d’Albi la teneur du 71e Grand Prix qui se déroulera les 7et 8 septembre prochains. Nous y reviendrons. Bernard Gonella, le président, nous parle de ce que sera l’avenir de ce grand prix, qui sera en quelque sorte, dans la continuité de ce que nous avions vu en 2012. Il faut vivre avec son temps pourrait être le résumé du discours du président.

Depuis 1928, date de notre création, nous n’avons cessé de devoir nous adapter aux contraintes réglementaires, sportives, de sécurité ou encore économiques. Aujourd’hui, nous sommes une nouvelle fois devant un tournant de notre histoire. Continuer dans la direction qui était la notre depuis maintenant près de 20 ans nous amènerai à demander pour le Circuit d’Albi une homologation international auprès de nos fédérations de tutelle, puisque aujourd’hui, la quasi totalité des disciplines ont fait le choix de s’inscrire en course FIA.

Quelles étaient donc nos opportunités…Le conseil d’administration a longuement réfléchi cet hiver et a étudié toutes les possibilités. Un premier constat c’est rapidement imposé à nous : notre équipement bien qu’en très bon état grâce au soutien des collectivités, ne peut plus être mis au normes FIA sans d’énormes travaux, avec suppression d’une voie de sécurité sur la ligne de départ, élargissement de la voie des stands et déplacement du mur béton. Ouverture de portes sur l’arrière des stands impliquant de refaire la totalité du paddock. L’estimation de ces travaux représentant plusieurs millions d’euros, il eut été totalement déplacé de demander cet effort aux contribuables de notre région, dans une période ou le contexte économique est plus difficile que jamais. Nous avons donc décidé à l’unanimité d’abandonner cette voie.

Bien sûr, notre passion nous laisse sur notre faim et j’entends déjà ça et là quelques commentaires acides à notre encontre. Sachez que nous avons pris cette décision en hommes responsables de l’argent de tous et que nous sommes aujourd’hui fiers d’avoir trouvé des solutions qui n’auront aucune pression fiscale exceptionnelle sur les collectivités.

Alors, la question qui est sur vos lèvres : que va devenir le Grand Prix d’Albi ?

Vous savez que nous avons initié il y a quelques temps une démarche vers les nouvelles technologies à travers EVEERHYPOLE et nous travaillons ardemment dans ce sens. D’un autre côté, le succès populaire de l’an dernier et les nombreux témoignages de remerciements et d’encouragement de faire du Grand Prix un évènement festif, nous a conforté dans notre choix de nous orienter vers des plateaux conviviaux, des démonstrations et surtout offrir une permanente mise en valeur de notre passé, autant pour faire rêver les anciens que faire découvrir aux jeunes populations l’évolution qu’à connu notre sport en quelques décennies. Dans cet esprit nous avons mis en place un plateau qui devrait satisfaire tout le monde, un mélange de compétition, de démonstration et d’exposition. Nous avons, conjointement avec la SEM Albi Expos, investit dans un gros projet d’avenir dont la première édition aura lieu dès cette année.

Je suis persuadé qu’ainsi, nous répondons à la très grande majorité de nos fervents supporters,
tout en tournant définitivement nos regards vers l’avenir, en restant comme toujours en avance sur l’histoire avec les risques que cela comporte, et que nous avons l’habitude d’affronter