LA POLE POUR FABIEN LAVERGNE EN AUTRICHE

vendredi 27 juillet 2018 par IMEC

Un peu plus d’un mois après les émotions vécues sur le grand circuit du Mans, la Michelin Le Mans Cup a repris ses droits sur le Red Bull Ring. L’étape autrichienne a vu l’équipe CD Sport décrocher sa première pole position dans la série – la deuxième de l’année en y ajoutant celle obtenue dans le cadre du Challenge V de V au Paul Ricard. Et pour en finir avec les statistiques, la Norma N°30 s’est hissée cinq fois en première ligne en neuf qualifications disputées depuis le début de la saison. Un score remarquable pour un team qui fait ses premiers pas dans la catégorie LMP3, où, comme chacun sait, la concurrence est rude. Mais hélas, un nouvel incident inattendu dans les stands a transformé une probable victoire en 5e place pour l’équipage Fabien Lavergne et Laurents Hörr.

Anthony Pons n’étant pas disponible, c’est le pilote de Marmande, Fabien Lavergne, auteur du meilleur tour en course à Dijon en début de mois, qui rejoint Laurents Hörr à Spielberg. Conformément au règlement de la Michelin Le Mans Cup, il se voit confier la responsabilité de qualifier la voiture. Une tâche dont il s’acquitte à merveille, avec la pole position au bout de l’effort pour sa première visite sur le circuit autrichien.

Une averse vient détremper la piste à une heure du départ et la course commence derrière la voiture de sécurité. Au feu vert, Fabien Lavergne entame son cavalier seul en creusant un écart conséquent sur ses poursuivants. Il possède 37 secondes d’avance quand il rentre dans la pitlane à la fin du 34e tour. Laurents Hörr lui succède dans l’habitacle de la Norma M30 CD Sport, mais alors que les mécanos s’affairent pour monter quatre pneus slicks, on se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond au niveau de la roue arrière gauche. L’écrou est bloqué ! L’opération entraîne une perte de temps de l’ordre de 55 secondes et quand la voiture peut enfin quitter son stand, elle se retrouve à une bonne minute de la tête.

Laurents parvient à réduire cet écart de moitié et à revenir de la 7e à la 5e place. En chemin, il se fait harponner par une autre voiture, heureusement sans dégâts. Puis, le pilote CD Sport bute sur un obstacle de taille : une autre Norma, celle de Duncan Tappy, un des pilotes les plus réputés et expérimentés du peloton. Au 70e tour, Laurents trouve un trou de souris pour surprendre son adversaire. Le Britannique passe dans le bac, l’Allemand part en tête à queue et un troisième larron en profite. Laurents franchit finalement la ligne d’arrivée au 5e rang devant Tappy, non sans établir le 3e temps en course sous le damier ! Ils l’ont dit : Fabien Lavergne : « Aux essais libres, j’avais perçu que le niveau était élevé, je n’étais donc pas complètement sûr de moi. Mais j’ai pris un super rythme, les chronos ont commencé à tomber et la pole est arrivée presque naturellement. Je me suis senti soulagé et aussi heureux de partager cette satisfaction avec l’équipe. La pluie apparue avant le départ ne m’a pas effrayé car j’ai tendance à être à l’aise sur le mouillé. Au bout d’une vingtaine de minutes, des traces sèches sont apparues avec le risque d’une dégradation rapide des pneus pluie. Mais je n’ai pas eu besoin de modifier mon style de pilotage, qui est assez coulé pour ménager les pneus. Je pouvais encore attaquer à la fin de mon relais. » Laurents Hörr : « J’ai tout donné pour tenter de rattraper le temps perdu dans les stands. J’ai eu du mal à dépasser Tappy car il avait visiblement un réglage avec moins d’appui aérodynamique pour favoriser la vitesse de pointe. Un choix opposé au nôtre. Certains ont pu penser que ma tentative de dépassement était optimiste mais elle ne l’était pas. J’ai vu un espace, j’y suis allé. Comme j’étais à l’intérieur pour le virage et qu’il a fermé la porte, je n’ai pas été tenu responsable du contact. Je pense qu’il a été surpris et qu’il ne s’attendait pas à mon attaque. Après, finir P4 ou P5 était anecdotique, l’important c’est que nous n’avons pas gagné alors que nous ne pouvions pas perdre ! » Laurent Cazenave :« Nous avons fait le week-end parfait et tout s’est écroulé à cause de ce problème d’écrou. Nous ne comprenons pas pourquoi il est resté collé à la jante. En tout cas, il faut tirer un coup de chapeau à l’équipe pour la performance de la voiture et aux pilotes qui ont été diaboliques. »

La pause estivale ne sera pas que farniente car les échéances de la rentrée seront particulièrement importantes en V de V (Navarra, 31 août et 1er septembre), FFSA GT (Magny-Cours, 8 et 9 septembre) et Michelin Le Mans Cup (Spa-Francorchamps, 21 et 22 septembre).

B.L.S. – communiqué © Pro-Photos-Sport