PAU : LES BREVES DU PADDOCK

samedi 10 mai 2014 par IMEC

Le vendredi est toujours une journée à part. Elle est en quelque sorte le calme avant la tempête. Pas trop de monde, permet de faire des clichés sans se soucier de qui va passer devant la boîte à images, n’ affolent pas encore trop les acteurs, sauf ceux qui doivent justement en réaliser un pour la course du samedi. L’on peut faire le tour des structures, tailler une bavette avec les uns et les autres, sans regarder en permanence la montre. Une occasion également de recueillir les derniers potins.

Anthony Beltoise cherche désespérément combinaison pour participer aux premiers essais libres des électriques. Cette dernière perdue par la compagnie aérienne entre Paris et Pau, Anthony fait le tour du paddock pour trouver l’ habit de lumière, sinon il reste sur la touche.

Anthony Gandon et non Gandin comme orthographié par certains, est engagé de dernière minute en Supertourisme. Initialement il devait partager le volant de la N°30 avec son pote Paul Lamic, mais ce dernier trop pris par son boulot est aux abonnés absents.

Les Twin’cup affolent les chronos. Les préposés aux chronométrages n’en sont pas revenus, eux qui pensaient assister à une procession d’escargots, la surprise est de taille. Les Twin’cup vont vite et même très vite. Pour les deux courses de nuit les pilotes sont priés de coller des numéros fluo sur le pare brise afin de savoir qui est qui.

Le Toulousain Greg Raymondis qui pensait passer le week-end les doigts de pieds en éventail, doit vite déchanter. Un de ses pilote ayant fait faux bon, il prendra part à la course des Mitjet –Supertourisme. Il partage le volant de la N°11 avec le Palois Laurent Bambalère.

Malgré lui Steeve Compain ne se doutait pas une minute qu’il allait revenir dans le Béarn quinze jours, après la Coupe de France des Circuits à Arnos. D’ailleurs celui qui l’a engagé ne lui a pas demandé son avis : « Tu ne t’occupes de rien sauf de conduire, que cela te plaise ou non ! »


Eric Trémoulet serait-il tenté par la Twin’cup ?

Si certains font relâche ce vendredi, ce n’est pas le cas des monteurs de Michelin qui ont du pain sur la planche, la pile de pneus ou de jantes en attestent.

Plus tard, ils attendent le bon vouloir des équipes pour aller limer le bitume palois.

Retour au pays pour le Lourdais Simon Abadie à gauche, en discussion avec un membre de l’équipe Lotus Team Junior.

Qu’il est loin le temps où l’on pouvait donner le nom d’un pilote en le dévisageant, désormais il faut le chercher sur les pontons de la monoplace.

Encore quelques minutes et les premiers essais libres des FR 2.0 vont débuter.

Dans la famille Milan, l’apprentissage de la conduite commence dès la sortie du berceau, plutôt orienté sur le poids lourd et non la berline comme le papa Nicolas.

Chez Renault l’on ne plaisante pas avec le poids, passage obligé sur les balances pour monoplaces de la FR2.0.

Le barnum de la F4 est plutôt imposant et encore il en manque

Stéphane Eychenne, vient de jouer un bon tour à ses petits camarades de la Twin’cup en réalisant le meilleur temps, de la première séance d’essais libres.

Un coup à toi, un coup à moi pour les deux copains Florient Laffarge et Dorian Darblade. A tour de rôle ils échangent les emplois du temps suivant les meetings, un coup l’un pilote et l’autre mécanique, et la fois d’après il se produit l’inverse.

Pas de RTT ni de journée fériée pour les occupants de la salle de presse, au turbin !

B.L.S.