L’ ALPINE A 110 CUP EN ESSAIS A NOGARO

samedi 26 mai 2018 par IMEC

Cette semaine, à Nogaro, pendant deux jours, l’ équipe d’ Alpine Signatech avec Philippe Signault en tête, participait aux essais pour ses clients acquéreurs d’ une A110 Cup avec une dizaine d’autos sur les 18 qui seront présentes lors de la course inaugurale. Une course qui se déroulera lors du meeting de l’endurance du Blancpain Serie, sur le circuit Paul Ricard lors le premier week-end de juin. Réglages, adaptation pour certains pilotes, et même en prime quelques bacs à graviers. Parmi ces pilotes Vincent Beltoise, Pierre Sancienena, Pierre Macchi, Denis Gibaud et autres du team Milan Compétition qui roule habituellement sur Peugeot 308 Cup avec Carlos Antunes Tavares dans le cadre du TTE. Nous lui avons demandé son impression : « Tout d’abord, je n’ai pas l’habitude de la propulsion, mais de la traction, donc je dois prendre mes marques. Elle est moins puissante que la 308 mais elle freine mieux et elle est plus aérodynamique, mais avant tout je dois m’y habituer. Dans l’immédiat je ne ferai pas l’ épreuve du Ricard étant engagé en TTE. N’étant pas présent à deux reprises c’est Nicolas (Milan) qui prendra les commandes. »

Denis Gibaud doit apprivoiser l’ Alpine A110 Cup.

Lors de cette journée ensoleillée nous avons pu découvrir toutes les facettes de cette voiture qui fait rêver tous les amateurs, quelle soit en version .civile ou de compétition, Alpine n’est pas un nom qui s ‘oublie, à tel point que le carnet de commande pour la version civile déborde par à ras bord. Essayons de voir quelles sont les principales caractéristiques de la Cup avec quelques images.

Son châssis est du type monocoque aluminium comme la carrosserie avec un arceau renforcé côté aérodynamique, il est équipé d’un fond plat d’un diffuseur et d’un becquet arrière

Son moteur de type 4 cylindres de 1,8 litres de cylindré turbocompressé à 16 soupapes, en position centrale, la puissance grimpe à 270ch contre 252 pour la version civile, à 6000 tr/mn et possède une gestion électronique Magneti-Marelli SRG 140.

Pour la transmission du type propulsion, sa boite de vitesse séquentielle est à 6 rapports, avec des palettes au volant pour la commande, le différentiel est du type autobloquant à glissement limité et l’embrayage est un bi-disque en acier fritté.

Pour les trains roulants et suspensions des doubles triangles superposés, avec des amortisseurs Öhlins réglables 2 voies. Les freins avants ont les caractéristiques suivantes : d’un diamètre 355 x 32 mm équipés d’ étriers 6 pistons Brembo et arrières d’un diamètre 333 x 32 mm avec des étriers mordus par 4 pistons Brembo et une direction assistée électrique.

Les roues font appel à des jantes aluminium 9x18’’ à l’avant et à l’arrière 10x 18’’, montées respectivement par des pneus Michelin 25/64/18 et 27/65/18.

Pour ces dimensions, la longueur est de 4178, la largeur 1798 et la hauteur de 1190 mm pour un empattement de 2419mm, des voies arrières 1565 et arrières de 1570mm, pour un poids d’environ 1050kg. Le réservoir de carburant de 65 litres est homologué FIA FT3.

Une chose est sûre, pour certains pilotes il n’est pas facile de ne pas caler au départ. Cette séance de départ a mis en évidence des ratées qu’il va leur falloir corriger, apparemment le turbo ne s’apprivoise pas facilement.

Débriefing pour l’ équipe de Nicolas Milan

Pour le plaisir des yeux, voici quelques photos supplémentaires.

B.L.S.