V de V A MAGNY COURS : QUI SERONT LES CHAMPIONS ?

vendredi 10 octobre 2014 par IMEC

Ce week-end, pour certains challenges du V de V, la saison 2014 prendra fin sur le circuit de Magny-Cours. Un week-end qui réunit tous les plateaux de cette série. Si la réputation de l’ambiance du paddock n’est plus à faire, cette halte en Nièvre sera également l’occasion, sur la piste, de décerner les premiers lauriers. Les Challenges Endurance Proto et GT / Tourisme devant encore faire escale à Estoril du 7 au 9 novembre, Magny-Cours sera en effet le théâtre de la finale des Challenges Endurance VHC, Funyo et Monoplace. Trois challenges dans lesquelles les titres sont loin d’être décernés !

Endurance Proto - CD Sport et Palmyr à la chasse au TFT A Motorland, l’épreuve de neuf heures la plus longue de l’année, à coefficient 2, a bouleversé le classement du Challenge. Anciens leaders, les fers de lance de la structure CD Sport, Marc-Antoine Dannielou et Maxime Pialat ont en effet cédé leur fauteuil à Vincent Capillaire, victorieux en Espagne aux côtés d’Alain Ferté et Philippe Illiano. Le pilote TFT ne compte cependant que 20 points d’avance, et à deux courses de la fin -celle-ci sur six heures - rien n’est joué. D’autant que Timothé Buret et Christian Vaglio-Giors suivent à 16,5 points. Contre toute attente, ces derniers ont pris la mesure de David Zollinger et Philippe Mondolot, associés cette année à Thomas Dagoneau, au sein d’une écurie Palmyr qui alignera cinq Norma M20FC ! Le week-end cauchemardesque dont ils furent victime à Aragon n’arrangeant rien, les champions sortants figurent aujourd’hui à la 8e place du classement, derrière les toujours très réguliers Thomas Accary, Jean- Ludovic Foubert, Nicolas Beraud (CD Sport) et Daniel Bassora / Lionel Robert (DB Autosport). Il faudra cependant compter sur les Ligier JS 53 Evo du OAK Racing et du Graff Racing pour arbitrer cette lutte. La structure bordelaise s’était d’ailleurs distinguée à Motorland en décrochant la pole position avec Trouillet, Clairay, Gauvin. 33 Norma, Ligier, Tatuus et Pescarolo en piste, ça promet !

Endurance GT / Tourisme : Visiom à la relance ? La Ferrari 458 GT2 N°2 Visiom que se partagent Jean-Paul Pagny, Thierry Perrier et Jean-Bernard Bouvet a depuis le début de saison figuré parmi les plus compétitives en piste. Mais divers soucis les ont privé de gros résultats qui les voient aujourd’hui occuper la deuxième place du classement. La constance de la Porsche 911 GT3-R N°17 du Ruffier Racing permet ainsi à Patrice et Paul Lafargue de caracoler en tête du Challenge avec 32 points d’avance. La régularité, qui est la clé en endurance - jugée le week-end prochain sur quatre heures - est également la marque de Frédéric Ancel, Gilles Blasco (Porsche 911 GT3-R N°007 Porsche Lorient Racing) et Eric Mouez, David Loger (Porsche 911 GT3-R N°44 Nourry Compétition), les deux équipages qui complètent le quatuor de tête. Si le Britannique Lawrence Tomlinson n’apparaît qu’en 12e position, ce n’est pas faute d’avoir démontré la compétitivité de sa Ginetta G55 GT3. Vainqueur à Dijon avec Tom Sharp, le patron de la marque retrouvera à ses côtés son pilote de développement Mike Simpson. En GTV2, la lutte se poursuit entre Franck Thybaud (Audi R8 LMS N°45 AB Sport Auto), associé à Magny-Cours à Thierry Proust et Michel Wegelin, et le duo Pierre Martinet, Gérard Tremblay (Porsche 997 Cup S N°65 Alméras), accompagné de Franck Perera. Signalons enfin le retour de la Ferrari F458 Challenge de Franck Metzger, associé au très rapide Julien Piguet et à Carlos Sarrea, des deux Porsche 997 Cup du team RMS, mais également des « protos » de la catégorie S1 de Solution F et GC Automobile des frères Gomez.

Endurance VHC, ils ne sont plus que deux pour le titre : La situation est limpide, tant en GT qu’en proto où les titres peuvent basculer entre l’une ou l’autre écurie. Honneurs aux leaders du général, Patrick Simon et Peter Mülder, les vainqueurs des « 2 Tours d’Horloge » qui, au volant de leur Porsche 964 Cup, devancent l’inusable Bernard Moreau (Porsche 911 RSR Polybaie). Ce dernier occupe toutefois la quatrième place du Challenge, derrière « Nelson » et Christophe Kubryk (March 81S Palmyr), premiers en proto devant Olivier Huez (Lola T598 Sportmeca), qui partagera le volant avec Jérôme Sornicle. Il faudra toutefois compter sur Yann le Calvez et sa puissante Elva MK8 pour la victoire, ou Alain Bazard, de retour avec sa Ford GT40. Parmi les autres come back, notons également celui de la De Tomaso Pantera de Meca Moteur.

Challenge Funyo V de V, beaucoup de prétendants au trône Dans le peloton toujours très compact et disputé du Challenge Funyo, quatre concurrents se sont détachés au fil des courses. Malgré un meeting en demi-teinte à Aragon, à l’image de son rival Quelet (J L Pure Racing), Serge Heriau (AGR) aborde cette finale en leader avec 25 points d’avance grâce à ses trois victoires. C’est moins que Jean Quelet, qui en a décroché cinq, mais sa régularité fait pour l’heure la différence. Gare toutefois au fiston Heriau, Gilles et à Arlan Boulain (tous deux chez AGR) qui peuvent encore mathématiquement être sacrés ! Parmi les prétendants au podium, final et de l’épreuve, citons Jacques Fontbonne (HMC Lohéac), ou encore Gwenaël Delomier (Objectif Chrono), sur une pente ascendante depuis ses deux premiers top-3 en Espagne. Quant aux honneurs dans la classe F4, en l’absence de Gaylor Herold, ils reviendront à Sylvain Mercier. Le pensionnaire de la structure SRT devra cependant affronter Philippe Guelfucci (Prom’Auto Sport) et la féminine Jennifer Michel (AGR), très performante en Espagne. Avec 32 Funyo en piste, ça risque de se bousculer dans les premiers virages !

Challenge Monoplace V de V : Une formalité pour Cazzaniga ? Un total de 120 points sera distribué dans la Nièvre, mais ils ne sont plus que trois à pouvoir prétendre coiffer la couronne du Challenge Monoplace, réunissant à Magny-Cours 28 Formule Renault 2.0. Avec 68 points d’avance, l’Italien Daniele Cazzaniga fait cependant figure de grandissime favori. Le pilote GSK a en effet aligné huit succès en quinze courses et reste sur une dynamique positive grâce au carton plein réalisé à Motorland-Aragon. Jordan Perroy n’a pas pour autant mis genoux à terre, mais le pilote RC Formula devra se méfier du retour tonitruant d’Antonin Borga (Bossy Racing Team), lui aussi mathématiquement en lice pour la victoire finale, et qui lorgne en tout cas sur la place de vice-champion. Quant à Timothé Buret (Palmyr), s’il ne peut plus être titré, le podium est à sa portée. Dans la catégorie B, enfin, Sylvain Milesi (Racing Team Trajectoire) devance de 31,5 points son premier poursuivant, Grégory Choukroun (AB Sport Auto).

Stéphane Enout