CIRCUIT VH : GRAND PRIX DU PAS DE CALAIS

vendredi 11 mai 2018 par IMEC

Cette épreuve organisé les 21 et 22 Avril sur 2 jours sous un ciel bleu azur et une chaleur méditerranéenne image bien l’autre voie proposée aux amateurs de circuits par les initiateurs du Groupement de Trophées Indépendants : Monoplace Passion, Avenir Cup, Saloon Car et HTCC. Son objectif, des meetings sympas sur 2 jours en relation directe avec les ASA locales et les circuits, des courses disputées ou la priorité est donnée aux pilotes en limitant l’incidence de leur porte monnaie, et une belle fraternité entre tous les pilotes sans oublier les après courses. Place au sport !

H.T.TC Avec 25 inscrits et malgré quelques forfaits de dernières minutes, le plateau avait fière allure avec des nouveaux arrivants comme Mace, Rethore (505) Faure (R5 GT) et les retours appréciés de Delecour (Monza), Marteau (R3), Colin (Mini 1275 GT), Truffier (530 IUS), Cholley (Ford RS), Lorriaux et Planquart (SAAB).

Les essais qualificatifs : Si J. Marteau sur sa R3 Tourisme amélioré signait tout naturellement la Pôle devant toutes les Tourismes de Séries, il était suivi de très près par le Champion HTCC 2016 P. Truffier devant le local S. Delecour qui étrennait sa très belle et rare Opel Monza 3L. C. Lange et B. Lamoureux se disputaient la pôle des 505, le meilleur temps revenant pour 15/100 à C. Lange.« Levla » dont c’était la première sortie en 505 pointait en 4e position juste derrière D. Gillet. En Groupe N c’est le Champion 2017 C. Chalon (325 I) qui rafle la mise devant P. Bourguignon et E. Faure. De même qu’en Prosérie on pointait la SAAB de JP. Lorriaux devant l’Alfa de F. Jorand et P. Guerner qui devra abandonner.

Course 1 : Alors que P. Guerner est forfait, P. Truffier, S. Delecour et J. Marteau s’échappent peu à peu dès l’extinction des feux, derrière la bagarre est superbe durant les 18 tours entre P. Depotter, C. Lange et B. Lamoureux d’une part et D. Gillet, A. Cholley, « Levla », M. Castelli d’autre part.C. Chalon étant intercalé entre ces 2 groupes. Suivent ensuite JF. Mace (505), P. Bourguignon (AX Sport), E. Faure (R5 GT) et F. Jorand (Alfa).S. Delecour puis J. Marteau s’arrêtent sur problèmes mécaniques, laissant P. Truffier remporter cette 1re course et le Grpe 1. Chalon remportait quant à lui le N, Lange la Coupe Antho, et Jorand la Prosérie.
Course 2 :S. Delecour qui n’a pu faire redémarrer l’Opel est forfait, laissant Truffier, Marteau, Depotter, Chalon et Cholley en découdre devant les 505 de Gillet et « Levla » alors que Lange devait s’arrêter boite bloqué. M. Castelli (BMW 530) victime de coupures d’allumage à du mal à suivre.Entre P. Bourguignon (AX), JP. Travert (505) et E. Faure (R5 GT) la lutte est omniprésente, de même entre P. Rethore (505), PO. Planquart (SAAB 900) et F. Jorand (Alfa GTV). J. Marteau remporte la catégorie Tourisme Améliorée, P. Depotter le GP 1, C. Chalon le Groupe N et la SAAB de PO. Planquart la Prosérie.A noter les très discutables décisions du directeur de course arrêtant à 3 tours de la fin P. Truffier et PA. Thibaut sous le douteux prétexte de vitre latérale trop baissé de quelques centimètres pour l’un et excès de dérapages pour l’autre alors que le public en raffole. Incompréhensible !!!

Course 3 : Ecœurés par le comportement discutable de la direction de course à leur égard P. Truffier et PA. Thibaut sont forfaits. Si J. Marteau (R3 GP 2) s’échappent naturellement, en Tourisme de Série le résultat est incertain entre le BMW de C. Chalon et les Escort de P. Depotter et A. Cholley roues dans roues durant les 18 tours de course. La victoire ne se décidera à l’avantage du pilote de la BMW que dans le dernier tour. D. Gillet débarrassé de « Levla » (pneumatique) et de C. Lange (mécanique) remporte de belle manière sa catégorie devant JF. Mace nouveau venu en Coupe Antho. E. Faure (R5 GT), P. Bourguignon (AX), PO. Planquart (SAAB) et F. Jorand (Alfa GTV) en complétant les podiums de catégories démontrent la belle diversité d’autos existant en HTCC et le fait qu’entre les N, 1, Prosérie et 505 rien n’est joué à l’avance.En revanche week-end sans pour Colin (Mini) et l’équipe Ruiz - Rionda (505 V6) confrontés à des soucis mécaniques récurrents.

AVENIRCUP :20 voitures inscrites contrat rempli, seul Jacky Esnault était forfait. Parmi les nouveaux venus Philippe Marin qui partage désormais la Merlin du vainqueur 2017 de l’Avenir Cup Jean Luc Delort, Cyrille Guillemin qui nous vient de la Cathéram sur l’ancienne voiture de Jacques Lemoine le constructeur des ACL, et Maxime Bastard qui rejoint son père en achetant une magnifique ARC MF2, 3 semaines avant la course ; à ceux-là se sont joint Didier Rabet sur une très belle Marcadier FM1 de 1965 et Jean Pierre Destombes le local de l’épreuve, sur un coupé CG 548 très performant.
Essais quelificatifs : 20 minutes ont permis à Didier Bastard le père de Maxime, pour s’approprier la pole position aux dépens de Lionel Martinucci toujours impressionnant qui découvrait tout juste le circuit. On retrouve en 2éme ligne Patrick Lebeaupin et l’excellent Philippe Marin très bien placé pour sa première course au sein du Challenge Avenircup. Jean Marc Dureanteau (bris moteur) et Yves Riffiod avec sa très belle ARC MF16 (moyeu arrière) ne dépasseront pas la séance d’essais.

Course 1 :Auteur d’un super départ Patrick Lebeaupin se glisse à l’intérieur du 1er droit, mais à 3 de front ça ne passe pas et il y perd son aileron et ses espoirs de victoire après un contact rugueux avec Didier Bastard. Dominique Pascal en embuscade règle tout le monde et s’échappe en tête en se faufilant parmi les voitures de tête suivi de Philippe Marin et Didier Bastard. Lionel Martinucci qui est allé butiner un peu d’herbe pour éviter le contact avec les 2 protagonistes entame son inexorable remontée. Malgré un embrayage patinant sur la fin, il pousse à la faute le leader en délicatesse avec ses freins et s’empare du commandement à deux tours de l’arrivée. Dominique Pascal réussit à conserver la 2e place devant un Patrick Lebeaupin revenus du diable vauvert sans aileron suite à l’accrochage du 1er tour. Louis Mainguy dont c’était sa première apparition depuis Angoulême 2014 où il avait fait un podium, vient prendre une belle 4éme place sur sa Simkit qu’il partage avec Cyrille Rubaud. Philippe Marin, voiture handicapée suite à un freinage trop optimiste de Didier Bastard au 16 tour, se retrouve 5éme. Juste derrière Gilles Landrin 6e se place Pascal Sadorge très régulier avec un moteur d’origine sur la SMS B16, ex Olindo Iacobelli qui avait signé en 1985 sur cette même voiture un étonnant chrono de 59’ 66 en Coupe de l’Avenir. Belle 8e place du local Jean Pierre Destombes sur son CG. Le prix de la combativité Christian Dubois revient à Maxime Bastard sur son ARC MF2 équipée pour la côte qui a régalé les spectateurs avec de longues glissades limite drift et grosse frayeur de Cyrille Guillemin sorti dans le bac du gauche le plus rapide du circuit suite à eu une rupture de moyeu arrière et dont la voiture n’a pu être évacuée qu’en fin de course.

Course 2 :La grille de départ constituée en fonction du résultat de la course 1 amène J L Delort , qui a repris le volant de sa Merlin positionnée en 3e ligne, à faire parler la poudre dès le 1er freinage afin de se retrouver au niveau de L. Martinucci parti en pole position. Cote à cote jusqu’au 2e virage, chacun retardant son freinage au maximum, L.Martinucci part en tête à queue doit laisser passer tout le peloton et repart bon dernier . Devant, ne relâchant jamais son effort, Luc Delort s’échappe jusqu’au drapeau à damier. On retrouve derrière l’écurie SIMKIT avec Jean Luc Mainguy et Cyrille Rubaud, puis suit Gilles Landrin. Toujours gêné par son embrayage, Lionel Martinucci auteur d’une fantastique remontée qui le conduira jusqu’à la 2e place du podium est le seul à finir dans le même tour que le vainqueur. Le toujours performant Cyrille Rubaud complètera le podium en prenant la 3e place devant son coéquipier et team manager Jean Luc Mainguy. Suivent Landrin 3éme du Classement général derrière Martinucci et Delort. Patrick Lebeaupin (cardan) , Jean Pierre Destombes (moteur) et Dominique Pascal ( bac à graviers) ne verront pas le drapeau à damiers. Didier Bastard termine à la 6éme place devant un Didier Rabet très régulier avec sa magnifique Marcadier FM1. Suivent Pascal Sadorge, Paul Guillen qui se familiarise avec sa belle Urban ALfa 33, Jacques Carion SIigma, handicapé tout le weekend par des problèmes de boite et Jojo Esteves sur sa Merlin à effet de sol après avoir résolu ses problèmes de surchauffe. Didier Chollat remporte la classe 1300 sur sa Mambo devenue elle aussi fiable. Maxime Bastard n’a pas pris le départ de la course.

Un bilan très positif pour ce 1er rendez-vous du Challenge Avenircup 2018, ambiance super sympa dans le paddock aussi bien entre les concurrents mais aussi avec les autres trophées comme Monoplace Passion de Paul Vezin et Philippe le Nech et le HTCC cher à notre ami Didier Gheza.

MONOPLACE PASSION :Premier meeting de la saison et de l’histoire à Croix en Ternois pour Monoplaces Passion, 13 participants prennent le départ aux essais qualificatifs le samedi matin. C’est Mathieu Boissière qui réalise le meilleur chrono en Formule Ford Zetec et François Mazingant en Formule Ford Kent. Le dimanche matin pour la première course à l’issue d’une belle bagarre contre Mathieu Boissière, c’est Philippe Boscher qui remporte la course sur Ford Zetec et réalise le meilleur temps de la course en 1:00.851, juste derrière en 3e position François Mazingant 1er en Ford Kent. Pour la seconde course, bis repetita, c’est le même trio qui forme le podium, mais cette fois c’est Mathieu Boissière qui obtient le meilleur temps en course en 1:00.310. Pour la troisième et dernière course, Philippe Boscher reprend la première place sur le podium, suivit de Mathieu Boissière et François Mazingant, le plus rapide en course c’est Rémy D’ Aubreby, le régional de l’étape en Ford Kent qui signe le meilleur temps de la course en 1:00. 979. La « cantine de Jaja » à ré ouvert accueillant, avec la gentillesse qu’on connait à l’équipe, tous les pilotes et leur accompagnant pour des moments de convivialité inégalables.

Prochaine manche sur le mythique circuit en ville de Pau ou avec plus de 40 engagés en HTCC

B.L.S. – communiqué © photos Didier Descarpentries - Yves-Marie Mc Rez