A SPA, LE TEAM AKKA-ASP TERMINE DANS LE TOP 6

lundi 30 juillet 2018 par IMEC

Epreuve phare de la Blancpain GT Series, comptant dix épreuves, cinq en endurance et cinq en Sprint, les 24 Heures de Spa sont LE grand rendez-vous de la saison. Cette année, pour sa 70e édition, la plus grande course de GT au monde n’a pas failli à sa réputation et a offert du spectacle et du suspense de bout en bout. Avec 63 voitures alignées sur la grille de départ, le plateau était tout aussi quantitatif que qualitatif. Côté météo, et pour une fois, rien à signaler. Pas de caprice intempestif et pas de précipitations diluviennes pendant la course. Deux des quatre voitures AKKA-ASP ont rejoint la ligne d’arrivée, les deux Pro ont survécus à ces 24 heures pas comme les autres. La N°88 termine 6e tandis que la N°35 SMP Racing by AKKA-ASP prend la 16e place. Malheureusement, la N°90 et la #N°89 ont du abandonner suite à un accident, sans dommage pour les pilotes, mais qui les prive du damier de cette 70e édition.

Dans le clan AKKA-ASP, quatre voitures étaient à suivre, engagées dans trois catégories différentes. La Mercedes-AMG GT3 N°88 soutenue par l’usine, en catégorie Pro, avec Tristan Vautier, Daniel Juncadella et Raffaele Marciello, mais aussi la N°90, ledar de la Silver Cup en arrivant à Spa, avec Jack Manchester, Jules Szymkowiak, Nico Bastian, un équipage renforcé par le pilote allemand Fabian Schiller. Dans la catégorie AM, la N°89 a bénéficié d’un quatuor de premier plan avec l’équipage habituel, Eric Debard, Philippe Giauque et Fabien Barthez auquel s’est joint l’excellent Nicolas Jamin (grâce à la spécificité du règlement des 24 Heures autorisant un pilote Pro dans l’équipage) également en tête du championnat en arrivant dans les Ardennes. La quatrième Mercedes-AMG GT3, la N°35 de l’ équipe SMP Racing by AKKAASP proposait l’équipage habituel engagé toute saison en catégorie Pro, Michael Meadows, Denis Bulatov et Vitaly Petrov.

Retour sur des essais satisfaisants et un warm-up compliqué : en marge de la piste, les 24 Heures de Spa comptent toute une série de rendez-vous traditionnels destinés à resserrer le lien entre compétiteurs et fans. Parmi ces festivités, la parade des voitures conduisant les concurrents du circuit vers le centre-ville de Spa. A cette occasion, première frayeur pour la N°35 qui est victime d’un début d’incendie après un soucis de batterie. Plus de peur que de mal. Au terme des essais qualificatifs, le classement est défini sur la base de la moyenne de chaque meilleur chrono réalisé par chacun des membres de l’équipage. Les vingt premiers accèdent à la Super Pole du lendemain tandis que les positions sur la grille de la 21e à la 63e sont d’ores déjà figées. Dans la catégorie AM, Nico Jamin réalise le meilleur chrono de sa séance et la N°89 se classe 4e (48e du général) face une féroce concurrence. Belle satisfaction aussi en Silver Cup avec le 3e chrono de la catégorie pour la N°90 32e au scratch. Chez les Pro, la N°35 SMP Racing by AKKA-ASP manque de peu d’accéder à la Super Pole en se classant 24e. Quant à la Mercedes-AMG GT3 N°88, en prenant la 12e place des qualifications, elle s’ouvre les portes de la Super Pole du lendemain. Vendredi, en fin de journée, les vingt premières voitures des qualifications vont pouvoir s’affronter pour aller chercher la pole. Mais avant la séance officielle, un warm-up de 30 minutes permet à la meute complète (et pas seulement les 20 participant à la Super Pole) de s’échauffer. Tout se déroule au mieux, sauf pour Raffaele Marciello qui part à la faute assez violemment dès le deuxième tour et sort à la chicane des Combes, endommageant sérieusement l’avant gauche de la Mercedes-AMG N°88. Dès lors, une course contre la montre s’engage pour les mécaniciens de l’équipe afin de réparer et permettre à la voiture de s’aligner au départ. Après un travail acharné une grande partie de la nuit et de la matinée, la voiture se présente sur la grille de départ, au grand soulagement de l’équipage et de Jérôme Policand. Privée de participation à la Super Pole, elle s’élance donc de la 20e place.

Une course mouvementée… Samedi, à 16h30 précises, les bolides sont lâchés sur les 7 km du toboggan ardennais. Une course qui démarre sur les chapeaux de roues sans vraiment bousculer la hiérarchie établie par la grille de départ. Après un peu moins de deux heures de course, le Team AKKA-ASP doit déjà enregistrer un abandon, celui le N°89. Alors deuxième de la catégorie AM, Philippe Giauque sort violemment en haut du Raidillon et heurte le mur de pneus. Si le pilote est indemne, la Mercedes-AMG GT3 est fortement endommagée à l’avant gauche et doit renoncer. Grosse déception pour l’équipage qui arrivait en tête de la catégorie à Spa et qui malheureusement ne marquera que le minimum de points. La voiture engagée en Silver Cup, la N°90, connaît quant à elle quelques soucis et plonge au classement général dans le top 50. Au fil des tours, Jules Szymkowiak, Fabian Schiller, Jack Manchester et Nico Bastian reprennent régulièrement et patiemment des positions pour se hisser dans le Top 5 de la catégorie. Du côté des Pros, la N°88 navigue entre la 17e et la 18e place, tandis que la N°35 s’installe dans le Top 30 tour à tour pilotée par Vitaly Petrov et Denis Bulatov. La N°88 est dans le rythme mais sans plus. Et au bout de deux heures de course, la boite de vitesses commence à donner des signes de faiblesse. Avec l’augmentation de la température les rapports ont beaucoup de mal à passer. Alors que le jour décline et que la température descend, la boite de vitesses reprend un fonctionnement presque normal. Au terme du premier tiers de course, les choses se précisent. La N°88 entre dans le Top 10 (8e) et la N°35 est P28. Aux mains de Nico Bastian, la N°90 se maintient cinquième de la catégorie. A mi-course, au cœur de la nuit, profitant de la température et de trois safety-car « opportuns », Tristan Vautier puis Dani Juncadella prennent un sérieux avantage en installant la N°88 à la troisième place du général alors que Michael Meadows a repris le volant pour rapprocher la N°35 du Top 20. La N°90 est désormais au pied du podium virtuel de la Silver Cup quand un drapeau rouge, suite à un gros accident, vient interrompre la course pendant plus d’une heure.Quelques tours après la reprise, nouveau coup de tonnerre pour le Team AKKA-ASP quand l’Audi N°2 percute la Mercedes-AMG GT3 N°90 par l’arrière, propulsant à haute vitesse Jules Szymkowiak dans le mur de pneus au sommet des Combes. Le pilote sort rapidement de la voiture, indemne, mais la voiture a beaucoup trop souffert pour espérer repartir. La N°88 débute son arrêt technique obligatoire alors que le safety-car n’a pas encore pris la piste. Lui procurant un avantage certain, cet arrêt au bon moment permet à la Pro de rester dans le même tour que les leaders. A 9 heures du damier, les deux « survivantes » du team engagées dans la catégorie Pro, adoptent un rythme régulier et enchaînent les relais sans jamais relâcher la pression. La N°88 pointe dans le Top 3 et la N°35 se maintient dans le Top 20. Au jeu des ravitaillements les positions varient de quelques places mais sans grand bouleversement. Les pilotes enchaînent les doubles voire les triples relais. Mais vers 11h00, alors que la température remonte, la boite de vitesses fait à nouveau parler d’elle, ralentissant la progression de la N°88. A quelques encablures de l’arrivée, chacun prie pour que la boite tienne... Lello Marciello, Dani Juncadella et Tristan Vautier se succèdent au volant et c’est ce dernier qui finalement passe sous le damier à la 6e place du général. Pour la N°35 SMP Racing by AKKA-ASP, cette fin de course permet de reprendre quatre places. Alors que Denis Bulatov assure le dernier relais, la Mercedes-AMG GT3 passe sous le damier à la 16e place. Une belle performance malgré des pénalités sur la première partie de course pour non respect des limites de la piste.

Jérôme Policand dresse un bilan de cette 70e édition des 24 Heures de Spa : "Comme sur toutes les courses d’endurance de 24 heures, nous sommes passés par des émotions diverses. Nous enregistrons deux grosses sorties de piste en course et une au warm-up. Fort heureusement, les dégâts ne furent que matériels. Concernant la sortie de Lello durant le warm-up, il a fallu travailler d’arrache-pied pour remettre la voiture en conditions mais elle était bien sur la grille de départ samedi après-midi. Pendant la course, c’est bien la boite de vitesses qui nous a posé le plus de problèmes. Au final, Raffaele Marciello pointe en tête du de l’Endurance Cup Pilotes mais est également deuxième de la Blancpain GT Series Pilotes. Il faut souligner la très belle course de l’équipage de la N°35 qui a roulé sans commettre d’erreur. Vitaly Petrov, Denis Bulatov et Michael Meadows ont fait du très bon travail. Du côté de la Silver Cup, nous avons quelques regrets car l’équipage roulait bien. Ce soir, nous sauvons les meubles puisque Jack Manchester et Nico Bastian sont toujours en tête de la Silver Cup Blancpain GT Series. Enfin, dans la catégorie AM, grosse déception, tant pour les pilotes que pour l’équipe. Il faut se rappeler qu’une course de 24 heures n’est pas une course comme les autres, ce week-end, Spa nous l’a rappelé, rien n’est jamais écrit. Désormais, un petit break…puis rendez-vous à Budapest, dans un mois. »

Rendez-vous est pris avec la Blancpain GT Series Sprint Cup les 1er et 2 septembre…

Le classement est ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article7353

B.L.S. – communiqué © Patrick Hecq