POUR CD SPORT LE BUG DU BUGATTI !

vendredi 12 octobre 2018 par IMEC

Sous les nuages qui avaient envahi le ciel sarthois, l’équipe CD Sport s’est montrée aussi brillante qu’à l’habitude et candidatait pour une des marches du podium quand le démarreur de la Norma n°30 a fait des siennes. Elle a terminé cette avant-dernière manche de la série V de V sur le circuit Bugatti en 16e position et 13e de la catégorie LMP3.

Au Mans, CD Sport a accueilli son huitième pilote de la saison en V de V, et son sixième trio différent en six courses. Ce nouvel arrivant était loin d’être un inconnu puisque Jean-Ludovic Foubert avait décroché le titre de champion du Challenge V de V avec le team périgourdin à l’époque des protos CN 2 litres. Ses équipiers au Bugatti étaient les deux pilotes les plus assidus depuis le début de la campagne, à savoir Vincent Beltoise et Nicolas Mélin, qui ont pris part l’un et l’autre à cinq manches du championnat.

Pour des raisons stratégiques, Vincent Beltoise ne passe qu’un train de pneus neufs et ne participe pas à la totalité de la séance de qualification. Il décroche tout de même un bon 4e temps. Bien que malade, Nicolas Mélin tient sa place et réussit un beau départ sur une piste détrempée à souhait. Il s’empare du commandement et mène les débats pendant quelques tours. Mis à part un tête à queue et un drive through pour non-respect des limites de la piste sur une véritable patinoire, il réalise un bon relais. Il ne pleut pas mais la piste sèche assez lentement. L’équipe décide de laisser Nico rouler jusqu’au moment où le passage aux pneus slicks s’impose. D’autre part, elle inverse l’ordre des relais et Vincent Beltoise se voit confier la mission de maîtriser les 420 chevaux de la Norma sur un asphalte encore partiellement humide donc piégeux.

A l’issue du relais de l’Alésien, CD Sport est en mesure de jouer le podium. Hélas, une défaillance du démarreur fait perdre six tours et toutes ses illusions à l’équipe. Jean-Ludovic Foubert repart finalement « pour l’honneur », ce qui n’affecte ni sa vélocité ni sa régularité. Pour l’instant, le bilan de la saison V de V fait état d’une pole position, une première ligne, un meilleur tour en course et deux 4e places. Il reste une épreuve à Estoril pour retrouver le goût du champagne. Ils l’ont dit :

Nicolas Mélin :« Je n’étais vraiment pas en forme pendant ce week-end, mais c’était sympa de rouler en tête, même pour seulement quelques minutes. »

Vincent Beltoise : « J’aurais pu me qualifier plus haut sur la grille avec un deuxième train de pneus neufs, mais nous étions tous d’accord, il valait mieux laisser le volant à Nico pour la fin de la séance de qualification car il n’avait pas pu rouler suffisamment aux essais libres. Et de toute façon, il a vite pris tête au début de la course ! Un des motifs de satisfaction est le niveau atteint par l’équipe en termes de stratégie. La preuve, cette décision de me faire basculer sur le deuxième relais, ou le splash and dash effectué sous safety-car. J’étais P2 à moins d’un tour au moment de m’arrêter et comme j’avais pu faire tous les drive through de handicap, nous n’avions plus d’arrêt à faire et Jean-Ludo aurait pu aller chercher le podium… »

Jean-Ludovic Foubert : « Nous n’avions plus rien à espérer mais j’ai fait un beau relais et la voiture était agréable à piloter. Ça m’a fait plaisir de retrouver CD Sport même pour un simple remplacement. »

Pour l’ingénieur, Imanol Zubikarai : « la course se présentait bien jusqu’à cette panne de démarreur qui a annihilé les efforts de toute l’équipe. Pourtant nous l’avions changé en pensant aux contraintes supérieures que subit cette pièce en V de V. La course est plus longue qu’en Michelin Le Mans Cup et il faut non seulement démarrer au changement de pilote mais aussi au ravitaillement en essence qui se fait au camion-citerne. Nos choix stratégiques, en qualification comme en course, sur les pneus ou les relais des pilotes, étaient les bons. Il nous faudrait maintenant un brin de réussite. »

Un nouveau Top 5 en monoplace pour Augustin Collinot : après Dijon et Navarra le jeune Augustin Collinot, qui vient d’avoir 18 ans, a découvert un nouveau tracé au volant d’une Formule Renault du team CD Sport en Challenge Monoplace V de V. « J’ai découvert le Bugatti à pied avec mon coach Julien Vidot, ce qui m’a bien aidé à en prendre la mesure aux essais libres. En qualification, la visibilité était mauvaise à cause de la brume. Il y avait aussi un peu de crachin. J’ai pris soin de bien chauffer mes pneus et je me suis qualifié 5e et 3e pour les courses 1 et 2. Dans la première, le pilote placé devant moi a calé et je l’ai évité d’extrême justesse. Un autre concurrent l’a percuté de plein fouet et nous avons eu 20 minutes de safety-car. A la relance, j’étais 4e puis j’ai effectué un beau dépassement par l’extérieur, mais j’ai perdu le podium en escaladant trop généreusement un vibreur à l’avant-dernier tour. J’ai tout de même fini 5e. Il s’est mis à pleuvoir peu avant le départ de la course 2 et je n’avais jamais roulé dans ces conditions. Mais surtout, j’étais malade, avec un terrible mal de tête. Quand je suis parti en tête à queue au troisième tour, en me battant pour la 3e place, j’ai préféré en rester là. Je pense que j’ai encore beaucoup appris au cours de ce week-end et je me suis rapproché de mon premier podium ! »

Il ne reste plus au calendrier que la dernière épreuve des trois championnats auxquels CD Sport participe cette année. Place à la conclusion du championnat de France FFSA GT ce week-end au Paul Ricard, puis la LMP3 disputera coup sur coup deux courses au Portugal : dans le cadre de la Michelin Le Mans Cup le 28 octobre à Portimao, et le 3 novembre à Estoril pour le final du V de V !

B.L.S. – communiqué © Pro-Photos–Sport