LA CHRONIQUE D’ADELINE PRUDENT

vendredi 13 juin 2014 par IMEC

Voici déjà ma deuxième chronique de l’année 2014 qui, est essentiellement consacrée au meeting de Lédenon, seconde manche du GT Tour. Ce rendez-vous était un peu spécial pour la RCZ Racing Cup puisque nous avons pu disputer trois séances d’essais chronométrés ainsi que… trois courses. Autant le dire tout de suite, la moindre erreur était interdite, notamment le samedi avec du roulage toutes les deux heures !!

Avant de vous compter mes aventures à Lédenon, un premier point positif : Passage en première S validé !! Les études, c’est important pour l’avenir… Deuxième bonne nouvelle : je passe le code mi-juin et attaque la conduite accompagnée, début juillet. La classe quoi ! Une quinzaine de jour avant l’épreuve, j’ai pu découvrir le tracé de Lédenon sur une Twin’Cup grâce à la complicité de Renaud Dubreuil qui roule dans cette catégorie mais qui est aussi le président de l’ASK Nîmes-Lédenon. Cette première prise en main m’a permis de découvrir le fameux triple gauche mais aussi les virages en aveugle et une piste particulièrement vallonnée. Bref, j’ai pu arriver à la course en ayant quelques points de repères.

Essais qualificatifs : Après les essais libres, je me situe à 6 secondes de David Pouget. Lors des essais chronométrés, j’améliore mon meilleur temps à chaque sortie et réduit mon écart par rapport à mon illustre équipier : 3,5s, 3,3s et 2,9s. J’ai encore du mal à exploiter le « jus » des pneus neufs puisque je signe mes temps, à chaque fois en fin de séance. La soirée de travail sur la télémétrie avec David Pouget et Nicolas Milan a porté ses fruits même si le triple gauche reste encore un gros point noir pour moi. J’y perd 1,8s. On m’a même dit que c’était un virage pour les « hommes » alors forcément…

Course 1 – 21e : Départ plus que difficile puisque... je cale ! J’étais située, avec la grille en 1/1 décalé, en plein dans la descente. Du coup, je ne voyais même pas les feux ! En course, j’améliore mes temps et réduit l’écart avec la tête de course mais je n’ai jamais pu combler la distance prise au départ.

Course n°2 - 23e :
J’accroche la 23e place. Il y a du mieux mais aussi du moins bien. Je m’améliore dans certains virages mais je régresse dans d’autres. Il n’est pas facile de trouver le juste équilibre sachant que je dois aussi composer avec l’usure des pneumatiques, les changements d’adhérence de la piste, le vent dont les rafales sont parfois déstabilisantes et la chaleur dans l’auto.

Course n°3 –21e : Après un départ classique (Raté quoi !), j’améliore mes temps de passage et réussit à coller à l’arrière du peloton. Malheureusement, Carlos Tavares, le « boss » de chez Peugeot, part en tête à queue juste devant moi. J’arrive à l’éviter... de justesse en passant dans les graviers et bien sûr je perds plusieurs longueurs sur mes petits camarades. Je remonte ensuite vers mi-course, profite de quelques abandons et surtout me rapproche en fin de course. Les deux pilotes devant moi sont en ligne de mire, mais l’épreuve est arrêtée au drapeau rouge à cause d’un accrochage. J’emmagasine encore de l’expérience, je ramène l’auto à bon port, sans égratignures

Je remercie tous mes amis du kart et ma famille qui sont venus m’encourager sur ce superbe circuit. Un peu venteux, certes, mais très agréable. Je remercie aussi Gérard Tonelli, le papa de Julie, pour tous ses conseils. Je remercie aussi le staff d’Oreca et du GT Tour pour… la séance de dédicaces. C’était très cool !!

Adeline Prudent @ photos O. Cèbe – B.L.S.