UN NOUVEAU PODIUM POUR FRANCK MOREL AU MANS

jeudi 24 juin 2010 par IMEC

Cette année pour fêter les quarante ans de la première victoire d’une Porsche aux 24 Heures du Mans, la Carrera Cup fait une incursion sur le circuit de la Sarthe. Plusieurs nouveaux pilotes ont rejoint les porschistes habituels dont quelques Anglais, il faut dire que rouler sur ce mythique circuit est tout à fait spécial. L épreuve revient à Sylvain Noël, il est accompagné sur le podium par Kévin Estre et le Britannique Tim Harvey. Le Revélois Franck Morel comme pour les autres meetings nous narre ce week-end de course pas ordinaire.

Bonjour à tous,

  • Le Mans....pas le Bugatti, non et non ! Les 24 Heures du Mans, nous y voilà ! Après Spa Francorchamps, pour son quatrième rendez-vous la Carrera Cup fait l’ ouverture des 24 Heures du Mans. Rien que ça ! Nous allons faire partie d’un week-end de légende du sport automobile.
  • Tout est démesuré, le circuit de 13,6 km, 230 000 spectateurs, la vitesse supérieure à 290 km /h, les structures des teams qui sont de véritables immeubles roulants, l’ambiance c’est la kermesse du sport automobile. Des animations à gogo, une fête foraine, des dizaines de nationalités des quatre coins de l’Europe, des autos délirantes. Tout ce monde réuni autour d’une même passion, d’un même évènement:les 24 Heures du Mans Pour la première fois je n’en mène pas large et pas question de reculer. Je ne connais absolument rien du tracé. Ah si, Jérôme Policand m’ a rassuré :"tu devrais prendre plus de 290 dans les Hunaudiéres et normalement trois fois plus de 270 !"Comme ça en souplesse. Et en plus, la pluie est prévu durant le week-end, tout un programme !
  • Mercredi essais libres avec le beau temps, ouf. Avec Jérome nous avons visionné quelques caméras embarquées et fait du simulateur chez Luc Alphand en guise d’échauffement.
    allez c’est parti, premier tour et premier constat :ça va super vite, mais quel pied ! Tout est magique:l’environnement, le tracé, les vitesses, les freinages, absolument tout. C’est top et en bonus nous avons le couché de soleil qui nous fait prendre une courbe en aveugle à 260 !!!!!
    Bilan de la séance : une fois le tourisme effectué, j’ai essayé de mettre du rythme je décroche le sixième chrono du B. Pas si mal mais peut mieux faire ou plutôt doit mieux faire.
    Au débriefing j’essaye de voir tout le temps perdu par rapport à Kévin (Estre) et Ludo (Badey). Ce qu’il y a de frappant sur ce circuit, c’est que le temps perdu se compte en secondes alors qu’ailleurs on parle de dixième de seconde ! Le débriefing terminé, direction la bière et les chourros, nous sommes au Mans alors autant en profiter !
  • La pluie nous attend pour les qualifications. Ce n’est pas vraiment cool. Jérôme nous briefe sur le pilotage lors des premiers tours et notamment les Hunaudières. Je n’arrive pas à me mettre dans le rythme:je suis complètement largué. Je rentre aux stands pour essayer de me calmer. Je passe les pneus et pan:la pole ! Mais la piste continue à s’assécher et je termine la séance en quatrième position du B. C’est plutôt encourageant pour la course.
  • Vendredi c’est journée off. Nous nous transformons avec plaisir en touristes et vagabondons dans les allées et le village:et oui il y a un vrai village au Mans, c’est vraiment très sympa.
  • Samedi, la course : il a plu toute la nuit et avant le départ la piste est encore grasse mais semble s’assécher par endroits, dilemme pour les pneus. Nous jouons la sécurité et optons pour les pluies, comme la majeure partie du plateau. Mon départ est excellent (ça change !), je suis deuxième à la fin du premier tour non sans avoir pris un gros plomb dans le pare choc arrière au freinage du Dunlop. La bagarre est sévère ! A mi course les pneus sont à l’agonie, je me loupe dans la chicane des Hunaudiéres, Lapierre et Hassid en profitent pour me passer. Je me relance et me cale dans leur rythme en restant au contact. La course devient un véritable Trophée Andros, nous sommes fréquemment trois de front en survirage ! C’est chaud mais qu’est ce que c’est bon ! A force de se chamailler les deux qui me précèdent se touchent et crèvent. Je récupère la deuxième place dans l’avant dernier tour ! Je récolte la médaille d’argent, grosse émotion dans la voiture ! Grandiose le podium, c’est sur celui des 24 heures que les coupes nous sont remises. Douche au champagne entre Laurent Pasqualile vainqueur et Roland Bervillé troisième. Je suis radieux et toute l’équipe l’est autant que moi. On va enfin pouvoir se lâcher ce soir ! Conférence de presse à la structure Porsche avec les partenaires et les invités, puis direction le départ des 24 Heures. On se retrouve avec les mécaniciens de SOFREV ASP pour l’apéro et c’est partie pour une grande partie de la nuit. J’ai pris un immense plaisir à partager ce moment avec eux car ils sont les premiers concernés par mes résultats et humainement ils sont extras.
  • En résumé, un week-end de dingue. Dans la voiture comme en dehors tout est démesuré. Je voulais être à la hauteur de ce rendez vous, deuxième du B et septième au général je pense y être parvenu ! Une fois de plus je ne veux remercier Jérôme Policand et toute son équipe de SOFREV ASP pour le travail accompli. Si je me bats pour la victoire à chaque course et c’est grâce à leurs compétences. Pour terminer, un conseil : passionnés de sports automobiles, économisez tous les mois quelques euros et venez aux 24 Heures du Mans 2011, ça devrait être remboursé par la sécurité sociale !

Amicalement.

Franck Morel