UN DERNIER PODIUM DE L’ANNEE POUR LE TEAM AKKA-ASP

mardi 18 décembre 2018 par IMEC

Au terme d’une saison chargée, riche en émotions et en succès, le Team AKKA-ASP s’est offert ce week-end une dernière escapade sur un des plus beaux circuits de la planète, le Yas Marina d’Abu Dhabi. Pour la 8e édition des Gulf 12 Hours, l’écurie alignait une Mercedes-AMG GT3, en catégorie AM, confiée à quatre habitués, Mauro Ricci, Benjamin Ricci, Jean-Luc Beaubelique et Christophe Bourret. Un quatuor affûté qui ne manquait pas de signer la pole avec pour objectif la victoire dans la catégorie. Malheureusement, victime collatérale d’un accrochage, la N°84 ne pouvait éviter la sortie de piste sur de l’huile et des débris. Après 2h30 de réparation, l’équipage passait sous le damier et montait sur la troisième marche du podium. Une nouvelle récompense, point final à la saison 2018…avant une trêve bien méritée.

Après avoir participé au Bahrain GT Festival et notamment à la FIA GT Nations Cup et à la GT4 International Cup voilà deux semaines, le Team AKKA-ASP était de retour au Moyen-Orient ce week-end en engageant une voiture pour la 8e édition des 12 Heures Gulf d’Abu Dhabi, une épreuve d’endurance assez atypique mais qui ne manque pas d’intérêt. Le team alignait une seule voiture, une Mercedes-AMG GT3, pour quatre pilotes AM (ou Gentlemen) expérimentés, connaissant sur le bout des gants la structure. Fidèle parmi les fidèles, Jean-Luc Beaubelique était rejoint par d’autres habitués, Mauro et Benjamin Ricci (père et fils) mais aussi Christophe Bourret. Engagés en AM, l’objectif était clairement de s’imposer dans la catégorie malgré une sévère concurrence. Pour mémoire, l’année dernière, l’équipe rabas-tinoise avait bouclé les 12 heures à la 6e place de la catégorie Pro-AM.

Les essais libres, de jour mais aussi en nocturne, permettent de se familiariser avec le tracé mais aussi avec l’éclairage créant des conditions de pilotage assez particulières. Dès le lendemain, les essais qualificatifs confirment les bonnes dispositions de l’équipage en décrochant la pole position de la catégorie AM, 17e du classement général. A Abu Dhabi, cette course de 12 heures présente un format assez atypique. En effet, au lieu de se tenir d’une seule traite, la course se divise en deux périodes de six heures, entrecoupées d’une interruption de 2h45. Une pause qui se révèlera la bienvenue…

Samedi matin, Benjamin Ricci est le premier à s’installer au volant de la N°84 pour le départ de la première partie de course. Assurant un relais impeccable, sur un rythme soutenu, Benjamin s’exprime avec une belle assurance et conserve sans faiblir la tête de la catégorie. Les incidents en piste s’enchaînent à peu près en même temps que les premiers changements de pilote.

Après 1h30 de course, Mauro Ricci reprend le volant pour assurer le deuxième relais. Au moment où il sort des stands pour entamer son premier tour, une voiture accidentée quelques instants plus tôt a dispersé de l’huile sur le tracé. La piste est rapidement maculée mais l’huile non signalée va faire une victime, la N°84… Mauro arrive sur cette surface ultra glissante et ne peut éviter la sortie de piste. Il frappe le rail assez violemment, de face. Si le pilote est indemne, la voiture est très endommagée mais regagne quand même les stands. Le marathon mécanique peut commencer.

L’enjeu est de taille, réparer pour reprendre la piste avant la fin de la première partie de course. Passer sous le damier de cette première mi-temps est indispensable pour pouvoir espérer voir le damier final. Les mécaniciens entrent en scène. Après 2h30 de travail acharné, Christophe Bourret monte dans l’habitacle. Beaucoup de temps a été perdu et toute tentative de victoire dans la catégorie devient compromise. Cependant, le podium est toujours possible.

Durant cette fin de première partie et sur la suivante, les quatre pilotes vont s’efforcer de rester sur le bon rythme tout en conservant un œil attentif sur leur Mercedes-AMG GT3. Finalement, le pari est gagné. L’équipage monte sur la troisième marche du podium de la catégorie AM mais demeure loin au classement général.

Pour Jérôme Policand, cette participation a permis une nouvelle fois de mettre à l’épreuve l’esprit combatif de toute l’équipe.« Nous faisons la pole puis nous finissons sur le podium en AM… mais cette course a été relativement frustrante. Mauro n’a pu éviter la sortie de piste au début en glissant sur de l’huile non signalée. Une voiture accidentée perdait ses liquides alors que lui sortait des stands et faisait son premier tour... Le choc a été rude car il a pris le rail de face. Nous avons perdu plus de 2h 30 à réparer la voiture. La suite de la course ressemblait plus à une grosse séance de roulage car l’enjeu principal s’était envolé. Le point positif est que l’équipe a fait le job de bout en bout malgré les dégâts. Le regret, notre rythme nous aurait permis de finir aux portes du top 10 au général. Coup de chapeau aux pilotes et spécialement à Benjamin qui s’est révélé très impressionnant. Il nous reste encore une séance de tests à effectuer puis…fin de la saison 2018. Chacun va prendre un peu de repos avant de repartir en 2019 ! » La saison 2018 a été particulièrement riche, ce fut une aventure humaine et technique hors norme pour des résultats de très haut niveau. Un succès qui couronne beaucoup d’efforts, des efforts qui seront renouvelés en 2019.

B.L.S. – communiqué © Pascal Saivet / MPSA