EN EXCLUSIVITE : LES PREMIERS TOURS DE ROUES DE LA NORMA M 200 P

vendredi 21 mai 2010 par IMEC

Après les trois premières journées de cette semaine passées en compagnie des potaches du Challenge Educ Eco, épreuve où la notion de vitesse cède le pas à celle d’économie d’énergie, ce jeudi retour à Nogaro, pour assister aux premiers tours de roues de la Norma M 200 P. Une surprise de taille nous attend, dès notre arrivée.


Trois décennies séparent les deux prototypes Norma et Rondeau.

Un clin d’œil de l’histoire

Si la Norma est bien là, dans le box mitoyen se trouve la Rondeau qui a remporté les 24 Heures du Mans en 1980 pilotée par Jean Rondeau et Jean-Pierre Jaussaud. S’agit-il d’un clin d’ œil de l’histoire ? Pourquoi pas ! En tout cas ces deux protos bien différents dans leurs conceptions, normal trente ans les séparent, possèdent quelques points communs. Tout d’abord les deux constructeurs sont Français, ensuite les moteurs viennent d’ Angleterre et possèdent la même architecture, des V8 dont un Cosworth pour la Rondeau et un Judd pour la Norma. Pour terminer cet intermède la Rondeau retrouvera le circuit de la Sarthe aux mains d’Olivier Leclère lors du Mans Classic, pour la Norma les prochaines 24 Heures seront l’occasion de subir son baptême du feu.

Un silence de cathédrale.


Les ultimes préparatifs sur la Norma avant ses premiers tours de roues

Ce qui frappe en rentrant dans le box de la M200 P c’est le silence de cathédrale qui y règne alors qu’une vingtaine de personnes entourent la dernière née de Norma Auto Concept. Le staff du constructeur, les ingénieurs de chez Judd, s’activent calmement autour du proto, les derniers réglages, les pleins d’huile et de carburant, les contrôles télémétriques, les ultimes préparatifs vont occuper une grande partie de la matinée de ce jeudi. Ce répit permet de faire un petit tour d’horizon avec Julien Schell, pilote et propriétaire de la voiture. Julien pourquoi le Pegasus Racing a-t-il porté son dévolu sur la Norma M200 P ? ‘’Nous connaissons bien Norbert pour avoir disputé le championnat V de V en 2005 et 2006 avec ses voitures, avec d’excellents résultats puisque nous en avons été vice champion et champion. Il nous a parlé de son projet de coque carbone qui nous a séduit. Ensuite ce proto comparé à ceux réalisés par d’autres constructeurs est d’un coût moindre, ce qui n’est pas négligeable. Pour terminer sa simplicité est un atout de taille, ce n’est pas une usine à gaz comme l’on peut le voir sur des modèles semblables.’’ Ta première impression sur sa silhouette ? ‘’Très, très sympa, même sans déco !’’ Qui va prendre le volant en premier ? ‘’Je vais tourner le premier, ensuite Philippe Da Rocha me succèdera puis se sera au tour de David Zollinger, en fin de journée je reprendrai le volant. Aujourd’hui nous ne sommes pas là pour faire des chronos, mais pour valider le travail de Norbert et de son équipe.’’

C’est parti pour deux tours


Guillen Roux le concepteur de la M200 P aura le plaisir de lui faire effectuer ses premiers tours de roues.

Midi approche, le moteur s’ébroue, les capots avant et arrière sont mis en place. Un homme tourne autour de l’auto en l’examinant une dernière fois sous toutes les coutures avant d’enfiler le casque blanc et de prendre place dans le baquet. Le rideau du box se lève, la voiture découvre enfin l’espace qui sera désormais le sien, les stands puis la piste. C’est son concepteur Guillen Roux qui va lui faire effectuer ses premiers tours de roues. De retour aux stands après deux boucles il résume ce petit galop d’essais ‘’ Tout est ok, par contre au niveau freinage je ne comprend pas trop, il va falloir revoir la répartition !’’ Les trois futurs pilotes, Philippe Da Rocha, David Zollinger et Julien Shell le rassurent ‘’ C’est normal les freins carbone ne procurent pas du tout les mêmes sensations que ceux en acier, c’est une autre philosophie, ne te fais pas de soucis.’’

Soixante sept tours


Julien Schell s’installe aux commandes du proto pour la toute première fois

Encore un clin d’œil : le Pegasus Racing est basé à Strasbourg capitale de l’Alsace et chef lieu du Bas Rhin, département 67. Soixante sept, c’est exactement le nombre de tours que va couvrir la M200 P dans la journée, soit la distance 243,61km pour ce premier essai. Le programme de l’après midi consiste pour les trois pilotes à couvrir cinq tours, puis de rentrer aux stands pour vérifier que tout et ok. A chaque arrêt de petites retouches sont apportées à la Norma. Un signe qui ne trompe pas, aucun visage ne laisse transparaître d’inquiétude car tout se déroule comme prévus. Déjà quelques modifications sont couchées sur le papier, comme par exemple déplacer les rétroviseurs ou tracer sur le ponton l’endroit exact ou le pilote doit poser le pied pour accéder au poste de pilotage. Ces petits détails qui semblent anodins peuvent s’avérer fort utiles dans une course de longue haleine comme les 24 Heures du Mans ou tout autre épreuve d’endurance.

Elle est bien née


Julien Schell

  • La M 200 est extrêmement réactive, très saine et agréable à piloter. Aucun défaut majeur n’est apparu. Tout fonctionne correctement. Maintenant nous devons faire du roulage car les 24 Heures approchent à grands pas.


David Zollinger

  • Un ressenti excellent, les freins, le moteur et la boîte sont au top avec un châssis fantastique. Seul un peu de sous virage sera à corriger. La M200 est bien née, mais ce n’est pas une grosse surprise connaissant le travail de Norbert et de toute son équipe.


Philippe Da Rocha

  • Si j’ai mis un peu de temps à m’habituer à la Courage (N.D.L.R. voiture que conduit habituellement cet équipage en endurance), avec la M200 P je me suis de suite senti à l’aise. C’est une voiture très rassurante, pas fatigante à piloter, elle est bien née.

Norbert Santos

  • Un bon bilan pour cette première, tout s’est déroulé comme prévu. Aucun soucis majeur n’est venu entraver la bonne marche des essais, que dire de plus…. Elle est bien née

Encore quelques jours qui vont paraître très courts à tout le monde et la M200 P limera pour la première fois le bitume du circuit manceau.

Quelques clichés de cette journée

Le premier plein


Les ingénieurs de chez Judd vont lancer le moteur dans quelques instants


Le moteur est désormais en action


Julien Schell est parti pour sa première série de cinq tours


Echanges d’informations entre Julien, David et Frédéric


Au tour de David de prendre en main le nouveau proto


Frédéric comme ses deux compères va lui aussi effectuer sa série de tours.


La journée se termine par la photo de famille

Texte et photos B.L.S.