EDUCECO : UN NOUVEAU CHALLENGE POUR LA JOLIVERIE

samedi 2 juin 2012 par IMEC

Le Lycée ‘’La Joliverie’’ de Nantes règne de manière insolente sur les rencontres ou le maître mot est : économie (1). Que se soit lors des épreuves du Shell Eco Marathon ou du Challenge EducEco, La Joliverie a raflé pratiquement tous les premiers prix mis en jeu. Depuis maintenant 28 ans le prototype MicroJoule a été l’épouvantail pour tous les participants de ces compétitions qui consistent à parcourir la plus grande distance avec le minimum de combustible. En ce début du mois de mai, sur le circuit de Nogaro, le record établi par ce prototype a encore été amélioré avec 3.250 km/litre. Voici quelques jours à Rotterdam MicroJoule remportait son 27e Shell Eco Marathon en décrochant la 1re place dans la catégorie moteur à combustion interne en parcourant 2833 km/litre. Sur le circuit Gersois, l’ équipe de La Joliverie associée à Polytech de Nantes, a pulvérisé le record du monde avec le tout électrique PolyJoule avec 1135 km en consommant 1 kW/h équivalent à une distance de 10017 km pour un litre d’essence. A Rotterdam re belote Polyjoule se joue de la concurrence et remporte le gros lot. En vingt huit ans de présence l’ équipe de ‘’La Jol. ‘’ à inscrit 30 victoires et 7 records du monde en utilisant différentes énergies : essence, 3771km en 2009, hydrogène 5135 km en 2011, et électricité 1017 km en 2012.

Un nouveau challenge


Après une telle domination, ‘’La Joliverie’’ s’attaque à un autre domaine. Il s’agit du véhicule citadin, baptisé ‘’Urba Concept’’ dans le cadre du Shell Eco Marathon, et EcoCitadin dans celui du Challenge EducEco. Ces petits véhicules alimentés par différentes énergies, électrique, essence, hydrogène etc., sont des prototypes qui préfigurent la voiture de ville de demain. Un domaine où il reste beaucoup de chemin à parcourir, pour obtenir des performances intéressantes. A titre d’exemple lors du dernier EduEco à Nogaro, l’engin de l’ l’IUT Paul Sabatier de Toulouse a réalisé 233 km avec 1 litre de gazole, celui des espagnols de l’université d’Alcoy, parcourt avec un litre de SP 95 140 km, et celui du lycée Louis Pasquet d’Arles mu par un moteur électrique 253 km/kWh. Nous sommes bien loin des distances réalisées par les prototypes. La venue des nantais va-t-il faire exploser ces chiffres ? L’avenir nous le dira ! Mais avec le savoir faire emmagasiné pendant plus d’un quart de siècle, par ce centre d’enseignement et ses partenaires, ce nouveau défit lancé en 2010, pourrait bien faire tomber de nouveaux records.

(1)voir ici : http://www.actumecanique.fr/spip.php?article91

B.L.S.