24 HEURES DE FRANCE T.T. : UN GOUT D’INACHEVE POUR JEAN-PHILIPPE BELLOC

mercredi 28 septembre 2011 par IMEC

C’est avec une déception non dissimulée que Jean-Philippe Belloc a quitté, le circuit de Chevannes, dans l’Essonne. Et pour cause… La troisième participation du Montalbanais aux 24heures de France Tout-Terrain s’est, en effet, soldée par un abandon.

Troisième participation aux 24 Heures de France pour Jean-Philippe Belloc

Tout a bien commencé !

Tout a pourtant commencé sous les meilleurs auspices pour le buggy du Team Clamens. Après avoir décroché le 21e temps des qualifications, l’équipage Alessandria/Belloc/Lajoux/Pernaut nourrit de belles ambitions. Des velléités confirmées dès le départ de la course par un Jean-Philippe des grands jours. J’ai gagné 6 places dans le premier tour. Mes concurrents se sont montrés coriaces mais j’ai réussi à me faufiler en 15e position. Malheureusement, je n’ai pas pu remonter plus haut dans le classement car dès le 2e tour, la mécanique m’a rappelé à l’ordre. Dans ces toutes premières minutes de course, c’est, en effet, le système de refroidissement du moteur du buggy N°12 qui va faire des siennes. Coupé dans son élan, Belloc se voit alors contraint de repasser par les stands. Quarante minutes plus tard, il en ressort le couteau entre les dents, prêt à rattraper son retard. Mais c’est sans compter sur un nouveau fait de course, une nouvelle fois, indépendant de sa volonté. Alors que je venais tout juste de faire mon retour en piste, la voiture d’un concurrent a pris feu. Pour des raisons de sécurité, la direction de course a décidé de sortir le drapeau rouge et d’arrêter la course le temps d’évacuer le véhicule impliqué. Course arrêtée, retour aux stands, nouvelle procédure de départ.

Jean-Philippe en action sur le Clamens BMW N°12

La mécanique cède !

Après un début de course pour le moins mouvementé, les cinq heures suivantes se passent sans problème majeur pour le quatuor français, qui se fraye petit à petit un chemin dans le classement. Mais alors que le buggy n°12 vient de franchir le cap du premier tiers de course, la mécanique décide de jouer un nouveau tour à ses quatre pilotes. Vers 23h30, la boîte de vitesse a cassé net. L’équipe a fait tout son possible pour tenter de la réparer mais en vain. Il a malheureusement fallu accepter la triste sentence. C’est une grosse déception pour tout le monde. Néanmoins, je ne veux retenir que le positif de cette expérience. Car j’ai pris beaucoup de plaisir en participant à cette épreuve et j’ai évolué au contact d’une super équipe, motivée, très conviviale et empreinte d’un excellent état d’esprit. conclut Jean-Philippe.

Retour sur l’asphalte

Après cette incursion dans le monde du tout-terrain, c’est de nouveau vers les circuits asphalte que Jean-Philippe va se tourner dans les semaines à venir. Au programme les 6 Heures de Magny-cours et d’Estoril, avant-dernière et dernière manches de la série V de V. Au volant d’une Porsche 997 GT3 RSR du Team Imsa Perfomance Matmut, Jean-Philippe retrouvera Christophe Bourret et Pascal Gibon, avec qui il a déjà décroché cette année la 2e place en GTE-Am aux 24 heures du Mans.

B.L.S. d’après un communiqué de presse de Jean-Philippe Belloc – Crédit photos Robert Ollivier et B.L.S.