NORBERT SANTOS : DEBRIEFING D’APRES COURSE

vendredi 18 juin 2010 par IMEC

Les moteurs se sont tus dimanche dimanche dernier à 15 heures sur le circuit du Mans. Depuis toutes les équipes ont regagné leurs bases, pour celle de Norma Auto Concept c’est retour dans les Pyrénées. Quelques heures de récupération et il faut déjà se tourner vers l’avenir. Avant de parler avenir nous avons tenu à faire un petit retour en arrière, c’est-à-dire sur les 24 Heures du Mans avec Norbert Santos. En compétition automobile l’on appelle cela un débriefing d’après course.

Le Mans une formidable vitrine

Norbert avant de parler d’avenir revenons sur les 24 Heures du Mans, quel est le bilan ?

  • Très, très positif même si nous n’avons pas terminé. En effet Fred qui était au volant vers 18 heures double dans les virages Porsche une voiture qui rentre au ralenti à son stand, arrive derrière notre voiture une Audi qui force le passage, elle accroche la Norma qui part dans les décors. Fred réussit à la ramener à notre stand. Presque tout est réparable, mais la boîte de vitesses à souffert dans le choc. Sur les conseils de l’ingénieur d’Xtrac le fabriquant de cet élément nous préférons ne pas prendre le risque de renvoyer la voiture en piste. De plus dans le meilleur des cas nous avions deux heures de réparation, donc repartir pour figurer en fin de liste le dimanche à l’arrivée n’intéressait personne. Nous avons préféré en rester là, c’est un incident de course, comme il s’en produit tous les week-ends, c’est dommage. Ceci dit tout n’est pas négatif, je dirai même que le positif contre balance très largement cet incident de course. Tout d’abord être retenu pour cette épreuve est toujours très valorisant, beaucoup de monde se bouscule au portillon des 24 Heures. Ensuite être au départ sans rencontrer un seul incident lors des essais est très valorisant pour un constructeur. Un autre point positif, nous avons fait une révision complète de l’auto vendredi et seuls les freins arrières ont été changés car ils ne chauffaient pas assez d’où une usure prématurée. Pour obtenir un rendement optimum, il faut qu’ ils atteignent 500° au lieu des 350° relevés, pour arriver à la température idéale nous avons fermé les écopes de refroidissement. Hormis ce petit problème que nous aurions découvert si nous avions pu faire des essais plus longs que les cinq cents kilomètres couverts, tout fonctionne parfaitement bien. Le Mans c’est aussi une formidable vitrine pour un constructeur. L’on peut presque faire un parallèle avec ce que représente pour les produits de luxe la place Vendôme ou Monaco. Nous avons rencontré un succès d’estime assez incroyable, aussi bien de la part des médias, que du public et même des concurrents. Nous étions attendu au tournant et avons agréablement surpris beaucoup de monde. La M 200 P est une voiture construite dans le cadre du règlement 2011, la seule engagée de la nouvelle génération. Ensuite son coût est un atout non négligeable, elle coûte en gros cinquante pour cent moins cher que les LMP2 actuelles, ce qui correspond à ce que souhaite l’ACO (N.D.L.R. : l’organisateur des 24 Heures du Mans).

Quels enseignements sont à tirer des essais et du début de course ?

  • Tout est très, très positif. Tout d’abord il faut prendre en compte le fait que le circuit est unique en particulier par sa longueur . Tous les réglages à faire sur une auto ne peuvent se faire que sur ce circuit, dont une grande partie du tracé emprunte des routes ouvertes à la circulation de tous les jours, avec comme conséquence beaucoup de bosses. Les essais se sont déroulés exactement comme nous l’avions prévu. Julien Schell part pour une série de cinq tours, après avoir tourné en 4’01’’ ce qui est déjà bien pour un début, ensuite il décroche un 3’52’’ sans faire de réglages très pointus. A sa descente de voiture il avoue qu’il peut faire encore mieux, entre quatre et cinq secondes sont à gagner dans la courbe Dunlop et le Virage Porsche. Le temps réalisé nous place au milieu du peloton des LMP2, ce qui pour des débutants est quand même bien. Il ne faut pas oublier que les pilotes, la voiture et le Pegasus Racing qui engageait la Norma sont tous des néophytes dans cette épreuve, ce qui en dit long sur le potentiel de la M200P. Aussi bien les essais libres du dimanche matin que le début de la course ont confirmé que la voiture est bien née, bien équilibrée agréable à conduire et qui répond parfaitement bien aux différents réglages. Mon seul regret que David Zollinger n’ai pu prendre le volant en course.

J’en ai rêvé !

Guillen Roux le concepteur de ce prototype qui passe par là s’arrête deux minutes avec nous et nous confie :

  • Le résultat des essais et de la course, sont exactement ce dont j’avais rêvé, mais rêver est une chose et la réalité une autre. Je pense que cette première est une réussite. C’est très encourageant pour le futur et pour Norma !

Maintenant parlons de demain !

Après un moment d’hésitation, Norbert Santos trace les grandes lignes du futur. Un futur qui a déjà débuté, par des dessins, des croquis, des chiffres, et des maquettes en trois dimensions.

  • La M200P coque carbone nous ouvre de nouvelles portes, je veux dire par là que certains travaux sont transposables à la future M20 FC (N.D.L.R.. F pour Fédération Internationale de l’Automobile -FIA- et C pour carbone.) Cette nouvelle voiture tout carbone destinée aux épreuves V.deV. aux championnats italien, anglais allemand, américains verra le jour dans le courant de cette année. Sa coque est dérivée de celle de la M200 mais les réglementations du Mans et du groupe CN dans lequel sera engagée le nouveau proto n’étant pas la même, nous passerons le crash test de la coque au mois d’août et le premier roulage est prévu fin septembre, début octobre. Ensuite nous lancerons une série de dix voitures, plusieurs commandes sont dores et déjà enregistrées. Nous avons également de sérieux contacts pour la construction de M200P ce qui devrait apporter un planning de travail assez conséquent. Sans oublier que nous continuerons la construction de la M20 F coque acier qui cohabitera avec la M20 FC, les clients auront le choix entre deux modèles. Voilà en gros les grandes lignes de l’avenir de Norma Auto Concept

B.L.S. Crédit photos : Nicole Serre, Romane Didier et Claude Floubert Endurance Info