DA CUNHA, DURAND REMPORTENT LA FINALE DES RALLYES A ALBI

lundi 21 octobre 2019 par IMEC

Le podium de la finale à Albi

Si le grand favori de la Finale des Rallyes d’Albi a pour nom David Salanon associé à Laurent Magat sur Skoda Fabia R5, c’est en fin de parcours, qu’ils laissent la victoire à la DS3 R5 des Aveyronnais Jean-Michel Da Cunha, Sébastien Durand pour sept dixièmes de seconde au terme d’un somptueux duel qui les ont opposé pendant les deux journées. Ils se son montrés intouchables laissant les troisièmes, Antonin Mougin, Florent Diottin, Volkswagen Polo R5 à 27,3 secondes. Petit retour sur ces deux journées.

Vendredi 19 : ce sont 199 équipages qui ont finalement pris le départ de cette Finale de la Coupe de France des Rallyes 2019. Tracé sur la commune de Labessière, le prologue a permis à Jean-Mathieu Leandri de se distinguer aux commandes de sa Volkswagen Polo GTI R5 en réalisant le meilleur temps. Le pilote corse devance Antonin Mougin (Volkswagen Polo GTI R5), Patrick Rouillard (Skoda Fabia R5), David Salanon et Paul-André Mariani (Skoda Fabia R5 Evo). Disputé sur une route relativement sèche malgré l’humidité matinale, ce prologue a été difficile pour l’un des favoris, Anthony Puppo (Skoda Fabia R5 Evo). Comme en 2018, l’entame de rallye est compliquée pour ce dernier qui a effectué un mauvais choix de pneumatiques et doit s’élancer en trente-neuvième position pour les deux spéciales du jour. Cette mésaventure matinale n’empêche pas Anthony Puppo de réaliser le meilleur temps de l’ES1 ! Le pilote de la Skoda Fabia R5 Evo devance à ce moment-là, Jean-Mathieu Leandri et David Salanon, partis sur un rythme prudent. Ce ‘chrono’ inaugural réserve son lot de surprises avec quelques pilotes déjà en retrait pour des raisons diverses. Bruno Riberi doit composer avec une Volkswagen Polo GTI R5 plus adaptée aux spéciales de la deuxième étape (pont long) et Kévin Bochatay (Skoda Fabia R5) connait des problèmes de freins. Dans l’ES2, David Salanon passe à l’attaque et remporte la spéciale devant le régulier Jean-Mathieu Leandri et le surprenant Thomas Chauffray (Ford Fiesta R5). Sur un tracé apprécié par l’ensemble des pilotes, Jean-Michel Da Cunha et Bruno Riberi, qui a assoupli les réglages de sa voiture entre les deux spéciales, complètent le top cinq. Auteur d’un départ ‘canon’, Anthony Puppo concède de précieuses secondes dans cette spéciale suite à un problème de rampe de phare. Au terme de cette première (courte) première étape, Salanon devance Leandri et Da Cunha. Suivent au classement, Thomas Chauffray, Antonin Mougin (Volkswagen Polo GTI R5), Patrick Rouillard (Skoda Fabia R5), Bruno Riberi et Anthony Puppo. Dans les groupes et classes, on note quelques belles performances le soir. Premier des ‘hors R5’, Arnaud Masclaux (Peugeot 207 Maxi) conclut cette étape inaugurale avec six petits dixièmes d’avance sur Nicolas Rouillard (BMW 318 TI Compact) ! Guy Fiori (Skoda Fabia S2000) domine la classe A7S, tout comme Tony Ribaudo (Renault Clio R3) en classe R3, Julien Adrien (Mitsubishi Lancer Evo 9) en classe A8 et David Mollas (Mitsubishi Lancer Evo 9) en classe N4. En revanche, il est encore bien difficile d’établir une hiérarchie dans les autres catégories à cette heure.

Samedi : le départ est donné à huit heures précises alors que le soleil pointe le bout de son nez, pour les 182 équipages rescapés. Auteur d’un superbe temps dans la première spéciale du jour, Jean-Michel Da Cunha s’empare de la deuxième place au détriment de Jean-Mathieu Leandri (Volkswagen Polo GTI R5) qui se plaint d’un léger sous virage. Cette spéciale est préjudiciable pour Thomas Chauffray (Ford Fiesta R5) qui part en tête à queue suite à la mauvaise écoute d’une note. Malgré des freins en surchauffe, Antonin Mougin signe un beau troisième temps et reste bien placé au pied du podium provisoire. Kévin Bochatay (Skoda Fabia R5) n’est pas satisfait de son choix de pneumatiques (tendres). Anthony Puppo (Skoda Fabia R5 Evo) entame sa remontée avec un deuxième temps. David Salanon réplique dans l’ES4 avec le meilleur temps. Le Stéphanois devance Kévin Bochatay qui retrouve peu à peu le rythme nécessaire pour bien emmener sa Skoda Fabia R5. Jean-Michel Da Cunha signe le troisième temps mais concède de précieuses secondes suite à un tout droit. Thomas Chauffray sort de la route sans gravité dans ce ‘chrono’ et le haut du classement se resserre avec huit pilotes regroupés en 31s9 ! Sur une spéciale très sale avec de nombreux gravillons, les pilotes se méfient et assurent dans le cinquième ‘chrono’. Jean-Michel Da Cunha signe son deuxième meilleur temps du week-end en devançant David Salanon et Anthony Puppo qui remonte au cinquième rang du général. Jean-Mathieu Leandri se fait quelques frayeurs mais reste dans la course pour le podium. Il précède à ce moment-là l’autre Volkswagen Polo GTI R5 d’Antonin Mougin, satisfait par les modifications faites sur les amortisseurs avant la spéciale. Bruno Riberi (Volkswagen Polo GTI R5), alors huitième, souhaite travailler ses notes à l’assistance afin de mieux figurer dans l’après-midi. Jean-Michel Da Cunha poursuit sur sa lancée dans la première spéciale de la dernière boucle et reprend sept dixièmes à David Salanon, les deux hommes étant désormais séparés par 3s7 à deux ‘chronos’ de la fin du rallye. Deuxième de cette ES, Anthony Puppo remonte sur le podium en devançant les Volkswagen Polo GTI R5 de Jean-Mathieu Leandri et Antonin Mougin. Résigné, Patrick Rouillard (Skoda Fabia R5) est reparti avec les pneumatiques utilisés lors de la première boucle. L’ES7 marque un tournant dans cette finale avec la prise de pouvoir de Jean-Michel Da Cunha à la faveur d’un nouveau meilleur temps ! À une spéciale du but, la Citroën C3 R5 devance la Skoda Fabia R5 de David Salanon pour huit petit dixièmes ! Cette spéciale est fatale à Anthony Puppo qui sort de la route sans gravité et voit s’envoler ses derniers espoirs de victoire. La bataille pour le podium est totalement relancée, avec là encore, huit dixièmes d’écart entre Jean-Mathieu Leandri et Antonin Mougin. Le suspense est entier au point stop de la dernière spéciale ! Premier à l’arrivée, David Salanon indique avoir tout donné lorsque Jean-Michel Da Cunha en termine. Malgré un tête à queue dans une épingle, l’Aveyronnais concède seulement un petit dixième et s’impose par le plus écart jamais enregistré dans une finale ! Quatrième en 2018, Antonin Mougin grimpe d’un rang et s’offre la troisième place après une belle lutte face à Jean-Mathieu Leandri. Kévin Bochatay, Bruno Riberi, Patrick Rouillard et Paul-André Mariani complètent le top huit. Dans les autres classes, on note les belles performances de Ludovic Jeudy avec sa grand-mère Peugeot 205 GTI, vainqueur en F214 et premier des ‘hors R5’. Guy Fiori s’impose en A7S aux commandes de sa Skoda Fabia 2000. Jérémy Jamet (Renault Clio R3T) remporte la classe R3. En N4, Bertrand Latour triomphe avec sa Renault Megane RS, tout comme Brice Guenec (Citroën C2) en F213 ou encore Cédric Delage (Opel Speedster Turbo).

Belle performance pour Cédric Delage, Cédric Torlet 23e sur Opel Speedster Turbo

B.L.S. – d’après un communiqué © Philippe Quioc - B.L.S.

Le classement : www.actumecanique.com/spip.php?article8239