A SPA, EN GT4 UN PODIUM POUR LE TEAM AKKA-ASP

lundi 29 juillet 2019 par IMEC

La quatrième manche du championnat de France FFSA GT – GT4 France se déroulait ce week-end en Belgique… Organisée en levée de rideau des mythiques 24 Heures de Spa-Francorchamps cette nouvelle étape a permis aux pensionnaires du Team AKKA-ASP de briller en montant sur la troisième marche du podium de la seconde course avec les vice-champions de France en titre, Jean-Luc Beaubelique et Jim Pla au volant de la Mercedes-AMG GT4 N°87. Belle combativité également pour les autres équipages puisque le duo de la N°16 du Team Matmut AKKA-ASP de Fabien Barthez et Aurélien Panis accède au top 5 de la course 2 et la paire Benjamin Ricci et Thomas Drouet au top 10 de la course 1. Côté championnat AM, après une sortie de piste durant les essais privés, ayant contraint l’équipage à changer de monture, Christophe Bourret et Pascal Gibon terminent les deux courses sixièmes et neuvièmes de la catégorie. Sur cette manche un peu hors normes, quantité et qualité étaient au rendez-vous, avec 39 engagés du meilleur niveau et une météo relativement calme.

Les essais privés dès mardi sont l’occasion de prendre ses marques sur ce tracé hors normes de 7 km au cœur des Ardennes belges, un tracé plébiscité par les pilotes tant par sa technicité que par son côté atypique en comparaison des circuits dits « modernes ».

Dans le clan AKK-ASP, cette prise de contact se déroule sous les meilleurs auspices en signant de belles prestations classant successivement les équipages des Mercedes-AMG GT4 N°87 (Jean-Luc Beaubelique, Jim Pla), N°16 (Fabien Barthez, Aurélien Panis) et N°88 (Benjamin Ricci, Thomas Drouet) dans le Top 5 des deux séances. Malheureusement, pour la voiture N°53 de Christophe Bourret et Pascal Gibon, les choses vont mal tourner. Sorti assez violemment de la piste dans le virage 7 du circuit, autrement baptisé « Bruxelles », Christophe Bourret heureusement indemne, ne peut que constater les dégâts, le châssis a été touché. Comme la séance est une séance privée, la possibilité de changer de voiture demeure envisageable. Jérôme Policand confirme : « Nous pouvions encore changer de voiture, restait à en trouver une… Ce fut le cas auprès de SRT, une équipe belge disposant de Mercedes-AMG GT4. L’équipage a ainsi pu participer aux essais puis à la course. »

A l’heure des Qualifications, la première séance réservée aux AM voit les pilotes AKKA-ASP se placer en milieu de grille. Benjamin Ricci installe la N°88 sur la 7e ligne (P14). Jean-Luc Beaubelique sur la N°87 n’est pas loin, deux lignes plus loin (P18) et Fabien Barthez N°16 (P23). Chez les AM, Christophe Bourret sur la N°53, désormais en livrée verte, est 8e de la catégorie, P31 du général. La seconde séance réservée aux Pro des équipages Pro-AM permet au Team AKKA-ASP de réaliser un superbe tir groupé sur les premières lignes de la grille. Jim Pla décroche le 3e chrono, Thomas Drouet est 6e tandis que Aurélien Panis est 9e. En plaçant trois voitures dans le top 9 de la grille de la seconde course, l’équipe de Jérôme Policand s’installe clairement en embuscade. Pascal Gibon prend la 6e place des AM (P30 au général).

La première course démarre sous une forte et lourde chaleur avec 34°C à l’ombre. Mais comme de coutume dans les Ardennes la pluie pourrait rapidement s’inviter aux débats. Les 39 protagonistes de cette quatrième manche du championnat de France prennent leur envol sans accroc, notamment dans la montée du fameux Raidillon. Les pilotes AM sont au volant lors de ce premier relai et les AKKA-ASP boys se sortent plutôt bien de cet exercice toujours un peu délicat en gagnant des positions. Benjamin Ricci gagne une place (P13), Jean Luc Beaubelique fait un bond de deux positions (P16) mais c’est bien Fabien Barthez qui réalise la meilleure performance avec quatre places de gagnées (P19). Christophe Bourret entre quant à lui dans le Top 30.
.
Ensuite un gros crash se produit en haut du Raidillon, nécessitant un Full Course Yellow (drapeau jaune sur tout le circuit) suivi de l’entrée en piste de la voiture de sécurité. Le changement de pilote s’effectue sous régime de Safety-Car, un régime qui dure pendant 20 minutes. Au restart, Thomas Drouet pointe au 12e rang, suivi de Jim Pla P14, Aurélien Panis P18 et Pascal Gibon P27. A moins de 15 minutes du damier, Jim Pla fait parler les chevaux et se lance dans un intense sprint jusqu’au damier tout comme Thomas Drouet et Aurélien Panis, surmotivés. Cette fin de course est très serrée et offre de belles passes d’armes sur un train d’enfer. En passant sous le damier P7, Jim Pla est en fait classé P6 sur car l’Aston Martin terminant 3e est « invitée » et considérée comme transparente au classement. Thomas Drouet est P8 et Aurélien Panis est P11. Pascal Gibon coupe la ligne P23.

Le lendemain, cette fois, la température a sérieusement fléchi, environ 15 degrés de moins, et le circuit est encore en partie enveloppé par la brume matinale. Une météo plus fraiche, retardant d’autant la dégradation des pneumatiques. Avec trois voitures dans le top 9, le Team AKKA-ASP est en bonne position. Au passage des feux au vert, Jim Pla, P3 sur la grille, réussit son envol tout comme Aurélien Panis qui gagne au passage une position. Quelque peu coincé dans le paquet, Thomas Drouet perd trois places mais réagit rapidement pour remonter. Chez les AM, Pascal Gibon recule d’un rang, P31. Autant dire que la course est partie sur les chapeaux de roues, le rythme imprimé à la meute est très élevé et la bagarre s’organise dans plusieurs compartiments du jeu. Après 10 minutes de course, la hiérarchie se dessine comme suit : Jim Pla pointe à la 3e place, Aurélien Panis est 7e, Thomas Drouet 9e et Pascal Gibon 34e. Le quatuor de tête a haussé le rythme et prend un peu de distance sur ses poursuivants. Jim Pla se retrouve alors dans le rôle à la fois du chasseur et du chassé. Après un peu plus d’un quart d’heure de course, la pluie fait discrètement son apparition sur plusieurs secteurs du circuit. Au fil des tours, certaines courbes se font piégeuses mais la pluie n’est pas assez soutenue pour envisager un changement de pneumatiques. Le pilotage demeure délicat mais pas impossible en slicks. Avant le changement de pilote, la N°87 a glissé P5, la N°16 est P8, la N°88 P9 et la N)53 P33.

Jean-Luc Beaubelique entame son relai en deuxième position suivi de Fabien Barthez P7, Benjamin Ricci P9 et Christophe Bourret P32. Cette deuxième partie de course est comme la première, très animée et les positions évoluent au fil des tours.

A dix minutes du damier, une Alpine fait une sortie de piste obligeant la direction de course à passer sous régime de FCY puis de Safety-car. A ce moment précis, la N87 est P5, la N°16 a pris la 7e position, la N°88 occupe la 8e place tandis que la N°53 est dans le Top 10 des AM. Cette fin de course offre encore quelques rebondissements, bien que le restart ne soit pas donné jusqu’au damier. En effet, le deuxième du général tombe en panne en pleine ligne droite des stands à 4 minutes de l’arrivée, permettant à Jean Luc Beaubelique d’accéder à la 4e place en piste mais en fait à la 3e synonyme de podium puisque l’Aston Martin devant lui est « transparente » en termes de classement. Fabien Barthez hérite du coup d’une magnifique 5e place. Cependant, jusque-là 7e aux points, Benjamin Ricci voit s’envoler tous ses espoirs de marquer dans le dernier tour, victime d’une crevaison… Grosse déception pour l’équipage de la N°88 qui plonge à la 28e place. Chez les AM, Pascal Gibon boucle l’épreuve P27, 9e de la catégorie. Cette quatrième manche belge a tenu toutes ses promesses, offrant deux courses à rebondissements et à l’issue incertaine. Jérôme Policand est satisfait : "Je suis très heureux de ce podium qui tombe bien pour toute l’équipe. Nous étions plutôt dans le coup ce week-end et les équipages ont su gérer ce tracé un peu particulier. Les Qualifs de la Course 2 ont permis de réaliser un tir groupé (P3/6/9) qui prouve notre compétitivité. Avec l’enchainement des courses et la participation aux deux programmes (Blancpain GT Series et Championnat de France), le mois de juillet a été particulièrement éprouvant, c’est pourquoi ce podium fait du bien à tout le monde avant la trêve."

Pour la cinquième manche, qui se déroulera les 14 et 15 septembre, retour en France sur le circuit de Magny-Cours. Cette trêve d’un peu plus d’un mois et demi sera la bienvenue pour réviser les autos et recharger les batteries avant les deux dernières étapes du championnat français.

B.L.S- communiqué @ Patrick Hecq