PORTRAITS DU JOUR : NATHALIE ET FRANCK IDRAC PILOTES DE SPRINT CAR

lundi 15 février 2010 par IMEC

Un couple dans la course


Nathalie et Franck Idrac sont un des rares couples qui peuvent dans le même meeting se partager le volant d’une même voiture de course sans être concurrents. Il s’agit d’un buggy en Sprint Car division 1. Nathalie dispute la catégorie D1 féminine et Franck la D1 tout court. Cette catégorie, le haut de gamme du Sprint Car est sans aucun doute la plus fréquentée des trois divisions disputées avec des buggys. Si Nathalie et Franck peuvent assouvir leurs passions avec le même véhicule et passer leur week-end ensemble c’est que cette discipline offre la possibilité de courir sur un même véhicule dans deux catégories bien distinctes, cela peut éventuellement éviter quelques frictions de retour à la maison du genre ‘’Je t’ai battu !’’ ou ‘’Non mais qui porte la culotte à la maison ?’’ Deux personnes peuvent aussi partager la même auto comme en courses de côtes ou en slaloms (laissons de côté toutes les épreuves d’endurances dont la finalité est totalement différents). Mais une différence entre le Sprint Car et les slaloms ou les côtes dans ces dernières disciplines le chrono ou le classement final départagera obligatoirement les deux époux avec un (e) perdant (e) et un (e)gagnant (e) de quoi alimenter les conversations de fins de journées. Franck natif du Gers mais aujourd’hui Bigourdan d’adoption n’as pas toujours pratiqué le Sprint Car contrairement à Nathalie qui ne connaît que ça.


Un Sprint Car pour deux

Franck et Nathalie parlez nous un peu de vous !

Nous sommes mariés, j’ai quarante deux ans je suis dessinateur industriel, Nathalie 39 ans exerce la profession de professeur. Nous avons deux filles Anaïs neuf ans et Emmie six ans, nous habitons dans la proche banlieue tarbaise. En dehors du sport automobile nous pratiquons la course à pieds et le badminton. Notre référence dans le sport auto c’est le ‘’phénomène’’ Sébastien Loeb.

Comment êtes vous venus au sport automobile ?

C’est mon père Laurent qui m’a transmis le virus. Je pense qu’à ma naissance on me l’avais déjà inoculé, impossible à guérir ! J’ai commencé à courir en 1993 lors du Trophée Fédéral à Nogaro (N.D.L.R. Trophée désormais appelé Coupe de France des Circuits). Mon père m’avait prêté une Super R5 GT Turbo. J’ai également disputé quelques courses de côtes, des rallyes et j’ai participé pendant quelque temps à la Clio Cup sur circuit. En 2002 je me suis rendu à Martres Tolosane suivre un meeting d’Autocross. Je dirais que cela a fait de tilt. J’ai de suite pensé : pourquoi pas moi dans cette discipline.? Nathalie un jour a voulu essayer le Sprint Car histoire de voir. Lors d’une journée portes ouvertes sur le circuit de Tournecoupe elle l’a pris en main, l’expérience c’est avérée concluante et l’année d’après elle débutait dans la catégorie D1 féminine. Cela fait maintenant trois ans que Nathalie est engagée en Sprint Car, avec quelques beaux résultats à la clé.

Plusieurs podiums pour Nathalie comme ici à Empeaux en Haute-Garonne où elle termine sur la seconde marche.

Un point sur la saison écoulée, commençons par les moins !

Incontestablement c’est mon tonneau à Tournecoupe dans le Gers en milieu de saison. Il n’a pas été sans conséquences, la suite a été laborieuse à cause de casses mécaniques à répétition, compliquant la deuxième partie de l’année sportive. Le positif c’est de pouvoir courir en famille, partager la même passion. Quelques belles finales en Championnat de France et de bons résultats dans le Challenge Corac et bien sûr les deux podiums finaux obtenus par Nathalie, au Corac et au Comité de Midi-Pyrénées.

Quel programme en 2010 ?

Nous participerons toujours en double monte au deux tiers du championnat de France, car Nathalie aimerait se mesurer plus régulièrement aux filles qui y sont engagées. Nous prévoyons aussi de prendre part à la moitié des courses du Challenge Corac, toujours accompagnés par nos deux filles et nos fidèles supporteurs et amis

B.L.S.

Jusqu’à quand Anaïs et Emmie vont-elle se contenter d’astiquer le buggy de maman et papa ? Va peut-être bientôt falloir mettre la main à la poche pour en acquérir un second, n’est ce pas madame et monsieur Idrac  ?