RANCON, ORTHOLAN LES SUPERS NANAS DU RALLYE T.T. D’ORTHEZ

jeudi 18 août 2011 par IMEC

Elles en ont rêvé, elles l’ont fait : participer à un rallye tout terrain. Julie Rançon habituelle coéquipière d’Olivier Ortholan en rallye bitume a décidé de participer à un rallye tout terrain. Avec la sœur d’Olivier elles jettent leur dévolu sur celui d’Orthez – Béarn, un défi qui ne sera pas gagné d’avance surtout avec le poids lourd dénommé ‘’Panthère rose’’ plus apte à disputer des épreuves d’endurances que des épreuves qui demandent une certaine agilité. Au terme de cette aventure Julie nous fait le bilan des ‘’Supers Nanas’’ qui ont vécu un week-end pas comme les autres.


Les ‘’Supers Nanas’’, Sarah et Julie découvrent le rallye tout terrain à Orthez

Il y a une première fois à tout !

Tout est parti d’un défi lancé autour d’un verre lors d’un repas entre amis : « Tu crois que le Patrol pourrait faire un rallye TT ? ». En posant cette question anodine à Eric Milon le propriétaire de 4x4 65 et du véhicule, je n’avais pas une grande idée de ce que cela allait engendrer. L’avantage certain de notre convive est qu’il est toujours partant pour une nouvelle aventure. Nous voici alors en négociation pour savoir quel rallye faire et qui conduira le véhicule habituellement destiné aux 24 Heures TT de France. Les informations sont définies :

  • Rallye Tout Terrain d’Orthez, les 5-6-7 août ;
  • Julie (Rançon) au volant, copilote d’Olivier Ortholan en rallye asphalte et pilote à ces heures lors des 24 Heures de France.
  • Sarah Ortholan, sœur d’Olivier, tentée par le copilotage sur terre ;
  • Olivier, Jérôme le fiancé de Sarah et quelques amis pour l’assistance.

Bref, il n’est question que de « premières » : première fois pour le Patrol Rose, hors des sentiers battus de Chevannes ; première fois pour Julie en Rallye TT ; première fois pour Sarah ; première fois pour Olivier et Jérôme à l’assistance, entièrement dévoués à leurs douces… L’idée première était de proposer un équipage féminin comme Eric le fait lors des 24 Heures de France, mais surtout de rassembler la famille autour d’un élément fédérateur : la compétition automobile.

C’est pas gagné !


Olivier aux petits soins pour sa dulcinée

Le rallye commence par les reconnaissances du terrain en quad. Une expérience un peu sous-estimée par l’équipage. « Je ne m’étais pas rendue compte à quel point le quad pourrait être physique. Sur le siège arrière, la pauvre Sarah est ballottée, tenant d’une main le road-book, de l’autre un stylo, tout en tentant désespérément de ne pas se faire éjecter . Les 160km parcourus sont douloureux mais propices à une bonne prise de notes. Je ne suis pas capable de simplifier mes informations et travaille comme en rallye asphalte avec des distances, des angles et des changements de revêtement. Je confie à Sarah la lourde tâche de recopier toutes les annotations prises sur un dictaphone. Deux cahiers sont nécessaires pour y consigner toutes mes notes… Un travail extrêmement pénible au regard de ce qui peut se faire habituellement en tout terrain !


Le tank rose, même s’il n’est pas taillé pour le rallye T.T. ira jusqu’au bout

Pourtant, la première spéciale d’Aubin me donne raison. Je ne suis surprise par aucun virage et les informations annoncées me permettent d’anticiper toute réaction du Patrol rose. La seconde spéciale est un peu plus douloureuse. Salespisse est étroite et technique. Aucun avantage pour un 4 x 4 aussi volumineux que le nôtre, le plus volumineux du plateau…. Les spéciales suivantes se succédent avec quelques soucis techniques, attache de capot défaite, problème de démarreur, pneu crevé, barre Panhard tordue, perte de puissance avec filtre à air avalé, rectification de la carrosserie côté gauche, malgré ces petits soucis chacun trouve sa vitesse de croisière. Nous (Sarah et moi-même) trouvons nos marques avec le 4 x 4. Nous n’essayons pas d’aller au-delà de nos limites mais juste de trouver un rythme régulier qui pourrait nous permettre de rallier l’arrivée. Les garçons font à l’assistance une vérification minutieuse de l’engin. Ils sont conscients qu’il n’est pas conçu initialement pour le rallye TT. Cela peut engendrer des pannes que l’on ne rencontrera pas forcément en endurance.

Toujours là le tank rose !

Le samedi soir, après une journée difficile pour tout le monde, le moral est plutôt bon. Certains pilotes du paddock sont même surpris de constater que le « Tank rose » a rejoint le parc fermé d’Orthez. Le dimanche commence par une spéciale faite au ralenti à cause d’une crevaison à l’arrière gauche, mais pas de quoi saper le moral de l’équipe. Lanneplaa, spéciale un peu redoutée par Julie lors des reconnaissances, est l’une des plus appréciables. Les parties rapides conviennent parfaitement au Patrol rose, seules les parties techniques demandent un peu de patience. Le véhicule ne se distingue pas par son agilité… Nous nous ferons tout de même plaisir en passant la bosse mythique de Lanneplaa à fond, décollant des quatre roues !


Pas facile cette première, mais les‘’Supers Nanas’’ termineront le rallye, l’ objectif fixé avant le départ

C’est assez surprises et pleine d’émotions que nous arriverons finalement à passer la ligne d’arrivée. Le pari était assez osé car jamais, ô grand jamais, je n’aurais accepté de faire le rallye d’Orthez avec la panthère rose si quelqu’un m’avait montré les spéciales avant. Dévers, chemins très sinueux, saignées, marches ‘’trialisantes’’ ne sont guère de mises pour un engin de cette taille. Le propriétaire acquiesça en avouant qu’il n’aurait jamais pensé que le TT peut se dérouler sur un terrain aussi accidenté… Laurent Fouquet m’avait prévenue en m’expliquant qu’il avait eu lui-même du mal à rallier l’arrivée de ce rallye et ce, à maintes reprises.

Cette arrivée, nous la devons à notre assistance, qui fera un travail mémorable tout au long du week-end. Nous la devons aussi à la gentillesse des concurrents du rallye. Ils nous ont aidée à franchir, étape par étape, les difficultés en nous encourageant et en nous motivant. Il s’agit là encore pour nous d’une « première » : découvrir l’ambiance exceptionnelle du rallye TT !


Eric Milon, Monsieur 4 x 4 65 peut avoir le sourire, les ‘’Supers Nanas’’ lui rendent le tank rose sans trop de bobos

Julie Rançon - Crédit photo B.L.S.