LE MANS : 24 HEURES DE SUSPENS

lundi 16 juin 2014 par IMEC

Audi s’impose :Cette 82e édition des 24 Heures du Mans, aura tenue toutes ses promesses. Du départ samedi à 15 heures, jusqu’à hier à la même heure, le suspens aura duré 24 heures. Une lutte indécise entre les trois constructeurs Audi, Toyota et le dernier venu Porsche. Une course où la météo a joué les troubles fêtes samedi, en déversant des trombes d’eau sur une partie du circuit, avec comme conséquence l ‘élimination de plusieurs concurrents, dont l’ Audi N°3, et en causant de sérieux dommages à la Toyota N°8. Les trois prétendants à la victoire se retrouvant ainsi avec le même nombre de protos, soit 2 dans chaque camp. Donné favori Toyota, domine une partie de l’épreuve, mais personne ne lâche rien. En fait il faut plutôt parler d’un sprint de 24 heures plutôt que d’endurance. Les soucis n’épargne aucun camp. Porsche qui pour son retour dans la Sarthe montre de belles choses, avant que les deux 919 Hybrid ne rendent les armes à quelques encablures de l’arrivée. Pour Toyota N°7 qui semblait pouvoir l’emporter, après avoir mené pendant 202 tours, elle laisse sa place à l’ Audi N°2 à la suite d’une panne électrique. Une Audi qui elle aussi n’aura pas été exempte de soucis, stoppée à son stands pendant de longues minutes pour changer un turbo. Pilotée par Tréluyer, Fässler, Loterrer la firme aux anneaux remporte sa 13e victoire en terre mancelle. Elle précède celle de Di Gassa, Gené, Kristensen et la Toyota de Davidson, Lapierre, Buemi.

Fortunes diverses pour les régionaux : deux abandons son à mettre à l’actif des pilotes régionaux, Emmanuel Collard, Perrodo, Palttala Porsche 911 GT3 N°75 jettent l’éponge au 194 tours, et la Morgan Nissan N°26 du Toulousain Olivier Pla, Julien Canal, Roman Rusinov un peu avant minuit. Une Ferrari au milieu de la piste dans la chicane Michelin, le choc était inévitable, le toulousain ne peut ramener la Morgan au stand. Pour le Gersois Patrick Pilet, Bergmeister, Tandy sur la Porsche RSR N°91 des problèmes de pression d’ essence et de freins ont retardé leur marche en avant, ils terminent 34e. Si Pla et Pilet jouaient la gagne en LMP2 et LMGTPro, pour les autres représentants être à l’arrivée est presque synonyme de victoires, avec pourquoi pas une place sur un des podiums de catégorie. Pour sa première participation l’ équipe Sofrev ASP de Jérôme Policand amène la Ferrari 458 Italia en 27e position avec Fabien Barthez, Anthony Pons, Soheil Ayari. Eric Hélary, Merlin, Maris, Porsche 911 GT3 terminent 32e

Tous les classements ici : www.lemans.org

B.L.S. @ photo DPPI