MIRANDE : 1er ASTARAC AUTO CLASSIC ET BOURSE D’ECHANGE

vendredi 17 avril 2009 par IMEC

Les bons élèves et les autres

Cette année le Club Auto de Mirande Astarac avec le concourt de la municipalité de Mirande a décidé de mettre sur pieds à côté de la deuxième bourse d’échange un rallye touristique dénommé ‘’1er Astarac
Auto Classic’’.


Pour cette première édition l’Astarac Auto Classic affiche complet avec trente équipages engagés

Cette première édition ouverte à trente participants fait le plein de candidats avec trente engagés pas un de plus pas un de moins. Mais au fait en quoi consiste ce disons rallye ? Explication de texte : l’organisateur détermine un tracé jalonné de quiz (que nous préférons appeler devinettes) qui consiste à découvrir quelques particularités des lieux traversés comme par exemple : Quel sont les noms des irréductibles gaulois du village d’Obélix et Astérix ? Fastoche allez vous-dire, pas si sûr ! Au final le premier sera celui qui se rapprochera ou égalisera le kilométrage du tracé défini par l’organisateur et qui aura trouvé le maximum de bonnes réponses aux devinettes. Les derniers seront ceux qui se seront complètement pommés pendant les deux étapes de la journée (Ah école buissonnière quand tu nous tiens !) et bien évidemment n’auront aucune réponse à donner à l’arrivée. A l’école, fut une époque pas si lointaine, l’on traitaient ces derniers de cancres. Aujourd’hui c’est différent : il y a des cours de rattrapage, mais nous doutons fort qu’un âne puisse d’un coup de baguette magique être transformé en un cheval de course. Bien évidemment nous avons des noms, mais par pudeur et aussi par peur de représailles (téméraire, mais pas trop quand même) nous ne les citerons pas.


Photo de famille avant la deuxième boucle du samedi après-midi

Bon malgré quelques couacs côté participants la journée fut une belle promenade de santé, d’éducation (toujours utile pour les cancres), de bonne humeur et de convivialité, mais aussi l’occasion de revoir des voitures qui ont fait les beaux jours du sport automobile hexagonal. Quelques pilotes participaient à cette rencontre comme Bernard Airieau, Régis Bégué, Christian Coureau, et quelques autres encore. Ont-ils voulu faire dans la modestie ou peut-être ont-ils fait trop d’ honneurs aux agapes du déjeuner, toujours est-il qu’aucun d’eux n’a pu monter sur le podium.


Les agapes du déjeuner auraient-elles joué quelques entourloupes à certains des participants ?

Le podium en photo


1er Claude et Thérèse Neyrac sur Jaguar Type E avec 20/20 au quiz et 175 km parcourus pour 163 définis par l’organisateur.


2e Michel et Eliane Marque sur Jaguar XJ 6 Coupé avec 20/20 au quiz et 175,5 km parcourus


3e Régis Dupuy et Chantal Queyrous accompagnés de leur fils Florian sur Alfa Romeo 2000, avec 19/20 au quiz et 171 km parcourus .

Quelques photos souvenirs


Pour ouvrir la route de l’Astarac Auto Classic l’on ne lésine par sur les moyens avec deux motos sorties des oubliettes, aussi alertes et pétaradantes qu’à leur prime jeunesse.


Le spécialiste des courses de côtes Bernard Airieau aligne cette Riley, mais peut-être faute d’un bon copilote l’on ne le voit pas en haut des tablettes de cette 1er édition.


Jacques Baurens et Daniel Lille étaient engagés sur cette Renault Frégate Amiral.


Ecole buissonnière ou paumé dans la nature ? Nicolas Thomas et Nathalie Robichon sur cette Alfa Romeo GTV n’ont pas d’autre choix que de faire marche arrière, car nous avons bien l’impression qu’ils sont dans le mur.


Eric Cazaux et Jérôme Ribiero savent faire simple pour résoudre une devinette ou un quiz. Renter dans la propriété et demander à ses occupants l’origine et l’utilisation du bâtiment indiqué sur la carte. Ils quittent l’abbaye de Berdoues qui sera à l’origine de deux réponses en fin de journée (voir par ailleurs).

L’avenir de l’Astarac Auto Classic

Quatre questions à Patrick Chabanat qui est un peu le père de cette ronde dans l’Astarac.

Patrick heureux de cette première ?

Absolument, nous avons pu faire le plein d’engagés grâce au carnet d’adresses de Jean-Paul Buzet, au club Alfa Romeo et au site actumecanique, qui nous a amené des concurrents que nous ne connaissions absolument pas. Tout c’est bien passé des concurrents heureux, un temps splendide, bref cette première est une réussite

Le parcours ne paraît pas aussi simple qu’il en a l’air ?

Oui c’est un peu vrai, quelques concurrents se sont pommés dans la nature et ont parcouru 200 voire 230 km, au lieu des 163 initiaux.

Je suppose que la 2e édition est déjà dans le collimateur ?

Absolument, avec un parcours plus corsé et nous espérons accueillir une cinquantaine de participants contre trente cette année.

Gag : deux réponses, exactes toutes les deux sur le quiz concernant le village de Berdoues, ce n’est pas un peu l’histoire de l’arroseur arrosé ?

C’est exact, il y avait deux réponses possibles. Le bâtiment qu’il fallait citer était à l’origine une ancienne abbaye. Plus tard elle est devenue une fabrique de parfums. Seuls les participants des environs le savaient et ont donné la seconde réponse que nous avons accepté sans trop nous mouiller. Ben tient !


Une de trois seules Darracq RXX à carrosserie sport connues à ce jour. Ce modèle de 1909 avouait une vitesse de pointe de 90km/h, pour une puissance de 32cv et fiscale de 12 cv. Pour l’anecdote le célèbre pilote Gersois Laurent Idrac a eu l’occasion de la piloter il y a quelques années au slalom de Vic en Bigorre

Bourse d’échange et exposition

Pour sa deuxième année d’existence cette manifestation a du mal à décoller, ne parlons pas de l’exposition des différents concessionnaires automobiles qui n’ont rien à voir dans nos propos, même s’ils apportent un plus indéniables à ces deux journées. En consultant le calendrier des différentes organisations similaires, celle de Mirande est prise en tenaille par les deux gros poids lourds que sont Soumoulou et Tarbes : des rendez-vous incontournables de tous les aficionados des vieilles mécaniques. Que ces deux jours soient un plus pour la ville de Mirande est sans aucun doute vrai. Mais peut-être à l’avenir il faudra trouver autre chose ou une autre date pour faire venir exposants et chineurs, car toujours compter sur les copains pour amener leurs voitures risque à la longue de lasser. Il faudra peut-être ne pas hésiter à se déplacer sur des manifestations similaires pour faire connaître cette organisation. Bon ceci ne nous empêche pas de trouver quelques beaux spécimens de voitures qui ont fait le bonheur de nos ancêtres. A l’année prochaine !


Splendide Panhard Junior Roadster de 1952 qui n’a eu que deux propriétaires depuis sa sortie d’usine.

B.L.S.

Téléchargez la liste des participants au 1° Astarac Auto Classic


Engagés Astarac Auto Classic