WEC : ILS SONT CHAMPIONS DU MONDE !

mercredi 7 novembre 2012 par IMEC

Au terme de la dernière course de 6 heures sur le circuit de Shanghai, Belloc, Bourret, Gibon et Larbre Compétition sont sacrés Champion du Monde par équipe !

Jean-Philippe Belloc attendait beaucoup l’ultime meeting du Championnat du Monde d’Endurance. En Chine, à Shanghai, pour le 8e rendez-vous de l’année 2012, ses espoirs n’ont pas été déçus. Le français ainsi que l’ensemble du Team Larbre Compétition quittent la Chine avec le plus beau des trophées dans leur valise, celui de Champion du Monde par équipe. Un titre qui vient récompenser les deux Corvette engagées par l’écurie poitevine ainsi que leurs sept pilotes et l’ensemble de l’équipe technique. « Cette année, le règlement du WEC ne prévoyait pas l’attribution d’un titre pilotes mais uniquement d’un titre équipe. Le calcul est le suivant : à chaque manche, la voiture de l’équipe qui score le meilleur résultat voit ses points comptabilisés au classement général. » explique Jean-Philippe. C’est ainsi qu’à quatre reprises cette saison, la Corvette n°70 de Belloc/Bourret/Gibon aura permis au Team Larbre de marquer de précieux points dans l’optique de ce titre tant convoité. « Nous sommes très fiers Christophe, Pascal et moi-même d’avoir contribué à l’obtention de ce titre. Nous sommes ravis de le partager avec Jack Lecomte, l’ensemble des mécaniciens et des ingénieurs ainsi que les pilotes de la Corvette N°50. » Deuxième des 12 heures de Sebring et des 6 heures de Sao Paulo mais aussi 4e des 6 heures de Silverstone et auteur, à Fuji, de l’unique pole position décrochée cette année par le team français, l’équipage de la Corvette 70 aura très largement apporté sa pierre à l’édifice. Une grande fierté pour Jean-Philippe et ses coéquipiers. « C’est au-delà de nos espérances. Si, au début de l’année, on nous avait dit que nous terminerions la saison ainsi, nous ne l’aurions probablement pas cru. Cette année, Christophe et Pascal faisaient leurs grands débuts sur la scène internationale et malgré ce statut de rookie, ils ont parfaitement tenu leur rang. Ce titre leur revient comme à chacun des cinq autres pilotes du team. » ajoute-t-il.

Mais avant de célébrer ce premier titre GTE-AM de l’histoire du WEC, il restait une ultime course à disputer pour le trio Belloc/Bourret/Gibon… et un nouveau tracé à découvrir. « Shanghai, comme nous nous y attendions, est un vrai tracé F1 moderne avec des infrastructures magnifiques. », confirmait Jean-Philippe. « Nous ne disposions d’aucune référence ni d’aucune expérience sur ce circuit et nous n’avons malheureusement pas été très gâté par la météo, qui a notamment beaucoup retardé notre programme d’essais. » Après un premier roulage compliqué par une piste privée d’adhérence dû à son exploitation peu fréquente, l’équipage de la 70 se voyait dans l’impossibilité de valider ses réglages lors de la 3e séance d’essais libres, cette dernière se disputant sur piste mouillée. Une situation qui conduisait Pascal Gibon à s’élancer en qualifications avec un set-up loin d’être optimal mais qui ne l’empêchait cependant pas de signer un chrono encourageant. 5e temps de la séance, le coéquipier de Jean-Philippe s’approchait à 3 dixièmes de Joël Camathias. Une performance remarquable quand on connaît la pointe de vitesse et l’expérience du double champion GT Open. Mais cette éclaircie n’était que de courte durée. Car contrarié par l’annulation du warm-up pour cause de brouillard, Belloc, Bourret et Gibon se voyaient contraints de découvrir le vrai potentiel de leur Corvette en course. Et c’est avec une auto particulièrement sous-vireuse et dégradant considérablement ses pneus que les trois pilotes allaient devoir composer pendant 6 heures.

Après un départ prudent au cours duquel il parvenait à conserver sa position, Pascal Gibon devait rapidement faire face au retour de Tracy Krohn qui le débordait avant la fin de premier tour. Plus rapide que son adversaire durant l’intégralité de son relais, le coéquipier de Jean-Philippe limitait les prises de risques et bouclait finalement la première heure de course à la 6e position. A son tour au volant de l’américaine, Christophe Bourret parvenait, lui, à se hisser à la 4e place à l’issue d’un relais pour le moins solide. C’est alors que le natif du sud-ouest s’installait dans le baquet. « Dès le début de mon relais, j’ai attaqué pour revenir sur nos adversaires. Mais j’ai très rapidement été confronté à une usure prématurée de mes gommes. Tant et si bien que j’ai vraiment eu du mal à venir au bout de mon premier relais. » Un premier relais difficile donc au cours duquel, le pilote Larbre Compétition allait également se faire une petite frayeur. « Durant cette première heure, j’ai été accroché par un prototype de l’équipe Starworks Motorsport. Le pilote m’a dépassé à l’extérieur et il s’est rabattu sur moi sans me laisser de place. L’accident était inévitable. » Un contretemps heureusement sans conséquence pour la Corvette tricolore qui, au gré des arrêts au stand, oscillait entre la 3e et la 5e place pendant les 3 heures restantes. « Notre résultat est conforme à nos attentes. Compte tenu de la très forte concurrence en cette fin de saison et du potentiel de notre voiture aujourd’hui, nous pouvions difficilement prétendre à mieux à la régulière. Ce week-end, nous avons encore élevé notre niveau de jeu et le team a fait un sans-faute. Nous pouvons être contents ! Je tiens à remercier nos partenaires pour la saison fantastique qu’ils nous ont permis de vivre. Un immense merci également à Christophe et Pascal pour leur confiance. J’ai connu, avec eux, une saison magnifique que ce soit sur la piste ou dehors. Nous avons vécu des moments merveilleux et je leur en suis infiniment reconnaissant. » conclue Jean-Philippe Belloc qui termine ces 6 heures de Shanghai en cinquième position. Un résultat satisfaisant qui conclut une saison forte en émotions. Il permet aussi à Jean-Philippe d’ajouter une nouvelle ligne sur sa carte de visite après le titre GT FIA décroché en 2001.

B.L.S. – communiqué de presse – Crédit photo Vision Sport Agency