SEAT LEON : LEDENON, DIJON AVEC WILLIAM DAVID

mardi 1er juin 2010 par IMEC

Après Nogaro, la Super Série a planté son chapiteau successivement sur les circuits de Lédenon et de Dijon. Avec ce dernier cité c’est déjà la première moitié de certains championnats qui a tourné la page, ce qui est le cas pour la Supercoppa Seat Leon. Nouvelle venue sur le sol français la Seat Leon plus puissante que sa sœur engagée en WTCC et richement dotée, attire d’entrée de jeu des pilotes qui ont déjà démontré leurs savoir faire dans d’autres disciplines comme les Briché, Clairet, Sheier, Jolivière et d’autres encore. A mi-championnat pas étonnant de retrouver quelques uns d’entre eux en tête de cette série, avec Johan-Boris Scheier 102 points suivi par Julien Briché 88 points et Jean-Marie Clairet 70 points. Une particularité de ce championnat, les deux courses n’ont pas le même format. Celle du samedi dure environ une vingtaine de minutes. Pour le dimanche, sa durée est portée à une quarantaine de minutes et, les six premiers de la course de la veille ont droit à une grille inversée, par exemple le premier part de la sixième place et ainsi de suite.

Le retour de William David

Après Nogaro avec Jacques Tillos, c’est au tour de William David , un autre natif Palois qui occupe la cinquième place provisoire avec 64 points de nous faire un bilan des deux derniers rendez-vous. William absent de la compétition depuis cinq ans a repris le manche à Nogaro, explications :
Mon retour s’est fait sans le vouloir. C’est en fait Jean-Noël Lanctuit, responsable de la structure Bordeaux Racing qui fait rouler des Midjet qui m’a contacté mi mars. Il souhaitait monter un programme complémentaire et monter en puissance. On s’est en fait parlé une fois au téléphone et ensuite tout s’est fait par E-Mail puisque j’étais en déplacement à l’étranger. Quand je suis rentré deux jours avant le meeting de Nogaro, j’avais un message m’indiquant que la voiture était commandée et que nous allions nous avions rendez-vous le mercredi de Nogaro…avant les Coupes de Pâques.Voilà, comme l’aventure à commencé.

En quelques mots parles nous du circuit de Lédenon, tu aimes ou pas ?

Lédenon ne fait pas parti de mes circuits favoris mais, je ne le déteste pas non plus. C’est ici que j’ai gagné ma dernière course, en 2004 en Supertourisme.

Comment se sont passés les essais ?

Les essais libres se sont plutôt bien déroulés même si nous n’avons pas pu tester tout ce que l’on souhaitait. La séance chrono ou je fais le 6e temps aurait dû nous mettre sur la première ligne mais j’ai été gêné dans mon tour rapide.

Satisfait de tes deux courses ?

Pour la course un je réalise un très mauvais départ lancé, bilan je me retrouve huit au premier virage. Ensuite je mets beaucoup de temps à doubler Clairet. A partir de là, les pneus ont perdus leurs jus et je n’ai pas pu faire mieux que cinquième. Officiellement, je marque les points de la quatrième place puisque le pilote invité, Geoffrey Dellus qui termine devant moi, reste transparent au tableau d’affichage. Je suis en première ligne pour la course du dimanche, je fais un très bon départ et je prends la tête de l’épreuve jusqu’à la mi-course. Ensuite Julien Briché me double en effectuant une très belle manœuvre, je conserve la seconde place jusqu’au damier. C’est plutôt sympa de remonter sur un podium et de l’offrir au Bordeaux Racing.

Un rapide bilan de ce week-end !

Nous avons démontré que nous pouvions faire de bons chronos et rester devant, ce qui est de bon augure pour les prochaines épreuves. Le bilan est plutôt positif puisque l’on a montré que l’on était compétitif en course et que l’on se positionne déjà sur le podium. Il faut simplement progresser encore un peu aux cours des essais pour être mieux placé sur la grille.

Dijon, tu aimes ou pas ?

Non, je n’aime pas du tout ce circuit mais on va quand même essayer d’en gagner une ! Ce circuit n’est pas vraiment mon préféré depuis que j’avais tapé fort dans la courbe de Pouas en 1990 en Formule 3. Ce circuit vallonné est très rapide et assez chaud !

Commençons par les essais sur ce circuit redouté !

Tous les essais libres se sont déroulés sous la pluie. Nous sommes plutôt bien puisque nous restons en permanence dans le trio de tête. Les essais chronos se font sur le sec et se passent bien, nous décrochons le troisième temps.

Passons maintenant aux courses !

Le samedi un départ lancé avec treize tours au programme. Le départ est moyen, ensuite un accrochage avec Rossi dans le virage de la parabolique m’envoie en tête à queue contre le rail. Je repart douze et remonte six places, pour terminer six. Dimanche c’est départ arrêté pour une course de vingt six tours. Je m’élance de la première ligne, une fois encore je ne suis pas assez prompt, bilan à la fin du premier tour j’occupe la sixième place, je n’en bougerai plus jusqu’à la ligne d’arrivée.

Un rapide bilan de ce week-end et du début de saison

Le plus mauvais week-end depuis le début de la saison. Manque de performance pure et malchance puisque souvent impliqué dans des touchettes. Le fait d’avoir découvert la voiture à Nogaro et de revenir après cinq années d’inactivité n’aident pas non plus. De plus le calendrier est assez mal fait puisque en cinq semaines nous avons déjà fait la moitié du championnat !

Ton prochain rendez-vous ?

Du 25 au 27 juin sur le circuit du Vigeant près de Poitiers.

B.L.S.