LE PREMIER JOUR DU 74e GRAND PRIX D’ ALBI

jeudi 21 juin 2018 par IMEC

Sur les traces glorieuses des Grand Prix d’Albi d’antan, le quatrième Historic Tour (Championnat de France Historique des Circuits) de l’année a pris son envol sur le tarmac du circuit du Séquestre. On en redemande déjà ! Des courses indécises, un public chaleureux et enthousiaste, des animations sur terre et dans le ciel avec un show aérien le matin comme l’après-midi ; cette journée a parfaitement confirmé le bien-fondé de la nouvelle orientation « historique » du GP d’Albi. Et ce n’est qu’un début.

Le Gersois Rémi Fraisse s’impose en SportProtocup

Les vainqueurs : Arrivé dans le Tarn en leader du Championnat de France Monoplaces/Protos, « Nelson » est l’un des huit lauréats du jour. Vainqueur en Formule Renault Classic, il inaugure le palmarès de ce 74e GP d’Albi en compagnie de Frédéric Rouvier (F3 Classic), Dominique Vulliez (Trophée Lotus), Rémi Fraisse (SportProtosCup), Jean-François Besson (Maxi 1300 Series), François Belle (Formula Ford Historic), Franck Quagliozzi (Youngtimers GTI Cup) et Benoît Romac (GT Classic). La victoire la plus disputée du jour : comme souvent, celle du Trophée Lotus, arrachée par Dominique Vulliez pour 263/1000 de seconde face au leader du Championnat de France GT/Tourisme Pascal Métayer. « Je n’étais plus revenu à Albi depuis les années 80 et une course de protos où j’avais pris la deuxième place derrière Jean-Philippe Grand. L’ambiance de ce circuit est vraiment super ! A ce niveau, ses gestionnaires méritent d’être récompensés de leurs efforts (Rémi Fraisse, vainqueur de la course de SportProtosCup). En bref le bilan des courses de ce premier jour/

Trophée Formule Renault Classic : Battu de peu aux essais par Laurent Majou, « Nelson » impose son rythme dès les premières boucles et passe le cap de la mi-course en tête devant le « poleman » et Fabrice Porte. Impérial, le sociétaire du team Palmyr finit par se construire une petite marge de sécurité sur son poursuivant et rejoint l’arrivée avec six secondes d’avance. Sans plus de changement, Fabrice complète le podium après avoir pris ses distances avec Jonathan France. Parti neuvième, Marc Klein signe une jolie remontée pour intégrer le top 5 final.

Trophée F3 Classic : Auteur de la pole pour quelques 21/1000 de seconde, Frédéric Rouvier se porte au commandement dès le départ, mais les Anglais Simon Jackson et Ian Jacobs ne sont aucunement décidés à le laisser s’échapper. Ces deux derniers croisent le fer jusqu’au terme des 16 tours, sans jamais avoir réellement quitté le sillage du Français. Loin de ce trio, Michel Arbeit prend la quatrième place à plus d’une demi-minute, quelques encablures devant Bernard Lacour. Moins chanceux, Bernard Honnorat perd sa sixième place en étant trahi par sa mécanique sur la ligne droite d’arrivée (franchie à la poussette !).

Trophée Lotus : Une superbe bataille s’engage dès les premiers tours entre Xavier Jacquet, Pascal Métayer et Dominique Vulliez, le meilleur performer des « qualifs ». A mi-course, les trois hommes sont toujours à la lutte, rassemblés en à peine une demi-seconde, tandis qu’Anthony Delhaye emmène le reste du peloton. Xavier Jacquet décroché en fin de course, après une légère touchette, la victoire se décide pour 2/10 sur la ligne d’arrivée en faveur du Savoyard Dominique Vulliez, qui signe là son premier succès dans le trophée Lotus. Christophe Gobessi hisse la première Caterham au 13e rang.

SportProtoCup : Non loin de ses bases, Julien Fraisse confirme son meilleur temps des essais dès l’entame de la course. A bord de semblables Lucchini SP94 à moteur Alfa V6 24 soupapes, ses compagnons du team WG British Racing, Franck Julien et Guillaume Gagnard, perdent peu à peu du terrain, les trois hommes rejoignant finalement l’arrivée dans cet ordre. A bord d’une Grac MT14 d’une autre génération, Michel Paganin termine quatrième et vainqueur de la catégorie H1, malgré le retour d’Alexandre Dougnac, parti bon dernier. Passé de sa Formule Renault au baquet d’une March 81S, « Nelson » remporte la catégorie H2.

Maxi 1300 Series : Comme on pouvait s’y attendre, un match serré s’engage dès le départ entre Philippe Gandini et Jean-François Besson, partis côte à côte de la première ligne. Echappés devant, les deux hommes franchissent la mi-course dans cet ordre avec sept secondes d’avance sur Enzo Thiéfain, tandis que le reste du peloton est déjà distancé. Encore leader à l’amorce du dernier tour, Philippe Gandini y est subitement lâché par sa petite Jem, doigt d’allumeur cassé, laissant ainsi Jean-François Besson décrocher la victoire, loin devant Enzo Thiéfain et Alexandre Isidore !

Challenge Formula Ford Historic : Net dominateur en « qualifs », François Belle s’élance en tête et parvient à se ménager trois petites secondes d’avance au stade de la mi-course aux dépens de Stéphane Brunetti, Laurent Majou et Guy James, en pleine bagarre. Sûr de son affaire, le Drômois augmente encore son avance par la suite et passe sous le drapeau à damier en incontestable vainqueur devant Stéphane Brunetti, Laurent Majou et Didier Colombat, demeurés à la lutte jusqu’au bout. A une quinzaine de secondes, Jean-Michel Ogier complète un top 5 où Guy James avait sa place avant son abandon aux deux tiers de la course.

Le Bigourdan Florian Cabarrou vainqueur de la Coupe Mazda MX5

Yougtimers GTI Cup : Au-dessus du lot à bord d’une Honda Civic particulièrement affutée, Franck Quagliozzi prend le large dès les premiers tours, laissant les jeunes Damien Benjamin et Loïc Hélary se livrer une superbe bataille pour le gain de la deuxième place. Derrière l’inamovible leader, le fils de l’ancien vainqueur des 24 heures du Mans (absent ce week-end pour la bonne cause…) finit par arracher la deuxième place en fin de course. A distance, François-Xavier Basse et Vincent Duhen complètent le top 5 des Youngtimers. Du côté des Mazda MX5 de la Roadster Pro Cup, Florian Cabarrou s’impose après avoir mené de bout en bout face à ses amis (et co-organisateurs) Philippe Gosset et Tony Deschamps

Trophée GT Classic et Supertouring Revival : Sans réel adversaire à la mesure de sa Porsche 993 GT2, Benoit Romac domine les 40 mn de course et en rallie l’arrivée avec une demi-minute d’avance sur la Porsche 964 RSR de Sébastien Mathieu, tandis que Laurent Vallery-Masson et José Beltramelli, associés à bord de la Marcos Mantis du promoteur de l’Historic Tour, viennent compléter le podium du jour. Victime d’un début d’incendie aux essais, Claude Cassina n’a malheureusement pas été en mesure d’aligner sa Viper au départ de cette course.

Tous les classements : http://www.actumecanique.com/spip.php?article7257

B.L.S. - communiqué - © B.L.S.