LE CIRCUIT DE MAURON TIENT TOUTES SES PROMESSES

jeudi 11 avril 2019 par IMEC

Avec sa Skoda Fabia, le Gersois JérômeTessanier se classe 5e en Tourisme Cup

La pluie tombée généreusement le samedi en fin d’après-midi n’aura affectée que la deuxième manche, permettant aux pilotes de bénéficier d’une piste au top pour la journée du dimanche et pouvoir ainsi régaler les quelques 7000 spectateurs qui s’étaient amassés pour découvrir le cru 2019 de la caravane du Championnat de France.

Sprint Girls : Cette piste réussi aux bretonnes, après que le circuit a vu naître une certaine triple Championne de France, c’est une autre Bretonne qui s’impose cette année. Nathalie Le Moal, aura brillé ce week-end au volant de son Roscross, en signant le cinquième temps des essais chronométrés, Nathalie prouvait qu’elle était dans le coup. C’est pourtant la surprenante révélation, Aline Thébault (Camotos) qui s’élançait en pôle de la finale accompagnée par Nathalie et Corinne Edmond, qui quant à elle n’a pas mis longtemps à retrouver le mode d’emploi du Camotos. C’est pourtant la Toulousaine Lolita Christol qui a surgi comme une bombe depuis la troisième ligne et qui a pris le commandement des opérations pendant 4 tours avant de partir en tête à queue. Parti elle aussi depuis la troisième ligne au volant de sa nouvelle monture, le châssis Peters, Julie Makhlouf a tout donné pour remonter les autres concurrentes une à une jusqu’à la deuxième place tandis que Corinne Edmond s’adjuge la troisième place.

Maxi Tourisme : Christophe Rigaudière et sa Polo sont entourés de la bonne équipe technique et dispose désormais d’une arme redoutable. Après un timide huitième temps des essais chronométrés, il a su cravacher tandis que les décharges du compresseur résonnaient dans la vallée de Brocéliande pour le plus grand plaisir des spectateurs. Ces derniers ont pu se régaler également avec le ballet offert par Romuald Delaunay (Megane) et Stéphane Genet (Peugeot 208). Ces trois-là se retrouvaient en première ligne de la finale. Tandis que Christophe réalisait un départ moyen, Romuald et Stéphane s’engageait dans un balai somptueux sur le circuit Marcel Moulineuf avant qu’un léger contact ne déséquilibre la Peugeot 208 de Stéphane Genet, forcé à l’abandon. C’est finalement Romuald Delaunay qui s’impose devant Freddy Poulain (Clio) qui prouve qu’il faudra compter sur lui tandis que Sébastien Armand s’offre son premier podium en Championnat au volant de la Megane une course d’enfer parti de la troisième ligne.

Buggy 1600 : La renaissance de Claude Feuillade. Le pilote de l’Alfa Racing retrouve le sourire, Champion de France 2015, le pilote d’ Issoudun était depuis en proie à des soucis et n’avait pas pu briller à sa juste valeur. Le choix d’une nouvelle motorisation lui aura été bénéfique face à la plus jeune génération qui composait avec lui la première ligne, à savoir Thomas Christol (Camotos) et Florian Guilliny (Camotos). Pourtant favori pour le titre cette saison, Maxime Brossault n’a pas commencé le week-end de la meilleure des manières. Bon dernier samedi soir après avoir connu des soucis, il effectue une folle remontée la journée du dimanche pour finalement s’élancer depuis la deuxième ligne de la finale qu’il partageait avec son frère Victor, lui aussi dont on n’a pas fini d’entendre parler. Maxime réussi donc une belle finale et s’empare de la troisième place derrière Thomas Christol tandis que Florian Guilliny était contraint à l’abandon. A noter aussi les abandons successifs des deux Vendéens, Aymeric Martineau (Roscross) et Damien Crépeau (Proplusion) qui ont pourtant enchanté le public samedi lors d’une manche qualificative offrant une superbe lutte..

Super Sprint : Prophète en son pays ? Pas sûr, brillant tout au long du week-end, Davis Méat s’élançait en pôle de la grande finale devant son public et ses partenaires venus le supporter. Rejoint par le Gersois, Cédric Péres (Camotos) et le champion de France en Titre, Loïc Maulny (Roscross) sur la première ligne, il savait que la tâche serait rude et qu’il n’avait pas le droit à l’erreur. Et ce fut le cas, avec un départ chahuté, David ressort à la neuvième place et ne sera pas en mesure de remonter, c’est finalement Loïc Maulny (Roscross) qui s’impose devant le Bigourdan Jason Reinhard (Camotos) opportuniste sur le départ et Olivier Barre (G-Speed) le pilote officiel qui ne cache pas ses ambitions pour cette saison.

Super Buggy : La french class attendait de se retrouver pour affronter ensemble Thomas Anacleto. Le Vosgien faisait connaissance avec sa nouvelle monture et sa nouvelle équipe. Sujet a des problèmes de coupures moteur la journée du Samedi, le Fast&Speed et son pilote dominait la journée du dimanche avant de s’élancer depuis la première ligne de la finale aux cotés de Laurent Jacquier (Alfa Racing) tandis que la pôle position de la finale revenait au champion de France en titre, Jérôme Makhlouf (Peters) Thomas réalise le meilleur départ et s’envole en tête pour finir par s’imposer avec près de 5 secondes d’avance sur Jérôme Makhlouf, lui-même talonné par Laurent Jacquier qui complète ce podium.

Tous les classements ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article7834

B.L.S. – communiqué