HELARY REVIENDRA AUX USA

samedi 22 septembre 2012 par IMEC

Difficile lorsque l’on est néophyte dans une discipline de se faire une place au soleil. Même si Eric Hélary a gagné le Mans et plein d’autres championnats, trouver ses marques dans une discipline aussi atypique que le Nascar, ne se fait pas en claquant des doigts.

Rares ont en effet été les épreuves de K&N Pro Series où le niveau des pilotes avait été aussi relevée et la piste aussi exigeante. Pour la première fois depuis longtemps, également, les engagés au nombre de quarante était supérieur aux trente six places disponibles sur la grille. Face au manque d’expérience, il était clair que la performance allait devoir être alliée à un soupçon de chance pour parvenir à se qualifier. Pour pimenter encore un peu plus cette découverte, il n’a pu compter que sur une séance libre de 1h30 au lieu de plusieurs sessions qui, bien que d’une durée totale similaire, lui auraient permis de débriefer avec Jérôme Galpin et son crew chief Mike Olsen. Et quand un problème d’alimentation d’essence s’est manifesté, ce fut une demi-heure en piste de perdue.

Eric Hélary s’est ainsi heurté au périlleux exercice de la qualification, laquelle se joue sur deux tours lancés. Sur un ovale de 1 mile (1,609 kilomètres) où les voitures flirtent avec les murs à la vitesse moyenne de 200 km/h, la mission relevait de l’impossible et son chrono ne fut pas suffisant. « Je suis évidemment très déçu mais je n’ai pas de regret car j’ai tout donné. Si la chance avait été de mon côté, je pensais pouvoir me qualifier mais ce ne fut pas le cas. Enthousiasmé par l’expérience. J’ai très envie de revenir, et cette fois de réussir. Ce coup-ci, la marche était trop haute. » Pointe de vitesse, tempérament et enthousiasme du pilote… l’équipe Team FJ ne compte pas non plus en rester là ! « Une course NASCAR sur ovale était la seule chose qui manquait à l’incroyable palmarès, d’Eric confie Jérôme GALPIN, nous avons fait le choix de Loudon, une vraie piste de professionnels, dans un meeting Sprint Cup pour lui offrir cette chance. Eric est un immense pilote, mais nous avons manqué de réussite. Maintenant que nous disposons de l’équipe et des voitures, nous allons revenir… »

Le champion 2012 de l’EURO-RACECAR NASCAR ne connaîtra pas une telle mésaventure lors du Unoh Battle at the Beach, organisé en levé de rideau des Daytona 500 les 18-19 février 2013. Devenue discipline officielle NASCAR, l’EURO-RACECAR disposera en 2013 d’une une place garantie sur la grille de ce showdown. Les portes NASCAR sont maintenant grandes ouvertes aux pilotes européens.

B.L.S. – communiqué de presse et crédit photo Racecar