EN HTCC, OLIVIER ORTHOLAN S’IMPOSE AVEC L’ART ET LA MANIERE

mardi 22 octobre 2019 par IMEC

Olivier Ortholan vire en tête pour remporter les deux courses

Pleuvra, pleuvra pas ? La question était sur de nombreuses lèvres et si sur la piste, cela ne change pas grand-chose car le temps est le même pour tous, à contrario des courses de côte, il en va autrement pour l’ambiance dans le paddock . In fine, les cieux ont été du côté des pilotes et organisateurs, et à part une bonne rincée le dimanche matin, histoire de changer les conditions de piste, les conditions météo ont été favorables au déroulement du meeting.

Les essais chronos : disputés avec deux autos en moins, victimes des 2 séances d’essais privés du vendredi et du samedi matin, éliminant de ce fait des pilotes comme Eric Maitre, Patrice Galmiche, Médéric Rojon et Jean-Louis Seveau, cette séance aura vu les dominations d’ Olivier Ortholan, Michel Mora, Christian Chalon, Pascal Cornaz et « Berdal », chacun dans sa catégorie . A noter le très beau temps de Chalon sur sa 325 I Grp N avec des pneus routiers de série à 1’’3 seulement de l’Escort Grp.2 de tête, mais devançant celle Grp.1 de Mora ainsi que la Sierra Cosworth de Michel Béziat. A noter aussi , l’offre faite par un Grand Monsieur de notre sport, Claude Boissy à Eric Maitre qui venait de casser le moteur du Sirocco, de partager le volant de son Opel GSI . Voilà un acte bien représentatif de l’esprit existant au sein du HTCC .

Course 1 : C’est sous quelques gouttes de pluie qui n’allaient pas tarder à se transformer en véritable averse détrempant rapidement la piste que fut donné le départ de cette première manche. Chalon s’élance en tête devant Ortholan et Béziat. Après un premier passage tumultueux dans le 1er double droite qui retirait à Bernard Lamoureux toutes chances de victoire en « Coupe Antho » les positions se stabilisaient . Au 4e rang Dennis Gillet faisait sur sa 505 une très belle course tournant dans les mêmes temps que le trio de tête . S’il en est un autre à qui la pluie profite c’est Christian Blin sur sa BMW 530 IUS auteur du 3e temps pour se deuxième course, preuve que l’utilisation intensive du simulateur n’est pas sans effet . A quelques longueurs, une autre bataille intéressante opposent Stéphane Ruiz ( 505 ) Patrick Bourguignon ( 530 I ), Gérard Merie ( 325 I ), Didier Gheza ( 505) et Maitre ( Opel Kadett ) . A l’arrivée, la logique est respectée, les deux « Tourisme Amélioré » d’Ortholan et Beziat devancent les « Tourisme de Série » de Chalon et Gillet.

Course 2 : La piste a séché, et c’est sous un timide rayon de soleil qu’est donné le départ de cette seconde manche de la journée. Ortholan prend de suite la tête des opérations devant Béziat et Jean-Paul Guerdoux qui a relayé Chalon sur la 325 Grp.N et un duo qui allait tenir en émoi le public présent : Ruiz sur la 505 V.6 et Dennis Gillet sur la Turbo . Bien malin qui pouvait prédire lequel l’emporterait . Finalement ce fut la V.6 lyonnaise . Une dizaine de longueurs plus loin, une autre lutte opposait Pierre Flament ( 505 ), Boissy ( Opel Kadett ), Marie ( B.M.W 325 I ), Bourguignon ( BMW 530 ), et Didier Gheza ( 505 ) avant son abandon au 7e tour . « Berdal » ( BMW 635 ) l’imitera un tour plus tard. Mora s’est rapidement arrêté ( bobine ), alors que Michel Génand sur sa Golf 1600 est plus souvent sur trois roues que sur 4 pour suivre le rythme de la 5 GT de Philip Barthélémy et la BM de Charlie Lafon . Remake de la Course 1, l’Escort et la Sierra Grp.2 l’emporteront sur la 325 I conduite cette fois par Jean-Paul Guerdoux devant les 505 de Ruiz et Gillet roues dans roues . En Grp.1 Bourguignon remporte sa catégorie de même que Génand en Pro-série . Prochain rendez-vous au Mans les 26 et 27 octobre où sont annoncées quelques têtes d’affiches avant la finale de Dijon les 2 et 3 novembre avec un spectacle sans pareil au sein de la Coupe de France qui clôturera la journée du samedi . Il ne restera plus alors qu’à attendre le 1er Mars 2020 pour se retrouver en terre Gersoises à Nogaro .

B.L.S. – communiqué © Stéphane Moreau