CD SPORT TITRE EN ASIAN LE MANS SERIES ET QUALIFIE POUR LES 24 HEURES DU MANS

mercredi 23 février 2022 par IMEC

Le team CD Sport vient sans doute de réussir une des plus fantastiques performances de son histoire, entamée il y a plus d’un quart de siècle ! Au terme des quatre courses de l’Asian Le Mans Series, l’équipe venue du Périgord a décroché les deux premières places aux championnats Teams et Pilotes en LMP3 et une sélection pour participer pour la première fois aux 24 Heures du Mans en LMP2 ! Aujourd’hui une autre course commence, celle qui permettra à la petite troupe d’être prête le jour J pour le départ de la plus grande épreuve d’endurance du monde en juin prochain…
L’Asian Le Mans Series propose un format original, avec deux week-ends successifs composés l’un comme l’autre de deux courses de 4 heures, à Dubaï puis Abou Dahbi. CD Sport engageait deux Ligier JS P320 dans cette compétition. La #3 était la plus cosmopolite avec un trio de pilotes déjà bien intégrés à l’équipe : le Français Edouard Cauhaupé, le Danois Michael Jensen et le Britannique Nick Adcock. La #27 associait Steven Palette, Antoine Doquin et Christophe Cresp, soient trois Tricolores nouveaux venus chez CD Sport.
La suite fut un éblouissant sans-faute. Dès la première course à Dubaï, les deux Ligier rouge et jaune réussissent une remontée percutante jusqu’aux deux premières places de la catégorie LMP3, la #3 devançant la voiture sœur #27. Le lendemain, les couleurs CD Sport brillent de nouveau dans la nuit dubaïote avec, cette fois, la #27 au 2e rang devant la #3. A la fin de ce premier week-end, l’équipe conserve les deux premières places au championnat devant des adversaires aussi réputés que Nielsen Racing (champion en 2019/20), Rinaldi Racing, G-Drive (en partenariat technique avec Graff Racing), Inter Europol (champion en 2018/19), Koiranen, DKR et Konrad Motorsport.
Sur le circuit de Yas Marina à Abou Dhabi, la #27 est 3e sous le drapeau à damier de la course 1 tandis que la #3 se classe 5e. Les deux Ligier CD Sport restent en position de force au championnat séparées par un seul point. Mais six équipages restent en lice pour le titre et on s’attend à une ultime course pour le moins stressante ! La lutte reste en effet longtemps incertaine, sur la piste comme dans les stands. Finalement, la #27 parvient à remonter à la 2e place, 8 dixièmes de seconde seulement devant la #3, ce qui leur offre le doublé au championnat dans cet ordre et… un ticket pour les 24 Heures du Mans.
Le travail réalisé par le directeur technique associé Jean-Noël Le Gall en termes de coordination, d’organisation et de stratégie fut décisif dans ce succès… avec le concours d’un staff d’exception. « Ce résultat est le fruit de quatre mois de travail sur la fiabilité, ce qui nous a valu de terminer toutes les courses avec de gros points. Notre objectif était de vivre une belle aventure humaine, au point que ça a été dur de voir une voiture gagner et pas l’autre ! Nous n’avions pas deux équipages de trois pilotes mais six pilotes. Et puis nous avons pu mettre les bonnes personnes sur les bonnes missions, avec le renfort de mécaniciens de l’équipe MV2S pour la deuxième voiture. Côté ingénieurs, Franck Larue et Nicolas Brisseau, respectivement responsables de la #3 et de la #27, sont des amis en plus d’être hyper compétent. Je n’oublie pas les ingénieurs data et mon second, Vivien Fouquet, ingénieur performance résident chez CD Sport, qui a notamment fait un travail incroyable en amont. Moi, je dois m’assurer que chacun a les bons outils pour travailler et j’échange en permanence avec tout le monde pour essayer de faire toujours mieux. En analysant les engagés, je me disais que ce serait difficile mais petit à petit nous nous sommes mis à rêver du Mans. On va y aller et c’est fabuleux. J’ai l’expérience d’une pole position en LMP2 en 2018 qui reste un très grand souvenir. »
Le team principal Claude Degrémont est encore sous le coup de l’émotion intense ressentie à l’arrivée de la course décisive. « Nous avions une super équipe d’ingénieurs, de mécaniciens et de pilotes, ça a été un bonheur d’évoluer ensemble vers ce dénouement. Nous étions très bien organisés, c’est ce qui a fait notre force, chacun était à sa place. Nous n’avons pas connu la moindre panne en course, les stratégies ont toujours été pertinentes et les pilotes ont su gérer la pression. Je n’ai jamais fait les 24 Heures du Mans en tant que pilote, y participer en tant que team est donc un rêve qui se réalise, mais un rêve un peu masochiste quand on connaît les obstacles à surmonter pour être au départ le 11 juin. Il faut le faire et le faire bien, alors on va tout donner pour être à la hauteur ! »
Laurent Cazenave, directeur sportif associé s’est occupé du recrutement des pilotes et des partenariats. Il était présent à Dubaï avant de vivre l’ultime suspense devant son écran. « Je suis allé faire un grand tour en VTT dimanche matin pour que l’attente soit moins longue. Selon les phases de course, nous étions tour à tour champions, pas champions puis champions à nouveau etc… ça n’a pas été facile à vivre. Mais la récompense est belle. Le team a été costaud, nous rentrons à la maison avec sept podiums pour huit départs ! Nous avions des pilotes de pointe très rapides qui ont dû en étonner plus d’un, et aussi de vrais gentlemen drivers. Il fallait que tout soit parfait et que les pilotes soient à 100% de leur potentiel dans leur rôle respectif. Le seul regret est qu’il n’y ait qu’un seul équipage titré alors qu’ils le méritaient l’un comme l’autre. Maintenant nous avons un passionnant défi à relever au Mans, qu’il faut aborder avec beaucoup d’humilité, même si nous avons gagné notre sélection au mérite, sur la piste. On ne fait pas un doublé par hasard. »
Les programmes 2022 de CD Sport seront annoncés dans les prochaines semaines.

B.L.S. d’après un communiqué © ALMS & CD Sport