HERVE CAZAJOUS : UN BILAN POSITIF

mercredi 7 janvier 2009 par IMEC

Après le dernier Slalom Poursuite de Lourdes organisé par l’Ecurie de Gaves qui était aussi le dernier mis sur pied par le président Hervé Cazajous, nous avons voulu connaître ce qui a motivé la décision de mettre un point final à son rôle de meneur.


Hervé Cazajous, un président qui tire sa révérence avec un bilan positif

Hervé pourquoi mettre un point final à ta présidence ?

  • Cette décision était mûrement réfléchie et ceci depuis longue date. Je l’avais également annoncé aux membres du club. Diriger pendant une dizaine d’années une association finit par devenir pesant, pas facile de tout gérer, mon garage et l’Ecurie des Gaves. Je suis contant et soulagé de passer la main, d’autant plus que je pense avoir fait tout mon possible pour pérenniser le club. Ceci c’est réalisé avec mes deux fidèles compagnons de route que sont Patrick Defay et Alain Macéra, à qui je voudrais une fois encore dire merci.

Comment as-tu vu évoluer le rôle de président ?

  • Disons que les charges qui pèsent sur les épaules d’un responsable n’ont jamais cessé de s’alourdir au fil des années, la charrette à tirer devient de plus en plus lourde. Tout le monde tire le parapluie et l’on se retrouve bien souvent seul avec une montagne de responsabilités. Au final tout retombe sur le dos du président, cet état de fait peut éventuellement décourager la relève.

Quel bilan tires-tu de dix années de présidence ?

  • Disons positif, une association bien gérée à la manière d’une entreprise, une trésorerie saine. Des épreuves qui perdurent malgré toutes les difficultés qui ne cessent de se faire jour. Il n’est pas toujours facile de faire l’unanimité, mais il faut un décideur qui sait qu’il ne peut pas toujours plaire à tous, c’est aussi une des multiples facettes d’un dirigeant.

Bons et mauvais souvenirs du président Cazajous ?

  • Commençons par celui à marquer d’une pierre blanche. C’était en 2005 avec l’organisation du premier slalom de Nogaro, qui fut une véritable réussite. Cette même année nous avons mis sur pied trois compétitions. Nogaro bien sûr, la course de côte de Cauterets et pour finir le traditionnel Slalom poursuite de Lourdes, une année faste pour l’Ecurie des Gaves. C’est aussi cette dernière épreuve qui, il y a 7 ou 8 ans ne me laissera pas un souvenir impérissable. Tout pour des raisons indépendantes de notre volonté nous avons quitté le parking du Paradis (N.D.L.R. parking qui sert habituellement de cadre à cette épreuve) pour l’organiser sur le parking Capdevielle qui n’était pas l’endroit idéal. Pour corser le tout nous avons eu droit à un temps exécrable, et cerise sur le gâteau nous n’avions pas de chronométrage, c’est une épreuve à passer dans les pertes et profits.

Hervé va-t-il arrêter sa discipline favorite ?

  • La décision de quitter la présidence ne change rien à mes habitudes. Je vais continuer à disputer des slaloms comme par le passé et essayer de toujours rester au top de cette discipline. Même si je ne suis plus à la tête de l’Ecurie des Gaves je reste fidèle à cette dernière, mais tout simplement comme membre.


Bien connue de tous les spécialistes des slaloms La R5 GT Turbo d’Hervé laisse la place à une Clio 16 S étrennée lors du dernier Slalom de Mérignac.

Hervé Cazajous en bref :

  • Profession : Garagiste
  • Situation de famille : Marié à Brigitte, un fils Grégory
  • Cours depuis : 1983 (première épreuve course de côte de Cauterets)
  • Membre de l’Ecurie des Gaves : depuis 1983
  • Président de l’Ecurie des Gaves : depuis 1999
  • Titres : 2 fois champion du Comité Midi-Pyrénées catégorie slalom, plusieurs places de 2e (comme cette année ) et de 3e place.

B.L.S.