FRANCK MOREL : UNE SAISON RICHE EN ENSEIGNEMENTS

vendredi 30 janvier 2009 par IMEC

Après avoir écumé journées clubs ou concentration de marques en particulier Porsche, le Revélois Franck Morel décide de franchir le pas et de se lancer dans la compétition automobile. Il débute en 2003 par la Coupe de France des Circuits, discipline à laquelle il mettra un point final au début de l’année 2008. Entre temps il aura remporté 5 titres avec deux voitures différentes, une Porsche 911 et une Opel Astra Silhouette. L’an passé il se retire avec deux victoires en deux courses, Nogaro et Albi, pour disputer le très relevé championnat GT3 FFSA.


L’an passé au mois de Mars Franck accompagné par Lulu et ses parents, André et Nicole tourne la page de la Coupe de France des Circuits

Franck quand la décision de participer en GT3 a-t-elle été prise ?

  • Fin 2006 nous avions envisagé de nous engager dans ce championnat, pour des raisons extra sportives, cela n’a pu se faire. L’idée a été relancée en novembre 2007, pour être finalisée en janvier 2008 et, 15 jours avant la première épreuve (N.D.L.R. les Coupes de Pâques de Nogaro), je n’avais pas de coéquipier.

Peux-tu nous parler de ta saison ?

  • Tout d’abord en préambule cela a été un très grand bonheur de participer à la Super Série. Je n’aurais jamais pu imaginer pouvoir un jour y participer, qui plus est jouer les premiers rôles. Pour résumer cette saison a été bien plus qu’un apprentissage pour moi. Je ne savais pas où me situer parmi les gentlemen drivers au sein d’un peloton de GT avec une Dodge Viper que je découvrais et au final je m’en suis plutôt bien sorti. Il faut dire aussi qu’en GT3 nous étions un peu le petit poucet de la catégorie, budget sans aucune mesure avec ceux de nos adversaires une structure réduite au strict minimum avec seulement deux mécaniciens et un réceptif inexistant, tout a été fait pour limiter les dépenses disons superflues. Il nous a manqué des moyens pour faire du roulage ce qui toujours utile quand on participe à ce type de championnat. Du roulage qui nous aurait permis de mieux cerner la voiture.


Une Dodge Viper à découvrir, qui ne fait spécialement partie des favorites du GT3, face à des GT plus récentes.

Les essais sont-ils un gros plus ?

  • Fabien Rosier et moi étions deux débutants en GT, nous n’avions pas assez de recul pour être rapidement performant dans nos réglages c’est ce qui nous a pratiquement toujours manqué dans la course un. En définitive les essais de qualifs servaient aussi d’essais tout court, alors qu’en faisant des séances de roulages nous aurions être plus compétitifs et plus rapidement dans le coup.

Nogaro course 2 et un podium, cela fait quoi ?

  • C’est sans aucun doute ce qui restera mon meilleur souvenir de la saison, c’est le circuit où j’ai commencé à rouler il y six ans, beaucoup d’émotions j’en ai pleuré sous le casque. La saison démarre bien pour nous. Spa Francorchamps un circuit que je ne connaissais pas, reste aussi un grand moment de la saison. Lors de la course 1 je termine mon relais en tête, Fabien conclut par une victoire, c’était génial. Je voudrais rajouter que bien plus que les victoires et podiums c’est dans les moments difficiles que l’on apprend le plus comme à Lèdenon ou Dijon lors de la course 1. Cette catégorie est d’un niveau très relevé, avec un tas de pilotes capables de l’emporter, des voitures assez proches les unes des autres, ce qui pour le spectateur est toujours bien. A vrai dire la régularité est primordiale, il ne faut jamais se louper, sinon on se fait de suite distancer au championnat.


‘’Beaucoup d’émotions, j’en ai pleuré sous le casque’’

Tu as aimé, tu n’as pas aimé dans cette série ?

  • J’ai beaucoup apprécié la convivialité entre les pilotes de GT ainsi que les discussions pour résoudre ou trouver des solutions techniques en matières de réglages des autos. Par contre je reste un peu sur ma faim en ce qui concerne la qualité du réceptif de l’opérateur en charge du GT, les personnes sont très agréables, mais malheureusement leur structure ne semble pas être le point de ralliement des concurrents, c’est dommage. Un regret aussi lors de l’épreuve de Magny-Cours lors de la manche 2 les deux Ford GT engagés hors championnat en GT3 nous ont volé la vedette (N.D.L.R. elles se classent respectivement 1er et 3e) Nous avons terminé quatrième mais en réalité 2e du championnat, nous n’avons pas eu droit au podium alors que nous avons disputé toutes les épreuves de cette série. Ce n’est pas très fair play d’autant plus que Fabien était dans son jardin, où de nombreux supporters étaient venus le soutenir.

2009 te reverra-t-on en GT ?

  • Normalement oui, bien que rien ne soit finalisé. Nous avons vendu la Viper à la fin de saison passée. Pour le moment plusieurs pistes sont examinées aussi bien côté voiture que côté pilote. J’aimerai bien disputer la saison avec Jean-Philippe Belloc, ceci dépendra de son programme, c’est pourquoi nous sommes en contact avec deux autres pilotes, mais rien n’est encore fait. Par contre je sais que je participerai à la 1er manche de la Coupe de France des circuits à Nogaro, et peut-être à une ou deux épreuves VHC, mais la aussi rien n’est arrêté.

Le mot de la fin !

  • Cette saison a été très riche, j’ai beaucoup appris et ensuite nous n’avons jamais été ridicule avec nos moyens limités, terminer 5e pour notre première saison n’est pas si mal. Je voudrais adresser un grand merci à Alex Pouchelon et à ses mécaniciens, à Lulu toujours aussi fidèle, à Fabien pour sa pointe de vitesse, à mes parents et à la société Le Revelois pour son soutien. Mes succès sont les leurs et ils les méritent autant que moi.


Mars 2008 la petite équipe du RTR pour son tout premier meeting monte sur la plus haute marche du podium de la course 2.

Le bilan GT3 2009

  • 5e du GT3 2009
  • 14 courses
  • 6 podiums
  • 2 victoires
  • 2 seconde place
  • 2 troisième place
  • 3 poles positions et quelques record du tour

B.L.S.


Premier podium pour le duo Franck Morel Fabien Rosier à Nogaro.