UN WEEK-END QUASIMENT PARFAIT A DOMICILE

vendredi 18 mai 2018 par IMEC

Avec une double pole position, une victoire nocturne et un podium diurne mais tout aussi arrosé, le week-end de CD Sport dans les rues paloises fut des plus réussis. D’autant qu’à cette moisson obtenue par Mike Parisy et Christophe Lapierre au volant de la Porsche #1, il faut ajouter les premiers points marqués par « les jeunes » Valentin Simonet et Rémy Deguffroy, bons sixièmes de la course 1. Les sourires étaient radieux mais chacun reconnaissait qu’il aurait été possible de faire encore un petit peu mieux…« Au début des essais libres, nous n’étions pas dans le match mais les ingénieurs et les pilotes ont bien travaillé en vue des qualifications » exprimait Laurent Cazenave. Le Palois était seul à la barre dans son fief car Claude Degrémont se trouvait à Monza où le proto LMP3 du team a participé vendredi et samedi à la Michelin Le Mans Cup.

Mike Parisy , Christophe Lapierre – Porsche Cayman N°1 : Quand arrive le moment de défier le chrono « pour de vrai », la pluie se met à tomber et Christophe Lapierre exécute un festival d’attaque et de maîtrise qui lui offre la pole position pour la course 1. Cette année, les organisateurs ont ajouté une Superpole afin de départager les « Pros » et de pimenter le show. Pour y accéder, il faut d’abord figurer dans le Top 15 de la seconde séance de qualification. En signant le 4e temps, Mike Parisy franchit aisément l’obstacle. Un par un, les élus de cette fameuse Superpole s’élancent dans l’ordre inverse de leur classement, pour un seul tour, sans aucun droit à l’erreur ! Mike est donc le douzième à défier les lois de l’équilibre sur une piste glissante à souhait. Quand il achève ce tour de tous les dangers, il possède plus d’une seconde d’avance ! Les trois derniers candidats entretiennent le suspense mais au final, le Palois s’octroie la pole pour 130 millièmes ! »

« Christophe a archi dominé sa séance, il a fait la différence sur son pilotage grâce à son expérience des Porsche et son passé de rallyman a peut-être compté aussi. C’était une bonne idée d’organiser une Superpole à Pau, qui est le circuit le plus prestigieux. La séance fut excitante à suivre et a constitué un beau challenge pour les pilotes sachant qu’il ne fallait pas casser les voitures à trois heures du départ de la course 1 ! En tout cas le fait de décrocher la pole position pour les deux courses du week-end fut une belle récompense pour nos pilotes comme pour le staff technique de l’équipe. » commentait Laurent Cazenave.

Le départ de la course 1 est donné à 21h30 avec Christophe au volant de la Porsche n°1. « Du fait de la pluie, de la lumière des phares, c’était super délicat. J’ai mené 11 tours sur un bon rythme, mais une Ginetta m’a passé en force à l’épingle du lycée… » indique le Montilien. sous les fenêtres de l’école de pilotage CD Sport, qui a ses bureaux au 4, rue Louis Barthou, aurait précisé Laurent Cazenave ! Christophe débraque pour éviter l’accrochage et passe le relais à Mike cinq boucles plus tard. Celui-ci parvient à prendre la tête sur une splendide manœuvre dans l’effrayante courbe des tribunes. A huit minutes de l’arrivée A huit minutes de l’arrivée, la course est stoppée suite au crash d’une Audi à la sortie du même virage. « Le Grand Prix de Pau est cher à mon cœur, je me sens porté par le soutien de mon public et de mes amis sur ce circuit. C’est ma quinzième victoire ici mais la première en GT ! » jubilait Mike.

La course 2 a moins bien commencé pour le champion de France en titre qui n’a pu profiter de sa pole. « J’ai rencontré le problème de gestion électronique de la boite dont plusieurs Porsche GT4 ont déjà souffert en 2017. Au départ, je me suis fait harponner de partout. Par la suite, j’ai réussi à rester au contact en poussant toujours à la limite, mais sans pouvoir me battre. » Mike est P4 au moment de changer de pilote. Comme la veille, le pitstop est rondement mené et Christophe ressort P2 de la pitlane ! « J’étais concentré sur l’objectif de remonter et j’ai doublé une Porsche pour prendre la tête… sans voir que nous étions toujours sous procédure de safety car, pour encore quelques secondes. Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Après le drive through, j’étais 8e et avec l’arrivée de la pluie, c’était tendu pour doubler. J’y suis allé crescendo, et j’ai pu finir 3e, un résultat satisfaisant malgré tout. » 3e, c’est aussi la place au championnat de l’équipage de la n°1. « On savait qu’à Pau, il peut y avoir des péripéties jusqu’au dernier tour, surtout sous la pluie alors on croyait au podium. C’est très positif, mais une deuxième victoire était à notre portée donc nous n’avons pas produit la course parfaite. Comme je le dis toujours : on gagne ensemble, on perd ensemble ! » ajoute Laurent Cazenave.

Valentin Simon, Rémy Deguffroy – Porsche Cayman N°2 : Valentin et Rémy ont ouvert leur compteur de points à Pau au terme d’une belle remontée de la 12e à la 6e place dans la nuit béarnaise. « Ils ont accompli de très beaux relais samedi soir . Dommage d’avoir loupé la deuxième qualif, Rémy n’a pas pu extraire assez de performance pour se hisser en Superpole. Il est parti trop loin et a commis une petite faute à la Statue Foch. En tapant le rail, il s’est blessé à une côte. Ça fait partie du charme de Pau… et c’est arrivé aux meilleurs. Ce n’est pas facile pour eux de devoir se comparer, au sein du même team, à l’équipage de référence du championnat. Mais ils travaillent et ce premier résultat en appelle d’autres. » constate Laurent Cazenave

Les GT vont avoir deux mois de répit avant d’investir le circuit de Dijon-Prenois du 13 au 15 juillet.

B.L.S. – communiqué - © photos Hervé Margolles & D.R.