NOGARO : COUPE DE FRANCE DES CIRCUITS OU COUPES DE MARQUES ?

jeudi 29 mars 2012 par IMEC

Etat des lieux

Avant de se pencher sur cette rencontre, revenons sur la précédente édition, qui comptait 147 engagés provisoires, cette année 126 pilotes figurent sur la même liste. Cet écart, peu s’expliquer par l’absence à Pâques du GT Tour remplacé par le GT FIA. Habituellement, cette première manche de la Coupe de France, servait d’entraînement grandeur nature aux pilotes de différentes coupes de marques (Clio, Racecar, Seat Leon etc.), qui quelques semaines plus tard participaient aux Coupes de Pâques. Cette année, seule la Clio Cup avec la Racecar seront présentent à Pâques, ceci pouvant expliquer cela. En dehors de ce fait, deux plateaux subissent une érosion assez conséquente, les GT/F2000 et les monoplaces.

Cette rentrée de la Coupe de France des Circuits, ressemble fort à une coupe de marques. Ceux qui ne possèdent pas une BMW en Groupe N, une Clio Cup en Groupe A, en GT une Porsche, en proto une Norma et en monoplace une Tatuus ont peu de chance de figurer en haut du livre d’or de ce meeting. La C.F.C. change de visage au fur et à mesure que les années passent. Elle est bien finie l’époque où les voitures venaient de tous les horizons, rallyes, courses de côtes et bien sûr du circuit. Aujourd’hui les participants à quelques exceptions ne sont plus que des ‘’pistards’’

Jérôme Fior survole le groupe N

Onze BMW sur 16 partants, mais laquelle va s’imposer ? Le local de l’étape, Jérôme Fior qui connaît le circuit comme le fond de sa poche, et de plus a bien fait évoluer sa BMW depuis l’année dernière, réalise le carton plein dans cette série : deux victoires, et deux records du tour, difficile de faire mieux. En course de coupe c’est une véritable correction qu’il inflige à ses adversaires. Le second Olivier Gillard termine à pratiquement treize secondes et le 3e Alain Jean-Pierre à plus de 22 secondes. La classe 3 revient à Michel Genand sur Honda N3. Fidèles parmi les fidèles de ce meeting, Guy et Julien Sers sur Peugeot 206 RC remettent encore le couvert, au finish c’est Guy qui remporte la classe 3.

Le duel à fleuret moucheté entre Quagliozzi et Eychenne

Voilà deux pilotes qui depuis quelques années ont l’habitude du tête à tête, un coup à toi un coup à moi. Franck Quagliozzi affronte la meute des Clio avec son Honda Civic R. Un plateau plus que fourni avec 39 partants, mais comme déjà expliqué certains se rôdent pour le Coupes de Pâques à l’exemple de Thibault Bossy. En course qualificative, la Honda mate les Clio en devançant celle de son éternel rival, Stéphane Eychenne. L’après - midi ce dernier va remettre les pendules à l’heure. Par contre Franck, plonge dès le premier tour dans les profondeurs du classement suite à un mauvais choix de pneus et des réglages pas spécialement heureux. Le podium est cent pour cent Armagnac Bigorre, derrière Eychenne viennent Thibault Bossy et Gérard Saint Arroman.

Dominique Laure bouffe du Porsche

Un tiers de ce plateau est constitué de voitures venant de Stuggard, le reste est un peu plus varié. Si l’on retrouve les piliers de la discipline, à l’exemple de Gérard Faure, Serge Juillet, Alain de Rognat, Franck Diversay, il est clair que pour certains d’entre eux, leurs voitures ont du mal à suivre le rythme imposé par les nouvelles venues. Les BMW, ou Peugeot 406 Silhouette, habituées il y a peu à jouer les premiers rôles ont désormais du mal à suivre. La course qualificative revient à la Porsche 997 Cup GT3 de Gérard Faure, devant la Renault Mégane Trophy de Dominique Laure et la BMW Z3 Hartge de Patrick Bourguignon. Au départ de la course de coupe, la Megane impose immédiatement son rythme, devant la Porsche de Patrick Guf et celle de Gérard Faure. La messe est déjà dite, l’ordre ne changera pas jusqu’au drapeau à damiers. Aders François sur Caterham remporte la classe 10 et Jérôme Pougat, Peugeot 205 GTI 16S la classe 9.

Claude Degrémont en perdition le matin, prendra sa revanche l’après-midi

Groupe C, une Norma oui mais laquelle ?

Treize Norma sur 22 partants : logiquement la victoire ne devrait pas échapper à l’une d’entre elles. Le matin première course débute avec l’ arrivée de la pluie. Les concurrents peut-être pressés d’en finir, avant d’être trempés jusqu’aux os, s’emmêlent les pinceaux dès le premier tour, résultats trois voitures aux tapis, une quatrième les imitera au 4e tour. Ariel Chartier, Anthony Gandon, Norma M20 et Christian Labarbe, Frédéric Gélin, Merlin MP23 n’ont plus qu’à regarder leurs camarades s’ébrouer sous la flotte. Au terme des 8 tours, Dominique Cauvin s’impose devant le champion sortant Henri Neel et Claude Degrémont tous sur Norma. Lionel Estèves sauve l’honneur de Merlin en terminant 6e. L’après midi trois concurrents jettent l’éponge avant le départ, Ariel Chartier, Jean Simon, Norma, et Jean-François – Vincenti, Lucchini S280. Au feu vert, Arnaud Perrin Norma M20 prend la direction des opérations, jusqu’au 6e tour. Sur la dernière née des ateliers du NAC, Claude Degrémont se porte ensuite en tête et franchit la ligne d’arrivée en leader. Arnaud Perrin monte sur la seconde marche, le jeune Anthony Gandon qui dispute sa première course sur un proto prend la 3e place. Frédéric Gélin offre la 8e place à Merlin.

Monoplace, Milesi puis Harout

Il s’agit sans doute du plateau qui a perdu le plus de concurrents. L’an dernier les pilotes du groupe D avaient brillé par leur absence, cette année trois ont fait le déplacement. Par contre l’on dénombrait 27 Formule Renault en 2011 contre 14 cette année. Il est peut être encore un peu trop tôt dans la saison pour tirer une conclusion sur cet état de fait. Le matin les concurrents s’élancent sur une piste extrêmement piégeuse, la pluie s’étant invitée. Sylvain Milesi s’impose devant Adrien Hervouet et le prof volant de Nogaro Daniel Harout. Ce dernier piqué au vif, prend le commandement des opération dès le second tour de la course de coupe, alors que Milesi ne va cesser de perdre du terrain pendant les 12 tours pour terminer 6e. Comme dans la course 1, Adrien Hervouet termine second, et à la troisième place nous trouvons le jeune et solide pilote du Lamo Racing, Alexandre Mantovani. Sylvain Jot s’impose dans le groupe D.

Nous reviendrons prochainement sur ce rendez-vous avec les échos du paddock.

Les classements sont ici : http://www.actumecanique.fr/spip.php?article1798

B.L.S.