LA SEULE EQUIPE A AVOIR GAGNE AVEC UNE PORSCHE CAYMAN EN GT4

jeudi 18 octobre 2018 par IMEC

La saison s’est achevée sur le circuit Paul Ricard, là où CD Sport avait célébré le titre de champion de France FFSA GT de ses pilotes Mike Parisy et Gilles Vannelet en 2017. Un an tout juste après cet épisode mémorable, l’écurie périgourdine restera, parmi les quatre ayant aligné des Porsche dans la catégorie reine Pro-Am, la seule à avoir remporté une course en 2018, assortie d’un podium, d’une pole et de la super pole dans les rues de Pau. Au chapitre des satisfactions de ce déplacement dans le Var, on retiendra la 5e place en catégorie Am du jeune Guyanais Gavin Aimable.

Porsche Cayman N°1 - Mike Parisy, Christophe Lapierre : comme souvent, le meeting a commencé par un chrono très prometteur aux essais libres. Les 7 et 11e temps obtenus par Christophe Lapierre et Mike Parisy dans leur séance de qualification respective laissaient également présager des résultats honorables. Le début de course 1 de Christophe fut même flamboyant, et le Montilien était à la lutte dans le peloton de tête avant et après l’interruption des débats au drapeau rouge. Il pointait au 6e rang au moment de passer le relais à Mike. Mais un problème de chrono a fait perdre du temps à l’équipage au changement de pilote et le Palois n’a pu remonter plus haut que 11e au général pour marquer le point de la 10e place en Pro-Am. Le lendemain, Mike a d’abord subi un contact qui a déréglé le carrossage de la roue avant gauche, entraîné la perte de la lame avant et causé un important sous-virage. Même si elle est survenue à la fin du tour précédant le pitstop, une crevaison à l’arrière gauche a ajouté un déficit supplémentaire… et un moteur qui manquait de vigueur à l’accélération n’a rien arrangé. Pour Mike Parisy : « Le contraste entre les saisons 2017 et 2018 est énorme, étant donné que l’année dernière à cette même époque nous étions champions. On peut même parler d’une des saisons les plus difficiles de ma carrière de pilote. Pourtant toute l’équipe s’est donnée à fond pour ce programme, tout le monde a fait preuve de persévérance et de volonté afin d’essayer de trouver des solutions et de redresser la barre. Mais nous n’y sommes pas parvenu comme espéré, c’est regrettable parce qu’un duo comme celui que nous formions avec Christophe Lapierre avait le profil pour jouer les premiers rôles. »

Porsche Cayman N°2 - Gavin Aimable afin d’accélérer sa formation, Gavin Aimable à18 ans s’est engagé en solo, ce que permet son statut de pilote bronze. Dans la course 1, il s’est fait pousser en tête à queue par une BMW, puis une imprécision lors du pitstop lui a valu un drive through. En revanche, la course 2 a répondu aux attentes du « rookie » de l’équipe, sa remontée le conduisant au 5e rang des pilotes Am. Explication de Gavin Aimable : « En roulant seul sans équipier j’ai pu affronter des pilotes pros, qui sont plus agressifs mais on apprend beaucoup en observant leurs trajectoires, leurs points de freinage. Je suis satisfait d’avoir atteint l’objectif fixé avec Laurent Cazenave, entrer dans le Top 5 du classement Am. J’ai énormément progressé à l’occasion de ces deux meetings disputés en GT avec CD Sport face à une forte opposition. Je pense même avoir passé un cap, même s’il reste du chemin à parcourir avant d’aller se frotter aux plus grands. »

Les dirigeants du team nous donnent leur sentiment en conclusion d’un exercice difficile pour une structure qui restait sur trois titres majeurs obtenus lors des six dernières saisons (Proto V de V par deux fois et FFSA GT). Claude Degrémont : « Cette course fut un peu à l’image de la saison pour la n°1. Nous étions bien en châssis mais les circonstances n’ont pas permis aux pilotes de concrétiser leur potentiel. Gavin, qui a très peu d’expérience, nous a fait plaisir car il a produit une très belle course, il s’est battu comme un lion, il a su attaquer pour gagner des places et se défendre quand il le fallait. Sinon, le fait d’avoir obtenu la seule victoire et les seules pole positions de Porsche en Pro-Am sur l’ensemble de la saison en France représente tout de même une satisfaction. » Pour Laurent Cazenave : « il faut saluer l’état d’esprit des pilotes, des ingénieurs et des mécanos malgré les difficultés. Nous sommes restés soudés, tout le monde a travaillé dur jusqu’au dernier tour de la dernière course. Personne n’a lâché. »

CD Sport voudra briller à l’occasion des deux dernières épreuves LMP3 inscrites à son calendrier : en Michelin Le Mans Cup le 28 octobre à Portimao, et le 3 novembre à Estoril en clôture du V de V !

B.L.S. communiqué © Pro-Photos–Sport