LA COLLECTION D’ANDRE TRIGANO VENDUE AUX ENCHERES

mardi 5 mai 2020 par IMEC

André Trigano devant sa Lamborghini 400 GT 2x2

Le 2 mai était programmé, reporté au 13 septembre, la vente aux enchères de la collection d’ André Trigano homme d’affaires, le premier édile de Pamiers pendant de nombreuses années sans oublier son sacré coup de volant. Il a constitué une collection de 170 engins certains entièrement restaurés et d’autres dans leur ‘’jus’’. Déjà il s’était séparé d’une vente aux enchères par Artcurial d’une quarantaine de Citroën il y a quatre ans. Cette fois ci c’est quelques 170 voitures mises sous le marteau du célèbre Maître Hervé Poulain de la même maison Artcurial dans la région toulousaine.

Maquette Bugatti 35 G.P. de Lyon en 1924 au 1/8e

Un nom qui vous est sans doute familier, car pendant des années il avait en charge la commercialisation de la maison ‘’Trigano’’ créé par son père Raymond ayant eu l’idée de créer la première tente familiale, lorsque les premiers congés payés ont été lancé en 1936. Une idée de génie qui fut une superbe aventure et qui a permis de démocratiser le camping. C’est en 1930 qu’André Trigano rêve devant une grosse Packard, mais la guerre ne lui permettra d’assouvir sa passion naissante de la conduite automobile. Il doit fuir avec sa famille dans l’Ariège et, il rejoint les maquisards. Après la guerre, la compétition le titille toujours autant, il achète une Citroën C4 transformée en fourgonnette tout en continuant les affaires familiales. En 1951 il acquière une Hotchkiss de 13 CV qu’il engage dans le Tour de France Automobile, ou il doit abandonner à Lourdes. Pas découragé pour un sous, quelque temps plus tard il prend le départ du rallye de Monte Carlo au volant d’une Austin A90 Atlantic avec un célèbre coéquipier Georges Houel. Partis de Lisbonne dans la neige et le verglas ils font partis des rares à rejoindre Monte Carlo sans pénalité Mais voilà Jojo n’a pas respecté la vitesse imposée et ils terminent 11e alors que certains les voyaient terminer en tête. André se sépare rapidement du casse cou, haut en couleur, Georges Houel. André Trigano s’essayera à d’autres autos, une Traction 15/six, une Aronde des Panhard et autres. Sur la vingtaine d’épreuves qu’il dispute il abandonne une seule fois et encore ‘’prudemment’’ en effet ‘’J’aimais trop les voiture pour les casser’’ dit-il. Après l’accident survenu aux 24 Heures du Mans en 1955 il raccroche définitivement son casque

Ensuite guidé par sa passion pour l’auto, il s’oriente par celle de la ‘’Collection’’, dans les années 60 dont les voitures ne coûtait pas une fortune, voire le prix de la ferraille. Petit à petit il commence par des autos qui l’ont passionnées, certaines sont d’authentiques voitures de rêves, d’autres moins, mais ce qui est le charme de cette collection. Des autos qui n’ont parcourues que quelques kilomètres comme cette Aston Martin DBS V8 de 1970, ou cette Renault 4 unique décorée par Arman avec un kilomètres dérisoire de 875km, .des voitures de chefs d’états ou de stars comme la Rolls Royce V Limousine James Young de 1962, la Lamborghini 400 GT 2x2 de 1967 ayant 33.800km et bien sûr d’autres encore. Parmi les autos dans leur jus qui demanderont de rajouter des moyens supplémentaires, pour pouvoir rouler, par exemple notons une Circa 1935 Fiat Balilla vendu en l’état avec une mise à prix dérisoire de 200 à 300 €, encore une Porsche 924 de 500 à 1000€, une Honda Civic 1,4L 16V de 1990 de 50 à 100€ ou encore une Citroën Acadiane de 1985 entre 300, 500€ , mais pas seulement, sans oublier des maquettes d’autos ou encore des moteurs.

Renault 4 unique décorée par Arman

Cette vente aux enchères du 2 mai est reportée à une date ultérieure, à cause du coronavirus, mais voici une occasion de découvrir le catalogue de 166 pages qui distille une partie de la vie d’ André Trigano et de ses voitures qu’il a collectionnée pendant si longtemps et pourquoi pas de se préparer d’acquérir un pan de cette belle histoire.

Le catalogue est à découvrir ici : https://www.artcurial.com/fr/vente-4014-collection-andre-trigano

B.L.S. © Artcurial