ALBI : LES PREMIERS PODIUMS DE L’ HISTORIC TOUR (Partie 1)

samedi 1er août 2020 par IMEC

Deux victoires pour Matthieu Château en SportProto

SportProto : Course 1 : Auteur du meilleur chrono lors des essais qualificatifs du vendredi, Matthieu Châteaux confirme sa suprématie en course face à Gianluigi Candiani et Gérard Pargamin. L’Italien est ensuite trahi par sa mécanique à mi-parcours et laisse ainsi son rival rejoindre l’arrivée à la deuxième place avec un passif de 13’’7 sur le vainqueur. Pierre-Loup Boch complète le podium devant Carlos Tavarès, qui étrenne ce week-end une Chevron B21 Ford sur ce plateau en marge de son engagement en F3 Classic. Avant son abandon en vue de l’arrivée, Louis Kolly revendiquait cette même quatrième place. Passé du baquet de sa Lotus Seven à celui d’une Bogani Alfa, Dominique Vulliez n’a pas bouclé un tour alors qu’il avait signé le troisième temps des essais.

Course 2 : Avec 18’’ d’avance dès la mi-course, Matthieu Châteaux a rapidement balayé toute incertitude quant à l’issue de cette seconde course de la SportProtosCup. Loin derrière la Debora à moteur BMW M12/7, Pierre-Loup Boch occupe un moment la deuxième place avant d’être contraint à l’abandon et de laisser ainsi Gérard Pargamin être le… « premier des autres » au volant d’une autre Lucchini. Pour le gain de la troisième place, Louis Kolly (Lola T298) et Carlos Tavarès (Chevron B21) croisent le fer jusqu’au bout, les deux hommes coupant la ligne d’arrivée groupés en moins de cinq secondes.

F3 Classic Course 1 : Impérial en « qualifs » à bord de sa nouvelle March 783 Toyota, Frédéric Rouvier confirme sa suprématie dès les premiers tours. Lancés à ses trousses à bord d’identiques March, Davide Leone et son père Valerio atteignent la mi-course avec, respectivement, 4’’ et 12’’ de retard sur le champion de France en titre. Pas plus inquiété par la suite, ce dernier se voit même débarrassé de Davide Leone, contraint à l’abandon à quatre tours de l’arrivée. Brady Beltramelli accède ainsi au podium en finissant à seulement quatre secondes de Valerio Leone. « Nelson » et Carlos Tavarès sont dans le top 5, à l’inverse d’Eric Martin et de Laurent Vallery-Masson qui pouvaient tous les deux y prétendre avant leur abandon.

Course 2 : Sur la lancée de son succès de la veille, Frédéric Rouvier creuse méthodiquement l’écart sur Valerio Leone, en le reléguant à plus de six secondes au stade de la mi-course. Derrière les deux March 783, Brady Beltramelli s’accroche vaillamment à la troisième place avant de voir Davide Leone, auteur d’une remontée éclair, fondre sur lui, puis le dépasser au 11e des 18 tours. Une joie de courte durée pour le jeune italien, contraint à l’abandon peu après alors qu’il semblait en mesure d’inquiéter son père. La course s’achève sur une seconde victoire de Frédéric Rouvier devant Valerio Leone, seulement distancé de 4’’6. Joliment remonté du fond de grille, Eric Martin s’invite in-extremis sur le podium en dépassant dans le dernier tour un Brady Beltramelli ralenti par sa mécanique.

FR Classic- Course 1 : Intouchable aux essais, le Suisse Christian Vaglio Giors survole la course et se permet même d’intercaler sa Formule Renault au milieu des F3, à la cinquième place « scratch ». Derrière, Laurent Majou se montre le plus véloce en début de course avant de s’incliner face à Lionel Robert, de retour en Formule Renault à bord d’une version « atmo », dès le cinquième tour. Dès lors, on tient le futur tiercé gagnant.

Course 2 : Comme samedi, Christian Vaglio-Giors s’envole en tête des « FR » dès le début de course. Derrière lui, Lionel Robert laisse bientôt l’avantage à Laurent Majou, puis à Bruno Mottez, avant de se retirer à la mi-course. Laurent Majou lui aussi trahi par sa mécanique (surchauffe moteur), Bruno Mottez s’installe durablement à la deuxième place et achève une solide course à cette position, à une cinquantaine de secondes de Vaglio-Giors. Bon troisième, Arnaud France précède à l’arrivée Bernard Soulié, vainqueur parmi les Formule Renault « atmo ».

Trophée FF Ford Kent et Zetec – Course 1 : Dès le départ une lutte s’engage entre les deux versions Zetec d’Arnaud Dousse et d’Augustin Sanjuan, l’homme de la pole. Crédité du cinquième temps aux essais avec une Formule Ford bien plus ancienne, Jérôme Policand est rapidement stoppé par un drapeau noir consécutif à un départ anticipé. Devant, Sanjuan et Dousse échangent leurs positions au fil de la course, le dernier mot revenant au second avec 5’’5 d’avance. A la troisième place, Geoffroy Horion remporte la catégorie des Formule Ford Kent, de très peu devant Gislain Genecand.

Course 2 : : Parti en tête, Augustin Sanjuan laisse rapidement l’avantage à Arnaud Dousse, le vainqueur de la première course. A mi-course, cinq secondes les séparent, tandis que Manuel Béguinot, auteur d’un superbe début de course, hisse une autre Formule Ford Zetec à la troisième place. Celui-ci est malheureusement victime d’une sortie de piste à trois tours de l’arrivée. Après une courte neutralisation, une relance s’effectue pour un ultime tour qui voit Arnaud Dousse conclure victorieusement sa journée devant Augustin Sanjuan. Geoffroy Horion place la première Formule Ford Kent en troisième position précédant dans cette catégorie Adrien Laissac et Jérôme Policand.

F.F. Histocic – Course 1 : Parti de la pole, Jérôme Policand, l’invité vedette du week-end, entame la course matinale au commandement avec François Belle et Alain Girardet blottis dans ses roues. A mi-course, les trois hommes évoluent toujours dans la même seconde, tandis que le gros du peloton, décroché à une dizaine de secondes, est emmené par les Suisses Christian Vaglio-Giors et Gislain Genecand. Après une neutralisation consécutive à un accrochage, la lutte finale s’opère sur deux ultimes tours et se conclue à l’avantage du patron du team Akka-ASP, vainqueur avec un minime avantage de 299/1000 de seconde sur François Belle. Pénalisés, Alain Girardet et Gislain Genecand abandonne la troisième marche du podium à Marc Faggionato.

course 2 : Sur le même rythme, Jérôme Policand et François Belle entament la course 2 de l’après-midi dans cet ordre devant l’ensemble du peloton. A mi-course, l’écart entre eux se maintient autour de deux secondes, tandis que Marc Faggionato et Alain Girardet emmènent le gros des troupes. L’arrivée semble se profiler sous cet angle, mais à deux tours du damier Jérôme Policand écope d’un Drive through qui ouvre les portes de la victoire à François Belle.

B.L.S. – communiqué