A ESTORIL, UNE COURSE ABOUTIE POUR LA FERRARI N°59

mercredi 22 octobre 2014 par IMEC

La cinquième et ultime manche de l’European Le Mans Series a conduit les concurrents au Portugal sur la fameuse piste d’Estoril. Dans une ambiance des plus chaleureuses, le public a largement répondu présent pour profiter du spectacle sous un magnifique soleil. Alors que dans toutes les catégories les titres n’étaient pas encore attribués, la course se révélait des plus disputées, haussant encore un peu plus le niveau global du plateau. Pour Jean-Philippe Belloc et ses équipiers, Christophe Bourret et Pascal Gibon, ce dernier rendez-vous fut placé sous le signe de la performance et de la compétitivité, même si le résultat final ne fut pas celui escompté. Aucun regret du côté du pilote tarn-et-garonnais, au contraire, une immense satisfaction de voir l’équipage conclure la saison en revenant dans le match.

Pour la dernière épreuve de la saison, les organisateurs de l’ELMS avaient choisi la douceur du climat portugais et un tracé chargé d’histoire pour accueillir les protagonistes du championnat. A Estoril, l’équipage de la Ferrari 458 N°59 n’était pas en terre inconnue comme le confirme Jean-Philippe.
« Comme mes équipiers, je connais bien ce tracé et nous avons eu chacun l’occasion d’y rouler à de multiples reprises. La première séance d’essais libres s’est déroulée sous la pluie et la seconde fut consacrée à préparer la course. Ainsi, pour les qualifications, nous n’étions pas préparés au mieux. Si habituellement, qualifier la voiture est une tâche qui incombe à Pascal ou Christophe, cette fois, c’est moi qui suis chargé des qualifications. A l’inverse de très nombreuses équipes, nous n’avons utilisé qu’un seul train de pneus pour la séance, en conservant le deuxième pour la course. Plutôt performants en début de séance, nous nous positionnons à la cinquième place de la catégorie, mais au fil des tours et compte tenu de la dégradation des pneus, nous t terminons dans le Top 10. »

Dimanche, le départ de la course est donnée en tout début d’après-midi sous un soleil de plomb. Christophe Bourret est le premier à se glisser dans le cockpit. Après un départ prudent, le pilote de la Ferrari réalise un superbe relais, parvenant à déjouer tous les pièges de la piste et notamment le trafic.

« Il y avait pas mal de trafic et de la bagarre dans toutes les catégories, et malgré cela, Christophe réussit à faire du super boulot sur le premier relais. Pascal enchaîne sur un rythme tout aussi soutenu mais malheureusement, en revenant sur un concurrent plus lent, il ne peut éviter l’accrochage. Une bonne trentaine de secondes sont t nécessaires pour que la Ferrari reprenne la piste puis elle est immobilisée au stand pour vérifier et réparer ce qui doit l’être… Une course de 4 heures, c’est long et à la fois très court. Le rythme est tellement élevé que ce type d’incident coûte très cher ! Ensuite j e prend le volant pour mon relais en conservant une cadence soutenue mais en fin de course, le moteur commence à chauffer alors je préféré lever le pied pour ne pas risquer l’abandon. »

Pour Jean-Philippe, les sentiments sont partagés entre déception du résultat et satisfaction du niveau de performance.
« Nous terminons dans le Top 10 alors qu’à la régulière, nous pouvions escompter la 4 ou 5e place, ce qui aurait été notre meilleur résultat cette saison. En matière de performance, j’estime que la course d’Estoril est la plus aboutie pour l’équipage et la voiture. Cet accrochage fait partie intégrante de la course, c’est la même chose que la crevaison dont nous avons été victimes au Paul Ricard En deux mots, nous sommes satisfaits de notre course et déçus du résultat final, c’est vraiment un sentiment partagé. Nous retiendrons donc notre performance et le fait que nous étions bien dans le match, en pleine bagarre. »

Au terme de cinq courses passionnantes, sur les plus belles pistes européennes, le championnat 2014 de l’ELMS a baissé le rideau, le moment idéal pour Jean-Philippe de dresser un rapide bilan de la saison.
« J’ai passé une saison magnifique. Je remercie mes équipiers pour m’avoir fait confiance cette année encore. Je suis satisfait du travail accompli et des progrès réalisés pour atteindre ce niveau de performance. Je tiens aussi à remercier nos partenaires sans qui rien n’est possible mais aussi l’équipe de Jérôme Policand qui nous a permis de vivre de belles courses dans une ambiance conviviale et professionnelle. Pour 2015, rien n’est encore décidé mais j’espère que nous serons en mesure d’annoncer très prochainement nos projets. »

En attendant de connaître son futur programme, Jean-Philippe va disputer la dernière manche du GT FFSA avec un voiture hors classement (1), le week-end prochain sur le circuit Paul Ricard

(1) voir ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article4309

B.L.S. source J.P.B.@ photo D.R.